Primitive Force

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Concrete Winds
Nom de l'album Primitive Force
Type Album
Date de parution 16 Août 2019
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album2

Tracklist

1.
 Infant Gallow
 02:30
2.
 Sulphuric Upheaval
 02:17
3.
 White Cut Manifest
 02:43
4.
 Primitive Force
 02:32
5.
 Tyrant Pulse
 03:30
6.
 Dissident Mutilator
 02:18
7.
 Volcanic Turmoil
 03:05
8.
 Angelic Laceration
 02:18
9.
 Death Transmission
 04:03

Durée totale : 25:16


Chronique @ Miskatonic

08 Mai 2020

Aggressive Noise Torment

"On naked shores, by concrete winds deformed…". Tels étaient les mots du premier couplet du titre éponyme de Current Mouth, ultime EP de Vorum en 2015 avant son split trois ans plus tard. Un EP implacable qui faisait suite à leur unique album et qui proposait une évolution certaine vers un death metal plus intense et plus bestial. Sous l’impulsion de 50% de son line up, Concrete Winds naquit donc des cendres d’un Vorum périclitant dont le EP Current Mouth était en effet à placer sous le signe de la bestialité US 80’s, celle du Divus de Mortuus de l’archi culte Necrovore, et c’est naturellement sous le patronage de cette école que Concrete Winds s’inscrit également, assurant ainsi une continuité stylistique qui ravira les fans.

Primitive Force est donc l’œuvre du guitariste vocaliste P.J. et du batteur Mikko. Un véritable pamphlet anti-humanité de 25 minutes dont l’urgence et la bestialité sont les maîtres mots. 25 minutes qui filent à toute allure dans un fondu enchaîné aussi jouissif qu’éreintant rappelant presque les conditions d’un live. Et les titres scandés par P.J. à l’ouverture de certains morceaux entérinent bien cette sensation. A l’instar de Current Mouth, les pistes sont rapides, enragées et vantent la destruction de tout lors d’un implacable assaut. Seulement Concrete Winds va encore plus loin que Vorum en poussant les potards au maximum question intensité et sauvagerie sonore sans pour autant perdre l’auditeur dans un déluge bordélique illisible, et ce, grâce aux mains expertes de Chris Menning (ex-Destroyer 666) qui livre ici une production organique, sale et bien raw, mais néanmoins cohérente et équilibrée, au cœur de laquelle le chant misanthropique hurlé de P.J. trouve idéalement sa place. Et c’est bien là que réside la grande force de Concrete Winds : ne rien perdre, ou presque, du tourment auditif sadique et démentiel qu’il délivre.

Fort d’un format très court, chaque morceau oscille entre deux et trois minutes, pour un maximum d’efficacité. Les leads hystériques et féroces garnis de vibrato sont légions tandis que la guitare rythmique agit comme un essaim de frelons. Par moments, on pense même à Angelcorpse, bien que l’aspect chaotique et barbare ramène toujours du côté de Necrovore. Mikko, derrière les fûts, assure un jeu varié et frénétique dont il faudra un certain nombre d’écoutes afin d'être démêlé. Là aussi, la scène black bestiale n’est parfois pas loin (Blasphemy, Revenge, Conqueror), bien que Concrete Winds reste fondamentalement sur les terres du death metal.
Tout comme Vorum, certains morceaux se structurent autour d’un mid catchy et soutenu à la caisse claire, dont la tension est maintenue par une ambiance de dingue, avant d’être dynamité par des accélérations et des rafales blastées rageuses et assassines, mais sur un format beaucoup plus court, rendant ainsi les morceaux particulièrement dévastateurs, tandis que d’autres ne permettent aucun compromis et sont le réceptacle d’une violence impie absolue. L’intensité ne décroit jamais malgré quelques passages plombés bien evil qui surviennent souvent après un break, si ce n’est sur l’ultime morceau, sorte de décompte final avant la destruction du monde, en distillant le seul ralentissement de l’album lors d’un gros riff plombé bourré de distorsion.

Anti mélodique à souhait, d’une intensité peu commune, le style de Concrete Winds, c’est la déflagration sonore à grand volume : des leads insidieux comme des coups de lames, un riffing diabolique et bourdonnant, une ambiance bestiale et tordue, une vélocité sans temps morts et une ode au chaos que la courte durée de l’album permet de renforcer en évitant tout risque d’ennui chez l’auditeur. Juste, pas le temps. Sitôt fini, c’est reparti.

! Consume at maximum voltage !

2 Commentaires

11 J'aime

Partager
Darksaucisse - 09 Mai 2020:

Merci pour ta chro ca me met l'eau à la bouche ! J'avais écouté un extrait en me disant "à creuser" lors de l'annonce de la sortie de cet album et de la séparation de Vorum. Du coup je remonte ca pour mes prochaines écoutes !

Maggoth - 10 Mai 2020:

La relation avec Necrovore est d'autant plus judicieuse que celle d'Angelcorpse (qui court sur le net), ne m'a pas foncièrement éclaté les tympas...En tout cas un bien bon skeud, véloce en tout point et dans la continuité du Current Mouth de feu Vorum. Merci du papier, cet album ne fera p'tet pas beaucoup d'émule mais au moins tu l'auras sortit de l'ombre.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Concrete Winds