Our Cult Continues !

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Cardinals Folly
Nom de l'album Our Cult Continues !
Type Album
Date de parution 05 Août 2014
Style MusicalDoom Metal
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Chant of Shadows
2. Morbid Glory
3. The Black Baroness
4. Our Cult Continues!
5. Sighisoaran
6. Walvater Unveiled
7. The Lover’s Crypt
8. Fallout Ritualist

Chronique @ Luthor

24 Novembre 2014

Le cul entre deux chaises, Cardinals Folly livre un album hésitant mais prometteur pour la suite

Que reste-t-il du COTD? Souvenez-vous : vers 2005, une blague lancée par Reverend Bizarre prends forme de manière réelle sous l'impulsion conjointe de membres d'Orodruin, The Gates Of Slumber et Solstice. Celle de créer une sorte de 'société secrète' dont le but serait de protéger le Doom Metal de toute influence extérieure à ses bases et de toute évolution vers divers territoires. Le Circle Of True Doom est né, et avec lui 5 ans de guerres virtuelles (sur Internet, via divers forums dont celui de doom-metal.com et Hellride) ou non (on se souviendra de ce fan anglais ayant fait le voyage jusqu'en Hollande dans l'unique but d'aller insulter, et se bagarrer avec si possible, My Dying Bride qui étaient en tête d'affiche d'un festival Doom avec les Warning anglais). Le comble du ridicule sera finalement atteint, et sonnera le glas du COTD, lorsque Rich Walker refusera à un concert de vendre des disques de son label à un fan portant un patche d'Esoteric, avant de réclamer à un autre sur le forum d'Hellride qu'il lui renvoie les marchandises achetées (contre remboursement, tout de même) car le client avait avouer aimer les premiers Paradise Lost et que Walker refusait de venre quelque chose à un fan de PL (sa fameuse phrase "Si j'avais su que tu considérais PL comme du Doom au moment de traiter ta commande, j'aurais chié dans ton colis avant de te l'envoyer" signifiera son expulsion du Forum et le déclin de son label : sur Internet, les nouvelles vont vite et une réputation se détruit en quelques instants). Au départ simple regroupement de musiciens ayant une vision précise de ce que le genre devait être, le COTD ne vécut que le temps que ses divers fondateurs (du moins, la majorité d'entre eux) finissent par gagner en matûrité et s'ouvrir à d'autres genres (qui aurait cru, en 2002, que des membres de Reverend Bizarre finiraient par monter l'un un groupe de pur rock progressif 70's et l'autre divers projets avant-gardistes?).

"Mais", me direz-vous, "Quel rapport avec Cardinals Folly?"
Simple : comme la majorité des groupes traditionnels finlandais de l'époque, Cardinals Folly adhérait aux idées stylistiques défendues par le COTD. Ce deuxième album ne déroge pas à la règle, faisant des Finlandais l'un des rares groupes encore en activité à défendre la vision d'un Doom qui soit complètement True... ou presque. Car, curieusement, Cardinals Folly a légèrement évolué sur "Our Cult Continues!" La base reste la même : vous prenez Witchfinder General, vous y mettez un peu de Candlemass pour le chant plaintif, vous rajoutez une pincée d'Electric Wizard pour que les guitares aient un bon gros fuzz (mais au nom de tout ce qui est saint et sacré, ne dites JAMAIS que ça sonne Stoner de crainte d'être excommunié sur le champ!!!), vous rajoutez les évidentes influences cinématographiques et littéraires (Dennis Wheatley, les films de la Hammer, H.P. Lovecraft), vous mélangez et vous obtenez cet album.

Pourtant, la longue (4 minutes 39, quasiment un morceau complet) et curieuse intro (des samples de chants sataniques, des vocaux délayés et multipliés, des guitares qui flirtent avec le Drone et des orgues bien occultes) était très prometteuse et je me disais qu'avec un album entier de ce niveau, ça allait grave le faire. Perdu, dès le premier morceau on retombe dans un classicisme, certes, de bon goût mais malheureusement trop entendu auparavant et qui se révèle au final inférieur à d'autres sorties du même genre que l'on a pu écouter en 2014. Au niveau de l'instrumentation, il n'y a rien à reprocher au groupe : c'est bien joué, bien torché et la production met bien chaque instrument en avant (aaaah la basse...). Le groupe connait sa formule par coeur, et n'en démord pas d'un poil quand il s'agit de l'appliquer à la lettre. Si vous aimez votre Doom à l'ancienne d'avant l'ancienne, il n'y aura rien ici qui vous décevra, mais ce ne sera rien non plus que vous n'aurez pas déjà entendu auparavant exécuté par de meilleurs musiciens et compositeurs (au hasard : le premier album des Suédois de Below, qui a pas mal enterré la concurrence pour 2014).

C'est quand Cardinals Folly décide de sortir des sentiers battus (je n'oserais pas utiliser le mot "expérimente", de crainte que l'on décide d'attenter à ma vie) et s'oriente vers des compositions clairement atmosphériques (l'intro "Chant Of Shadows" dont j'ai parlé plus haut, "Sighisoaran" et "The Lovers' Crypt" avec son intro puissante à la basse) ou curieusement très Garage ("The Black Baroness") qu'il livre ses meilleurs morceaux. Ce qui nous fait quand même déjà une moitié d'album supérieure à pas mal de groupes que j'ai pu entendre en 2014.

Hésitant entre une certaine forme d'innovation et la facilité d'un classicisme de bon ton, Cardinals Folly livre donc un album correct alors que l'on entend clairement qu'ils ont les moyens (et surtout les idées) pour nous sortir une pure tuerie. Reste qu'il y a de pires moyens de perdre une heure de son temps que d'écouter "Our Cult Continues!", et qu'il dispose de suffisamment de bons morceaux pour justifier qu'on revienne y faire un tour de temps en temps. Surtout, il démontre que Cardinals Folly est un groupe ambitieux et plein de promesses, que l'on ne demande qu'à voir se concrétiser sur un prochain disque.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Y_RPLEUT - 30 Novembre 2014: Merci pour la chro lolo, j'allais être en manque de Doom rétrograde mais finalement non. Va falloir donc que je me penche également sur Below D'après la lectrue Cardinals Folly suit un peu le même chemin que leur Compatriote de Fall of the Idols, classicisme et pate personnelle un peu "hors" des sentiers battus (mais balisé quand même)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire