Permanent Living Death

Liste des groupes Thrash Metal Drencrom Permanent Living Death
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Drencrom
Nom de l'album Permanent Living Death
Type Album
Date de parution Août 2019
Enregistré à Rubicon Estudios
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Madness Overture
 
2.
 Misery, Decadence And Solitude
 
3.
 Sexomania
 
4.
 My Will My Guide
 
5.
 Decline the World
 
6.
 Make Her Suffer
 
7.
 Fuck Your Opinion
 
8.
 Satyr's Will
 
9.
 Blitzkrieg Rape
 
10.
 Drawn In Your Ego
 
11.
 Isolated Outburst
 

Acheter cet album

Drencrom


Chronique @ LeMoustre

08 Mars 2020

Riot of Violence

A la manière d'un Dismember sur son référentiel premier album, c'est par une introduction donnant le ton ("Madness Overture") que débute Permanent Living Death, prometteur disque inaugural des Chiliens de Drencrom. Puisant ses racines dans le thrash allemand le plus sauvage des mid-eighties, Pleasure to Kill de Kreator en tête, le trio Sud-Américain est une jeune formation ayant à l'actif 3 démos parues au milieu de la décennie précédente, et quasiment inconnue en nos contrées.

Le propos musical de Drencrom est fort simple, et peut se résumer en quelques lignes : En prenant comme influence principale le second album de Kreator et en poussant les choses à leur maximum, sans s'éloigner du genre ni en dénaturer l'esprit, le groupe a accouché d'un disque extrêmement prometteur. Sans négliger quelques idées de riffs piquées ça et là à la scène Germaine la plus obsucre (le riff de "My Will My Guide", qu'on croirait sorti d'un Vectom, par exemple mais les connaisseurs pourront déceler quelques riffs piqués à droite à gauche à d'autres poètes) et en n'oubliant pas le son de batterie digne de deux barils d'Ariel entouré de la réverb' qui va bien, l'album n'octroie à l'auditeur que de rares moments de répit. Les paroles, très nihilistes cependant, flirtent avec les thèmes propres au thrash ("Fuck Your Opinion", explicite, qui déboule à toute vitesse, ou "Sexomania", tout en finesse qui narre l'expérience du viol du point de vue de son auteur).

Comme le chanteur, le dénommé Schizoid, tente de courir après l'ensemble de la section rythmique avec l'énergie d'un Ventor juvénile qui n'aurait pas lâché le micro, et que la bestialité est ici présente dans tous les recoins, Permanent Living Death est un pavé qui se déguste d'une seule traite. 35 minutes et pas une à jeter. Pas évident d'ailleurs d'arriver à suivre les vocaux de Schizoid tant ça envoie vite. Les moments jouissifs sont nombreux ("Make Her Suffer", implacable avant son solo de batterie que n'aurait pas renié Ventor, encore une fois, le break de "Satyr's Will" ou celui de ""Blitzkrieg Rape", l'instrumental final "Isolated Outburst"), et le thrash de nos Chiliens n'est pas sans rappeler (avec un côté bestial plus développé) les allemands de Division Speed, dont le premier album avait fait son petit effet à sa sortie. Pour chipoter, un titre plus mid-tempo aurait sans doute eu son petit effet afin de marquer les esprits à la manière d'un "Riot of Violence" de leur modèle, mais l'aspect jusqu'au boutiste étant assumé et parfaitement mis en valeur, on leur pardonnera ce parti-pris.

Chacun l'aura compris, Drencrom possède les attributs d'un bouledogue enragé qui ne lâche pas son morceau. Typique de la scène Chilienne (on pense un peu à Dekapited), et à condition d'arriver à l'attraper au coin de quelques clics (pour l'instant, seule la version LP & CD ensemble est disponible, et encore, il convient de bien chercher), il ne fait aucun doute que Drencrom plaira énormément aux thrashers les plus extrêmes. L'album se termine comme il a commencé, par un instrumental dantesque (pas loin dans l'esprit de ce que font leurs compatriotes de Ripper), manière de boucler la boucle de manière cohérente, et de dire que, finalement, ces sales gosses sont plus finauds que ne le laisse paraître cette débauche d'énergie aussi violente que réussie.


5 Commentaires

13 J'aime

Partager

LeMoustre - 10 Mars 2020:

Coton, disons qu'il y avait un exemplaire sur Discogs il y a quelques jours, sinon sur les distros exotiques, avec des FDP du vinyle vu que les 2 sont ensemble. Ils en avaient un peu sur leur bandcamp de mémoire il y a quelques jours. 

LeMoustre - 11 Mars 2020:

Vérification faite, un exemplaire est sur Discogs à cette heure, le site du label le commercialise encore, à 3000 yens, ce qui fait en gros 26/27 euros sans le port, soit grosso modo le même tarif. Pas donné, et tirage qu'on peut imaginer limité. 

sijj - 12 Mars 2020:

Et du coup on peut modifier le top thrash 2019? devil

LeMoustre - 22 Mars 2020:

Oui, pas bête. Il y aurait peut-être bien figuré, même si la distribution en dehors du Japon apparaît délicate.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Drencrom