Nekrotisk Inkvisition

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Koldbrann
Nom de l'album Nekrotisk Inkvisition
Type Album
Date de parution 2003
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album33

Tracklist

1. Fortapelse I Svovel Og Helvetesild 05:57
2. Kaosmanifest 05:10
3. Koldbrann 03:32
4. Liturgi I Dissonans 05:03
5. Fra Allfars Veg 02:55
6. Korpus Sepsis 05:17
7. Den Endelige 06:54
8. Phlegetons Bredder 07:46
9. Inkvisitor Renegat 05:43
Total playing time 48:17

Chronique @ Paganwinter

25 Mars 2011

Koldbrann a bel et bien suivis l’enseignement des institutions norvégiennes, qui plus est à l’école Darkthrone

Koldbrann, l’un des quelques représentants de notre époque, les deux pieds dans la soupe de la jeunesse active, du True Norvegian Black Metal, font alors offrande de leur premier album à la planète hurlante et ce dans une tradition on ne peut plus explicite. Koldbrann a bel et bien suivis l’enseignement des institutions norvégiennes, qui plus est à l’école Darkthrone. Oui, tour ça pour dire que Nekrotisk Inkvisition est un pur produit estampillé Darkthrone-Like, mais pas que, attention donc aux aprioris.

D’entrée, c’est simple, les quelques premières minutes nous laissent dans l’esprit que musicalement, en rapport à la gastronomie, c’est un peu comme de manger réchauffé. Par la suite, durant les cinquante minutes qui composent l’album, on en viendra à trouver intéressant le goût dissociable de nos premières impressions qui démontrent bien que même si ils n’ont l’air de rien, chaque norvégien aux longs cheveux semble avoir la musique dans le sang. La cause de cette semi indépendance envers leur mentors, c’est ce tempo, parfois standard, parfois nettement plus soutenu et plus dégourdissant que l’esprit du vieux rock diabolisé si culte et si tendre aux fans de l’avènement de la deuxième vague, de Bergen à Oslo.

Koldbrann, dans le fond, tente de faire son chemin sur un sentier déjà tracé et pourtant, exploit ou pas, les petits gars de Drammen semblent y arriver, dans une certaine mesure. Quelques artifices autres que le rythme viennent également dissocier le groupe de leurs influences, notamment des percussions aux sons, à première écoute, étranges puis par la suite, excellents. Ceux-ci s’apparente selon moi à de l’artillerie, des coups de feu. C’est la guerre, en quelques sorte, façon Endstille, en plus cradingue et nettement plus malsain. Ajoutons à cela des vocaux de toute première bourre, des intonations de compète qui, j’ai envie de dire, illustrent elles aussi d’une tradition nationale. Accélérations, blast, rock diabolisé, on passe par tous les niveaux fidèles au genre, regrettant parfois, c’est selon l’amplitude des autres instruments, le retrait minime des grattes face à la puissance sonore ambiance.

Vous l’aurez compris, la Norvège et sa scène extrême, c’est ma tasse de thé à moi. Berceau de talents naissants ou de légende malsaine, c’est le pays qui a vu naitre les plus grosses formations, selon moi. Koldbrann, quant à lui, fait partie intégrante de cette classe nationale, et représente un peu malgré lui l’opposition norvégienne à la qualité montante et indéniable de formations suédoises, finlandaises et allemandes dans le même registre. Alors que les grands noms ont quitté la scène de l’authenticité pour leurs propres horizons, Kolbrann fait partie des quelques remparts pouvant encore illustré que les scandinave de l’ouest peuvent encore rivaliser avec Kraft, Horna ou Armagedda, bien que ces derniers sont bien loin devant. Bon, j’arrête, j’en reviendrai presque à faire de la géopolitique. En tous les cas, Moribund, leur deuxième bébé, lui, confirmera la qualité naissante que l’on discerne ici.

Un album d’une très belle authenticité, franc, malsain et traditionnel. Les quatre membres, la rage aux dents et la larme à l’œil s’en vont crier leur discorde à coup de haine sociale et religieuse à qui veut les entendre. Moi je suis preneur. Tous cassé pour ne rien reconstruire. L’Atwork, à ce propos, à y regarder de très près, est fantastiquement représentative de l’esprit musical qui découle de vous installations.

15/20
Paganwinter

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Necroreaper

28 Août 2004
Koldbrann, excellent groupe norvégien de true black metal à la Darkthrone période trois premiers formé par Mannevond aux vocaux et à la guitare, Kvass à la guitare, Fordervelse à la batterie et Jonas aus Slavia à la guitare et à la basse. Le black metal de Koldbrann se veut guerrier et particulièrement puissant grâce à des riffs bien pensés.
Signé sur le label Desolate Landscapes et enregistré au NekroTrygd studios, Nekrotisk Invisition est doté d’une production assez bonne mais à mon gout pas assez puissante car le son des guitares se trouve un peu en retrait dans le mixage. Mais tout cela reste tout de même audible.
Musicalement, les riffs de guitare sont très sombres et installent une atmosphère malsaine présente tout au long de l’album. Les parties puissantes lors des mid tempos typique de Darkthrone sont aussi de la partie. La batterie est dans l’ensemble assez rapide avec une alternance de blasts beats ravageurs sonnant la charge et des mids tempos assez lourds visant eux à installer une atmosphère digne des fins de batailles où l’on ramasse les morts. Le chant est assez semblable à celui de Nocturno Culto (Darkthrone) c'est-à-dire très rauque tout en pouvant pousser des hurlements de démons. Je trouve que le chant est LE fil conducteur de la musique.
Bref, c’est un excellent album de true black metal à posséder pour tout fan de Darkthrone et consorts.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire