Only to Rise

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Sweet And Lynch
Nom de l'album Only to Rise
Type Album
Date de parution 27 Janvier 2015
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album14

Tracklist

1.
 The Wish
 03:38
2.
 Dying Rose
 03:41
3.
 Love Stays
 04:34
4.
 Time Will Tell
 03:51
5.
 Rescue Me
 04:13
6.
 Me without You
 04:02
7.
 Recover
 03:42
8.
 Divine
 04:18
9.
 September
 04:17
10.
 Strength in Numbers
 03:18
11.
 Hero-Zero
 04:11
12.
 Only to Rise
 03:43

Bonus
13.
 Me without You (Alternate Version) (Japanese Edition)
 03:38

Durée totale : 51:06


Chronique @ WorkOfArt

24 Fevrier 2015

Nous sommes rassurés sur la forme de George Lynch...

Nous étions forcément un peu inquiets sur le résultat de cette collaboration entre Michael Sweet (Stryper) et George Lynch, surtout vu le programme bien (trop?) chargé de celui-ci et un dernier album nettement en dessous de ce qu'on peut espérer du bonhomme (« Sun Red Sun », sorti en décembre dernier avec Lynch Mob et chroniqué en ce lieu). A force de vouloir être partout, on ne convainc nulle part...

Mais, mine de rien, l'idée (c'est encore Frontiers derrière cette histoire) est ici plutôt alléchante : l'organe vocal de Michael Sweet associé aux lignes de guitares de Lynch - pas réputé pour être un manchot - permet d'espérer le meilleur, surtout que la section rythmique qui l'accompagne n'est pas en reste : James Lomenzo (ex- Megadeth, Black Label Society) à la basse et Brian Tichy (ex-Whitesnake) derrière les fûts. Ne restait plus qu'à espérer que les gars s'impliquent sérieusement dans l'aventure.

Heureusement, « Only to Rise » nous rassure bel et bien sur les capacités du légendaire guitariste et nous prouve que « Sun Red Sun » n'était qu'un petit coup de moins bien. D'ailleurs, l'album ne pouvait pas mieux démarrer, « The Wish » remplit parfaitement son rôle : ligne de guitare immédiatement mémorisable, morceau énergique et porté par un chanteur au top de sa forme. La production met parfaitement en valeur chaque instrument, avec un son chaud et costaud qui sied à merveille aux douze morceaux proposés ici.

La qualité est d'ailleurs au-dessus de la moyenne, pas vraiment de temps mort ici, certains titres tirant vraiment l'album vers le haut : « The Wish », donc, mais aussi « Recover » (bel aigu de Sweet sur le refrain!), la power-ballade « Love Stays », « September » (son introduction ressemble furieusement au « Wasted Years » de qui-vous-savez) et « Strenght In Numbers ». Attention, cela ne veut pas dire que les autres chansons sont faibles ou moins méritantes. « Time Will Tell » possède un refrain facilement mémorisable, et des morceaux comme « Dying Rose », « Hero Zero » sont loin de faire tâche. « Rescue Me » possède un feeling 70' pas désagréable du tout, même si ce titre ne fait pas partie des moments les plus forts de l'album, tout comme Divine qui, malgré un excellent solo, se voit un peu gâché par un refrain plat. Bonne idée de terminer sur quelque chose de nerveux et non sur une ballade dispensable comme c'est trop souvent le cas, « Only to Rise » (la chanson éponyme) se permet même de sortir la double pédale. D'ailleurs, en parlant de ballade dispensable, l'album n'évite malheureusement pas l'écueil, « Me Without You » étant à peu près aussi inspirée que son titre.

La concision est ici de mise pour une recherche maximale d'efficacité, aucun titre n'allant au delà de 4 minutes 30. Si l'on peut déplorer l'absence d'un ou deux morceaux plus « ambitieux » comme avait pu l'être « Time Keepers » (Smoke And Mirrors, Lynch Mob), cela permet déjà d'éviter tout sentiment de lassitude, les 45 minutes défilant à toute vitesse. Le style est, bien entendu, conforme aux attentes des amateurs des deux bonshommes : un Classic Hard Rock (et non un Hard Rock classique) aux sonorités oscillant entre les 70' (« Rescue Me ») et les 80' (« Dying Rose », « Hero-Zero ») mais non passéistes. Les claviers sont parfois de sortie (« Strenght In Numbers »), sans toutefois prendre le pas sur le reste, et notamment les guitares, bien évidemment à la fête ici. Mais comment pouvait-il en être autrement ?

C'est donc satisfaits que nous sortons de l'écoute d' « Only to Rise », un album inspiré et qui permet de lever les doutes que l'on pouvait avoir suite aux dernières livraisons de George Lynch. Mais « Sweet & Lynch » est-il condamné à rester un projet studio, ou quelques concerts seront-ils au programme prochainement? Avec la carrière bien remplie de ses deux protagonistes, il y aurait de quoi passer un bon moment... Affaire à suivre.

15,5/20

4 Commentaires

2 J'aime

Partager
nicko11 - 25 Fevrier 2015: Merci pour cette chro ;-) Cela rejoint les différents avis que j'ai pu lire ailleurs (et pas que des sites francophones). J'ai bien aimé le titre "The Wish" et cet album me tente bcp.
OVERKILL77 - 26 Fevrier 2015: George Lynch est atteint du syndrome Tolkki ! " A force de vouloir être partout, on ne convainc nulle part..." Voilà tout est dit ! George Lynch pourrait d'être sur un seul, voir 2 fronts et essayer de faire quelque chose de concret. Lynch Mob est un véritable gâchis musical et pourtant la paire Lynch/Logan (quelle paire!) possède quelque chose que les autres n'ont pas... Malgré cette chronique bien ficelée qui plaide plutôt en la faveur de ce énième projet, je vais quand même tacher de jeter une oreille très attentive à ce disque avant de me jeter à nouveau bêtement dans la gueule du loup.
WorkOfArt - 26 Fevrier 2015: Comme tu as pu le voir, Overkill77, je n'avais pas été tendre sur le dernier album de Lynch Mob, "Sun Red Sun". Celui-ci est vraiment au dessus à mon sens, et donc plutôt rassurant pour la suite. Mais nous sommes d'accord, attention à ne pas s'éparpiller...
LEDEFRE - 22 Août 2015: L'intro de September ressemble effectivement à Wasted Years... Et la mélodie du couplet de Love Stays ressemble à celle de Revelations (à partir de la 2ème minute).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Sweet And Lynch