Painstained

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Entwine
Nom de l'album Painstained
Type Album
Date de parution 28 Janvier 2009
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album25

Tracklist

1. Soul Sacrifice 04:51
2. Strife 03:20
3. Dying Moan 05:43
4. Beautifully Confined 03:50
5. Lost in My Denial 04:25
6. Greed of Mankind 03:29
7. Dead by Silence 03:37
8. Hollow 05:07
9. Caught By Desire 04:31
10. Say Goodbye 04:33
Bonustrack (Japanese Release)
11. Dying Light
Total playing time 43:26

Chronique @ HisInfernalDestiny

26 Septembre 2010
Entwine fait partie de ces nombreux groupes qui ne possèdent définitivement pas la notoriété qu'ils seraient légitimement en droit de revendiquer. Combo pourtant atypique, pratiquant un goth-rock mélancolique, rageur et inspiré ; Entwine reste bien trop souvent en retrait face aux poids lourds de la scène finlandaise du style et ne parvient pas à se démarquer de l'image des HIM et autres SENTENCED qui leur colle à la peau. Pourtant, sans aller jusqu'à dire que leur musique est totalement novatrice, ces Finlandais là on un truc en plus, quelque chose qui fait que leurs compos ne peuvent vraiment pas être réduites à de pâles copies. Et cette constatation est une fois de plus vérifiée avec cet album intitulé Painstained.

La première chose qui frappe dès la première écoute de cet opus, c'est qu'il s'éloigne sensiblement de tout ce que le groupe a pu créer dans le reste de sa discographie. Après un Fatal Design qui avait placé la barre assez haut, tant par son côté accrocheur que par l'indéniable qualité de son interprétation ; cet album était malgré tout loin d'être révolutionnaire, étant donné l'organisation ultra-classique des chansons (couplet-refrain etc...) et l'impression de déjà-vu qui émanait des compositions. ENTWINE évite pourtant l'écueil de la redite avec Painstained. L'artwork étrange, légèrement psychédélique, illustre assez bien la nouvelle direction artistique du combo, et l'écoute du cd ne fait que confirmer cette première impression.

Le son est plus brut sur de nombreuses chansons (Soul Sacrifice, Greed of Mankind), mais aussi plus aérien par moments (Dying Moan, Say Goodbye). Le groupe s'écarte de tout ce qui les définissait auparavant : les riffs sont plus techniques, l'organisation des morceaux est plus recherchée et les solos se font de plus en plus présents. Les chansons sont volontairement moins accrocheuses, et pourtant la recette fait mouche : l'agressivité est plus spontanée, et elle met en relief la mélancolie des ambiances aériennes et des envolées lyriques. L'auditeur est transporté dans un tourbillon de sensations paradoxales : les titres Dying Moan, avec son alternance entre un refrain rageur et un pont à l'atmosphère mélancolique ; ou encore Soul Sacrifice, qui met d'entrée de jeu la barre très haute avec un couplet presque death ; en sont de parfaits exemples. Le single Strife est, quant à lui, très facile d'accès, avec un refrain qui reste facilement dans la tête et une énergie communicative ; tout comme Caught By Desire et Beautifully Confined, qui savent capter l'attention par leur approche musicale plus directe et classique. ENTWINE sait toujours faire du bon goth-rock, mais avec une verve et une inspiration renouvelées.

L'impression est donc globalement positive à l'écoute de cette galette. Malgré tout, il faut reconnaître que certaines imperfections subsistent car la qualité des chansons est parfois inégale : Greed Of Mankind notamment, avec ses influences un peu trop néo-metal et son manque d'originalité évident, n'apporte pas grand chose au reste de l'album. De plus, il serait faux de dire que la nouvelle direction musicale adoptée est totalement révolutionnaire : les caractéristiques du groupes (atmosphères pesantes, disto assez grasse et compos plutôt directes) restent tout de même assez facilement reconnaissables. Mais ce qui est indéniable, et qui fait que cet album va malgré tout un peu plus loin que tout ce que le groupe à pu pondre jusqu'à présent, c'est qu'ils ont retrouvé une originalité qui commençait à leur faire défaut, un son qui leur est propre. ENTWINE mérite donc bien une place à part dans la scène finlandaise.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire