Posthuman

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe JK Flesh
Nom de l'album Posthuman
Type Album
Date de parution 07 Mai 2012
Labels 3by3
Style MusicalElectro Industriel
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Knuckledragger
2. Idle Hands
3. Punchdrunk
4. Devoured
5. Posthuman
6. Earthmover
7. Dogmatic
8. Underfoot
9. Walk Away

Chronique @ Trndblck

08 Octobre 2012

Inspiré mais non transcendant, une synthèse intéressante des travaux électro/indus de Broadrick

JK Flesh est arrivé un peu sans prévenir, sans grosse publicité annonçant la sortie imminente du machin pendant des mois, sans présentation enjoliveuse et grandiloquente. C’est sans aucun doute la notoriété de Justin K Broadrick, l’homme derrière ce projet, qui a fait office de propagande, car il y aura toujours quelqu’un pour se tenir au courant des derniers projets du sieur pour relayer l’info.

Ainsi donc Broadrick a-t-il abandonné pour un temps au moins son Jesu essoufflé et tellement repassé qu’il en est devenu insipide (je pense ici au dernier album qui ne m’a laissé aucun souvenir, c’est dire), pour se consacrer à un nouveau projet, venant s’ajouter aux (très) nombreuses formations auxquelles il a participé, de près ou de loin. Pour la petite histoire, JK Flesh est le pseudonyme utilisé par Broadrick pour son projet Techno Animal.

La curiosité comme le doute nous envahissent toujours un peu quand on découvre ce à quoi l’infatigable de Birmingham s’est attelé. Aurons-nous droit à un proche de Jesu, guitare saturée d’effets en tout genre et ambiance « -post », ambient minimaliste à la Final, retour aux sources godfleshiennes ? Eh bien pas de surprise, on se place très nettement à côté de Godflesh et de Techno Animal, comme si les démons indus et électro l’avaient de nouveau titillé. La surprise de cette sortie laisse donc place à une exaltation non feinte, due au plaisir d’entendre Broadrick redonner libre cours à ses idées technoïdes et bruitistes.

Les références sont variées, et si l’on pense à Godflesh et Techno Animal, ce n’est pas uniquement car il s’agit du même compositeur, mais bien parce que ce Posthuman poursuit ce qui a été abordé avec ces deux formations. On croise aussi ici où là quelques plans à la Greymachine (toujours rien d’étonnant donc). On croirait même parfois entendre du dub step, mais de manière très subtile et sans que cela ne sonne « j’en-fais-parce-qui-n’-en-veulent ». Globalement, on pourrait penser qu’avec ce nouveau projet, Broadrick synthétise ce qu’il a pu expérimenter ici ou là, comme s’il rassemblait tous ses savoir-faire pour proposer quelque chose réunifiant l’ensemble de son parcours musical.

Le résultat est plutôt satisfaisant, on se laisse aisément prendre par l’univers sombre développé dans ce Posthuman. Broadrick est toujours aussi brillant pour construire des morceaux efficaces, prenants et intenses sans tomber dans la facilité. Il se montre également très pertinent dans l’utilisation des sons, chacun trouvant sa place dans la cacophonie globale, chacun étant aussi très bien travaillé, de manière à être percutant et évitant ainsi l’écueil de bien des compositeurs électro qui utilisent moults sons sans même les retravailler et qui sonnent ainsi bien fades. JK Flesh nous propose donc un album honnête, tout à fait sérieux de bout en bout. Pourtant, malgré la qualité indéniable de l’œuvre, on ne tressaute pas de joie, on ne se roule pas par terre en hurlant, et sans aller jusqu’à dire que nous restons de marbre (car ce n’est pas le cas), on finit par se demander quand même ce qu’on tient dans la main. Tout est là pour avoir un objet majeur, mais on passe tout de même à côté du « truc » qui amènerait ce sentiment de toucher à quelque chose d’unique, de transcendant, ce que nous ressentons toujours ou avons ressenti à l’écoute des albums clé de nos discographies. La raison n’est peut-être pas si compliquée : Posthuman ne se distingue pas tant que ça, il ne marque pas les esprits. Si on se le remet aisément dans les écoutilles, il semble ne pas vraiment y avoir de passage essentiel sur l’album, rien qui n’accroche réellement ou qui sorte vraiment du lot.

L’ambivalence me gagne donc lorsque j’évoque cet album, car j’ai autant envie de le défendre que de l’oublier, je le conseille tout en précisant que ce n’est pas l’album du siècle. Mais après tout, est-ce bien ce que j’attendais de la part de Broadrick ? Pas nécessairement. Alors, pourquoi pas.

2 Commentaires

1 J'aime

Partager
Bloodorn - 09 Octobre 2012: Une bonne surprise cet album ! S'il n'y a pas de quoi exulter pendant des heures - quoiqu' à la première écoute j'ai bien failli me cogner au plafond quand même :), il n'en reste pas moins que cet album et plus que satisfaisant. Une chronique pleine de justesse, comme d'hab';)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire