Pride

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe The Unity
Nom de l'album Pride
Type Album
Date de parution 13 Mars 2020
Labels Steamhammer
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album5

Tracklist

1.
 The New Pandora
 
2.
 Hands of Time
 
3.
 Line of Sinker
 
4.
 We Don´t Need Them Here
 
5.
 Destination Unknown
 
6.
 Angel of Dawn
 
7.
 Damn Nation
 
8.
 Wave of Fear
 
9.
 Guess How I Hate This
 
10.
 Scenery of Hate
 
11.
 Rusty Cadillac
 
12.
 You Don´t Walk Alone
 

Chronique @ Eternalis

23 Mars 2020

"Pride" est l’opus le plus complet et solide de la discographie du combo

Quand un groupe vit majoritairement grâce au leadership et à la composition d’un membre en particulier, il subit fatalement une baisse de régime ou un arrêt temporaire quand le dit musicien vaque à ses occupations ailleurs. Les groupes peuvent alors prendre différentes décisions. Comme de continuer sans l’un des leaders, comme lorsque Dream Theater continu sans Mike Portnoy, ou comme se profile l’avenir de Children of Bodom alors qu’Alexi Laiho n’en possède pas les droits (quand les histoires d’argent s’en mêle également...on se souvient de l’épineux cas de Gorgoroth avec deux groupes simultanés et deux line up différent à un moment donné). Néanmoins, le choix le plus souvent opté est d’attendre, ou pour les musiciens latents de créer un autre groupe en attendant. Imaginez donc les musiciens d’Edguy depuis que Tobias Sammet passe plus de temps avec Avantasia que son groupe principal (si on peut encore considérer que c’est le cas). La situation est similaire avec Gamma Ray qui, depuis "Empire of the Undead", n’a plus rien sorti. Pour cause, Kai Hansen a sorti depuis un album solo et un album de Unisonic mais surtout rejoint Helloween avec son compère Michael Kiske pour une tournée gigantesque et (ce qui n’était pas initialement prévu) un retour en studio pour un album attendu comme le messie. Forcément, pendant ce temps, le reste du groupe n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent.

C’est dans ce contexte là que The Unity est né, entre Henjo Richter / Michael Ehré (Gamma Ray), des membres de Love.Might.Kill et un vocaliste inconnu à ce moment là, à savoir Gianba Manenti. Et il faut dire que les teutons n’ont pas chômé puisque "Pride", après l’éponyme et "Rise", est déjà le troisième album en quatre ans d’existence. Récemment rejoint pour le live de Tobias Excel (basse, Edguy, entre allemands qui attendent ...), The Unity livre un nouveau disque après deux sorties assez anecdotiques qui n’auront pas réellement remués les foules (c’est probablement l’une des explications d’un laps de temps aussi court entre chaque galette). "The Unity" et "Rise" étaient deux bons albums de power mélodique qui remplissaient agréablement un cahier des charges scrupuleusement rempli, sans folie ni passion débordante. Et les premières écoutes de "Pride" vont dans le même sens, même si une écoute plus attentive lui octroiera des qualités insoupçonnées au début et une personnalité qui commence de plus en plus à percer au grand jour.
Il faut dire que les gens est tellement battu en brèche qu’il est désormais difficile de s’y faire une place sans sentir le réchauffé, ridicule tout en étant assez frais pour communiquer une énergie indispensable au style. Chose que ne faisait que partiellement les deux précédentes livraisons, pas toujours aidé par un vocaliste parfois un peu juste techniquement (une voix rocailleuse un peu arrachée c’est bien, quand elle donne la sensation d’être toujours à la limite, c’est parfois moyen). C’est surtout là-dessus que "Pride" va trouver sa voie(x) [au choix]

"The New Pandora" résonne comme l’intro de rigueur mais le riff introducteur de "Hands of Time" se veut bien plus véloce et lourd que ce dont on pouvait s’attendre initialement. Le son un peu étouffé de l’éponyme est gommé pour une production limpide et puissante signée Achim Kölher (l’homme derrière les Sinner, Scheepers, Silent Force ou Majesty), mettant en avant la batterie et des guitares bien tranchantes. Si Gianba se reconnait sur son timbre, son refrain démontre les progrès qu’il a réalisé (le live, surement) et propulse un titre qui devient vite taillé pour le scène, avec ses multiples reprises, la prestation pleine de puissance de Michael Ehré derrière les futs et surtout les riffs qui, sans être foncièrement originaux, donnent un joli coup de pied au cul. La complémentarité entre la virtuosité de Richter et le caractère plus rythmique et carré de Stef E se fait entendre et là aussi, on sent que les musiciens commencent à se connaitre et jouer de leurs forces communes. "Line and Sinker" suit et fait directement office de single catchy, simple et terriblement simple à mémoriser, quasiment dansant avec quelques passages de claviers limite popisant. Pourtant, la sauce prend mieux que lorsque The Unity voulait se couler dans le pur moule allemand et le riff fait mouche immédiatement. Le refrain est beau, un peu simple (les radios pourraient même s’en emparer) et la structure, si elle est évidente, fait preuve d’une redoutable efficacité, même si elle aurait gagné à être un peu raccourcie sur la fin puisque le morceau traine un peu en longueur. A côté de ça, The Unity montrera les dents sur un "Damn Nation" (le joli jeu de mots) qui sent bon le Gamma Ray période "Powerplant", notamment sur les harmonies de guitare. Une sensation épique à la "Wings of Destiny" (en moins violent) qui donne une consistance supplémentaire musicalement mais aussi vocalement puisqu’on y trouve quelques traces, certes éparses mais existante, de vocaux plus rugueux. "We Don’t Need Them Here" et son riff rapide n’a pas été choisi en second extrait par hasard non plus puisqu’il est la quintessence de ce qu’on peut penser d’un groupe comme The Unity : riff rapide, refrain mélodique, break vocal avant un solo tout en déferlante de notes. Une formule qui a fait ses preuves et qui justement tient le coup grâce à la vitalité de l’ensemble et l’énergie déployée qui fait vraiment la différence avec les albums précédents.

Les allemands se tentent parfois dans un exercice plus épique, comme sur "Angel of Dawn", beaucoup plus centré autour des claviers et du chant, avec plus ou moins de réussite. Si les arrangements sont chiadés, le riff sonne plus creux quand il ralenti et il ne se passe au final pas grand-chose (dommage car les chœurs un peu extrêmes auraient pu apporter une certaine noirceur). Le constat est un peu similaire sur un "Wave of Fear" au riff plombé, un brin bluesy, qui casse totalement le rythme de la première partie de l’album (surtout qu’il arrive après le terrible "Dawn Nation"). A côté de cela, ils montreront leur savoir faire pour les mid tempo très mélo à la Freedom Call ("Destination Unknown") ou les riffs surpuissants blindés de double pédale à la Primal Fear ("Scenary of Hate") en passant par un morceau très rock n’roll totalement décalé ("Rusty Cadillac"). Un peu comme si The Unity voulait redessiner, ou rendre hommage, à tout ce que son pays a pu apporter au metal en général avec un brio certain et des compositions solides. Il est néanmoins évident que "Pride" est l’opus le plus complet et solide de la discographie du combo et que le groupe se démarque désormais de ses pairs avec une plus grande personnalité et maitrise, ressemblant moins à un assemblage maladroit de chacun de ses membres. "Pride" est paré pour que The Unity prenne son envol et tourne à plein régime dans les années à venir, si Kai Hansen ne revient pas vite à la maison (enfin, certains diront qu’il l’a justement fait en retournant dans Helloween). Quoiqu’il advienne, les musiciens ne se laisseront pas abattre et joueront d’autres cartes de leur côté. Bien leur en a pris. En voici la preuve.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de The Unity