Necrholocaust

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Disgorge (MEX)
Nom de l'album Necrholocaust
Type Album
Date de parution 2003
Labels Xtreem Music
Style MusicalDeath Grind
Membres possèdant cet album39

Tracklist

1. Raise the Pestilence
2. Sodomic Baptism
3. Macabre Realms of Inhuman Bestiality
4. Ravenous Funeral Carnage
5. Necroholocaust
6. Goremassacre Perversity
7. Excremential Lust
8. Boiling Vomit Through my Veins

Commentaire @ Necroreaper

20 Septembre 2004
Les Mexicains sont très forts pour faire du grind et du death metal. En voici encore la preuve avec Disgorge, groupe de death grind (oui je me répète) formé par Antimo au chant et à la guitare, Edgar à la guitare et Guillermo à la batterie, et son dernier album en date (2003) assez justement nommé Necrholocaust. Le ton est déjà donné de part le titre. Ce sera tripaille, gore et sang à profusion retranscrit par un death grind metal ravageur, hyper rapide et surtout hyper brutal. A noter que leurs influences vont de Incantation et Grave à Carcass et Mortician.
Signé sur le label espagnol Xtreem music et enregistré et mixé au Ambox studios, Necrholocaust bénéficie d’une production non pas claire mais ultra puissante qui ne fait que ressortir de l’amas sonore la brutalité et la bestialité de la musique. Bien sur les notes qui nous parviennent sont clairement audibles mais c’est surtout très bruyant.
Musicalement, les riffs de guitares sont hyper brutaux, puissants sans presque aucune once de mélodies même si parfois, lors de quelques minuscules ralentissements, on a le droit à de fines couches de mélodies. Mais tout cela reste bien compact et sombre. C’est du death grind quoi. La batterie est hyper rapide tout au long du disque et ne nous offre que trois moments de répis ( je les ai compté ), avec les intros de films d'horreur. En effet, les blasts beats ravageurs et brutaux sont de mise pour nous scalper le crâne au fur et à mesure que la musique avance. On est en droit de se demander si le batteur n’a pas pris de produits dopant avant d’enregistrer ses parties de batterie tellement les blasts sont longs et intenses. En tout cas très grand batteur. Le chant présente deux facettes distinctes dont une, le chant criard et déformé, est moins utilisée que l’autre, le chant guttural et vociférant à souhait. Bref, la aussi, un très grand chanteur de death grind. A noter que l’artwork suis très bien la musique avec une sorte de prison enfermé un tas de cadavres surement laissés à l’abandon.
Textuellement, les paroles parlent de gore, de meurtres en série et de cannibalisme. Rien de bien méchant en somme…
Bref, c’est un excellent album de death grind metal que nous présente ces Mexicains déchainés.


1 Commentaire

1 J'aime

Partager
albundy57 - 31 Octobre 2010: Véritable fleuron de la scène brutal death extrême, DISGORGE continue de répandre la bonne parole gore, et on adore!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kivan

18 Décembre 2004
Necroholocaust aurait difficilement pu avoir un nom qui le décrive mieux, car à l’écoute de cet opus de Disgorge, il apparaît comme évident que cet album à tout à la fois de la nécrologie et de l’holocauste…
Véritable boucherie, Disgorge développe sur ce skeud un death/grind ultra puissant et intense, tout en sachant être malsain et noir à la fois.
La voix overgrave de Antimo Buonnano est presque réduite à l’état d’éructation sous l’avalanche de riffs bétons et destructeurs… et quand ce cataclysme s’arrête le temps de quelque secondes, ce n’est que pour y glisser quelque cris de torture et de douleur, avant de repartir en puissance…
Véritable chef d’œuvre malsain, cet album fera le plus grand bonheur de tous les psychopathes avides de death gore, intense et puissant à souhait…

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire