Nous Reviendrons Immortels

Liste des groupes Black Pagan Aldaaron Nous Reviendrons Immortels
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Aldaaron
Nom de l'album Nous Reviendrons Immortels
Type Album
Date de parution 09 Mars 2010
Enregistré à Microclimat
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album32

Tracklist

1.
 Neiges Sépulcrales
 02:35
2.
 Seigneur de l'Hiver
 07:47
3.
 Instrumentale
 01:51
4.
 En Route vers la Bataille
 07:39
5.
 Nirnaeth Arnoediad Pt. 1
 05:18
6.
 Nirnaeth Arnoediad Pt. 2
 07:01
7.
 Royaume
 06:43
8.
 Prophéties
 08:47

Durée totale : 47:41


Chronique @ Exilaight

18 Avril 2013

Un début honorable !

Aldaaron, un nom qui résonne maintenant à mes oreilles comme un nouveau talent du Black Pagan, qui tend à trouver sa place parmi cette riche et splendide scène. Aldaaron est un groupe français né en 2004 sous le nom « Empire de Glace », nom rapidement délaissé au profit de leur dénomination actuelle.

Il faut tout d’abord savoir que bien qu’Aldaaron officie dans le Black Pagan, l’on reconnaîtra le groupe, musicalement parlant, comme faisant du Black avant tout ! Le côté Païen du groupe restant avant tout centré sur les paroles plus que sur l’instrumentation. N’allez donc pas vous attendre à poser l’oreille sur une instrumentation folklorique ou autres claviers, vous serez alors indubitablement déçus !
Vous comprendrez donc que les influences du groupe se tourne plus vers la scène Black Norvégienne, plutôt que la scène Païenne Ukrainienne ( Drudkh, Nokturnal Mortum).
Aldaaron officie donc dans une musique assez proche de leurs confrères d’« Hindvir »
avec lesquels ils ont tenu quelques concerts.

« Nous Reviendrons Immortels », tel est le titre du premier album du groupe. Celui-ci ayant déjà sortie une modeste démo qui laissait entrevoir le penchant du groupe pour les légendes guerrières, l’honneur et la vaillance que ces guerriers vouaient à leurs dieux païens jusqu’à leurs trépas le fer au poing.

La pochette de cet album pourrait en rebuter certain qui la jugerai manquant d’un quelconque élément « attire l’œil » ou encore d’une tonalité trop grise. Je n’en fut pas partis, c’est avant tout la pochette qui m’avait incitée à me pencher sur cette œuvre, et après une première écoute, on se met à regarder une nouvelle fois cette pochette pour se dire « C’est exactement ça ! ». En effet l’on se rend compte que la pochette reproduit à merveille le contexte de l’album, de simple ruine branlante comme pour témoigner l’existence d’une civilisation païenne au temps jadis, effacé par des religions monothéistes et oublié par une civilisation qui évolue. Le gris omniprésent tend à nous faire rappeler que cette culture est morte depuis bien des siècles et qu’elle appartient désormais au passé, à ce passé enterré, à ce passé oublié…

Le livret poursuit ce à quoi laissait prétendre la pochette. Les membres du groupe à moitiés dissimulés dans l’ombre de ce passé ou errant dans le blanc éternel du grand Nord tel une âme damnée d’un passé révolue. Des paroles en français à l’exception du titre « Seigneur de l’hiver » chanté de manière mixte (des couplets en français et d’autres en anglais). En résumé un livret tout à fait honorable.

Aux premières secondes de l’album, ont croient tout d’abord être confrontés à un Black Pagan tout ce qu’il y a de plus banal commençant par un énième effet « vent qui souffle et bruit de brasier », jusqu’à l’intervention rapide des guitares et de la batterie qui nous mettent directement dans le bain. A partir de là, l’émotion nous étreint, l’on se rend compte que nous sommes confrontés à un groupe doué d’un réel talent de composition. Lorsque l’on rentre dans le vif du sujet avec le titre « Seigneur de l’hiver », l’on commence à découvrir la personnalité d’Aldaaron, aussi bien au niveau instrumental qu’au chant. Une Voix Black tout ce qu’il y a de plus Black, une instrumentation très bien exécutée qui nous transportes loin dans ce monde d’honneur et de conquêtes, présence de breaks très rapidement accompagnés d’un hurlement puis d’une ré-accélération du tempo, des paroles et un riff conducteur magnifiques, qui nous restent en tête pour ne plus nous quitter.

Aldaaron transmet donc à merveille l’aura de son monde, par le biais tantôt d’une instrumentation rapide, puissante et entrainante mêlée à des paroles enivrantes (En route vers la bataille ), tantôt plus épique entremêlée de touches Atmosphériques ( Nirnaeth Arnoediad). Ce dernier titre révélera l’inspiration du groupe pour les œuvres de l’illustre Tolkien. Nirnaeth Arnoediad étant dans l’œuvre de l’écrivain, une bataille ayant opposée les forces de l’Union aux forces de Morgoth et s’étant conclue par la victoire de ces derniers.

Affronter les passerelles du glorieux passé de vos ancêtres ! Aventurez vous sur les champs de batailles, imbibaient de sang le fer de vôtre poigne et rendez vous pour la gloire de vos terres et de vos frères « vers une terre de liberté ! ». Telles sont les sensations que l’album vous évoquera, que de beauté, transpirant de vaillance et de patriotisme, tout ce que j’aime !

Pour conclure, Aldaaron assure ses débuts, avec un premier album extrêmement bien exécuté, ne manquant ni de puissance ni de technique. Des paroles et des rythmes entrainant qui combleront certainement la majorité. Aldaaron prouvera ses talents grâce à la sortie deux ans plus tard du successeur de cet album, « Suprême Silence ».

« Sans un bruit, comme une ombre, partons mes frères maintenant, vers une terre de liberté ! »











3 Commentaires

4 J'aime

Partager
BlackBowl - 18 Avril 2013: Uffff !

Chronique énorme pour un groupe simplement majestueux.



Je pense qu'il ont un bon avenir devant eux, j'avais écouté l'album lors de sa sortis, j'avais étais conquis dès les premières écoutes. Puis a force d'écouter et de réecouter on vois que le groupe a un potentiel de malade, et qu'il y a une superbe "mélodicité" quel que sois les albums.

Si on apprécie cet album je recommande vivement d'écouter "Suprême Silence" sortis en 2012.


Bonne continuation à toi Exilaight
Exilaight - 18 Avril 2013: Merci beaucoup ! Il s'agit de ma première chronique, sa fait plaisir !
Attichitcuk - 24 Avril 2013: Idem
Dédicace à la chanson Nirnaeth Arnoediad.
Merci pour la chronique, Aldaaron la mérite totalement.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire