Of the Son and the Father

Liste des groupes Heavy Metal Astral Doors Of the Son and the Father
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Astral Doors
Nom de l'album Of the Son and the Father
Type Album
Date de parution 20 Octobre 2003
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album26

Tracklist

Japan issue is called "Cloudbreaker" and contains two bonustracks
1.
 Cloudbreaker
 03:31
2.
 Of the Son and the Father
 04:56
3.
 Hungry People
 03:40
4.
 Slay the Dragon
 03:39
5.
 Ocean of Sand
 03:52
6.
 In Prison for Life
 04:13
7.
 The Trojan Horse
 04:36
8.
 Burn Down the Wheel
 03:33
9.
 Night of the Witch
 03:45
10.
 Rainbow in Your Mind
 03:50
11.
 Man on the Rock
 03:03

Bonus
12.
 Far Beyond the Astral Doors
 03:34
13.
 Moonstruck Woman
 03:25

Durée totale : 49:37


Chronique @ dark_omens

04 Mars 2014

A la croisée des chemins...

Astral Doors nait au début des années 90, en ces froides contrées suédoises, sous l'impulsion du chanteur Nils Patrik Johansson (Wuthering Heights, Lion's Share, ex-Space Odyssey) et de deux guitaristes, Joachim Nordlund et Martin Haglund. Originaires de la même ville, les trois compères décident de s'unir pour donner vie à ce nouveau projet ambitieux dont le but est de proposer une musique à la fois moderne et à la fois ancrée dans un passé révolu. Le premier album de cette nouvelle formation sort en 2003. Il s'intitule Of the Son and the Father.

D'un point de vue musical, force est de constater, que ces Suédois sont parfaitement parvenus à atteindre leur dessein initial puisque cet opus exhale les doux parfums d'une rencontre improbable entre Europe (époque 1982/1984), Black Sabbath et Dio sur laquelle Deep Purple et Rainbow auraient gardé un œil bienveillant. Et si l'image peut paraître excessive, et simplifiée à l'extrême, elle ne pourra cependant pas se délester de la part de vérité qu'elle revêt.

Effectivement, Astral Doors ne pourra en aucun cas s'affranchir des influences évoquées tant son propos, à la croisée entre un Heavy mélodique et Hard Rock énergique, est une évidente évolution de l'art des groupes cités. Empruntant les chemins foulés par d'autres, les travaux de ces musiciens se parent aussi d'un sens de la mélodie propre au clan de Joey Tempest. Ils conjuguent également cette musicalité à certaines aspirations désireux de composer des passages de synthé caractéristiques de ceux écrits par Jon Lord. A ces éléments déjà délicieusement annonciateurs de plaisir, il ajoute encore le talent d'un chanteur dont les intonations vocales, l'âpreté et l'excellence nous rappellent inévitablement le grand Ronnie James Dio (Paix à son âme).

Bien évidemment toutes ces références sont issues de décennies dont les amateurs actuels âgés de moins de quarante ans ignorent presque tout, excepté ce qu'ils ont lu, vu et ce que les plus anciens ont bien voulu leur transmettre. De cette période qu'ils n'ont pas vécu, Astral Doors exhume donc le meilleur avec un premier album aux relents délicieusement passéistes. Toutefois, tout en étant de fervents défenseurs d'un passé envolé, ils n'omettent pas d'inscrire leur démarche dans l'époque contemporaine où ils évoluent. Pour se faire Of the Son and the Father est doté d'une production sonore très actuelle. L'information peut sembler anecdotique tant il paraît évident que la démarche consistant à exhumer le passé ne peut avoir de sens qu'en procédant ainsi, il me semble toutefois important de le préciser puisque certains autres, avides, eux aussi, de ressusciter d'autres temps, n'ont pas hésité à user d'artifices afin de vieillir indûment leur musique.

Quoi qu'il en soit, réjouissons-nous, car voici venir une œuvre séduisante dont les morceaux sont les garants de satisfactions certaines (le vif Cloudbreaker qu'on croirait tout droit extrait du second album d'Europe, le superbe Hungry People aux refrains remarquables, le véloce Burn Down the Wheel, The Trojan Horse, le mélodique Rainbow in your Mind mais encore, par exemple, le très bon Man on the Rock.).

Astral Doors nous propose donc de découvrir un univers très particulier au son de ce premier album réussi. Il parvient assez aisément à nous convaincre fort d'une musique, très connotées années 70, dont l'expression se situe aux frontières entre un très bon Heavy mélodique et un Hard Rock efficace.

3 Commentaires

2 J'aime

Partager
samolice - 04 Mars 2014: Merci Dark pour la chro. Je ne connais pas ce disque. Le seul du groupe que j'ai est "Jerusalem", que j'apprécie beaucoup. Le connais-tu? J'y entends l'album que RJ Dio aurait pu composer s'il était encore de ce monde. Je vais m'intéresser rapidement à ce "Of the Son".
Sperma_frost - 04 Mars 2014: Avec Patrik Johansson au chant, ce qui n'est pas mal non plus c'est le dernier album de Lion's Share sorti en 2009, "Dark Hours"!
Sperma_frost - 04 Mars 2014: Merci pour la chro Dark ;-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire