Nations to Flames

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe A Storm Of Light
Nom de l'album Nations to Flames
Type Album
Date de parution 17 Septembre 2013
Style MusicalSludge Atmosphérique
Membres possèdant cet album6

Tracklist

1.
 Fall
 04:44
2.
 Apostles of Hatred
 05:20
3.
 The Fire Sermon
 04:27
4.
 Omen
 03:59
5.
 Dead Flags
 05:14
6.
 All the Shining Lies
 05:49
7.
 Disintegrate
 04:48
8.
 Lifeless
 04:55
9.
 Soothsayer
 01:53
10.
 You Are the Hunted
 04:36
11.
 The Year Is One
 05:47

Durée totale : 51:32


Chronique @ Mr4444

07 Novembre 2013

L'impression d'une bande de musicos pissant contre le vent avec le sourire ...

Des bons joueurs ne forment pas forcément une bonne équipe, on en a eu régulièrement la preuve avec l'équipe de France de football. Point l'envie de parler de foot, mais plutôt de musique. Josh Graham, vous connaissez ? Red Sparowes ? Graphiste chez Neurosis ? Là oui ! Le bonhomme a eu envie de se lancer dans une carrière "solo" il y a déjà 5 ans, quand son premier album sous le nom d'A Storm Of Light est sorti.

Et non, de bons musiciens ne forment pas forcément un bon groupe. Des albums comme « And We Wept the Black Ocean Within » et « Forgive Us Our Trespasses » n'ont pas convaincu grand monde, la faute à des inspirations beaucoup trop évidentes, notamment sur le grand frère Neurosis. Le troisième avait encore divisé, le bien nommé « As the Valley of Death Become Us, Our Silver Memories Fade ». Avec une bonne floppé de featurings, le groupe avait réussi à s'extirper par intermittence de ces influences. Et avec l'arrivée de « Nations to Flame » ?

Déjà, pour un graphiste ayant signé de belles pochettes avec Neurosis et d'autres, Josh Graham s'est complètement planté avec celle-ci. C'est laid, c'est simpliste. Josh avait déclaré que "cet opus serait plus direct et rentre-dedans". On le remarque dès le format des pistes, dont aucune n'atteindra les six minutes. Le groupe préfèrera ainsi balancer la sauce sans se concentrer davantage sur les atmosphères. Mais ...

... C'est complètement raté. Je spoil ma chronique, il est vrai. Mais il suffit pourtant de se pencher uniquement sur « Fall », introduction de ce disque. Mais que cet album de "Sludge-Postcore-Doom" est chiant. Il n'est pas laid ! Tous les plans sont bien foutus, avec la production qui suit, mais il est ennuyeux parcequ'il n'y a tout simplement rien de surprenant et que toute l'atmosphère est aseptisée au possible. Rien que les martelages de batterie d' « Omen » (ou même « Dead Flags », tellement les titres se ressemblent) ne parviennent pas à remonter la platitude de la guitare. Les tentatives de solos Heavy de « The Fire Sermon » ne parviendront qu'à vous arracher des bâillements.

Je suis un énorme fan du monde atmosphérique, qu'il soit Rock, Metal, Death ou Black. Je n'aime pas cracher comme ça, mais je reconnais que s'il ne faut pas tirer sur l'ambulance, celle-ci est dans un tel état qu'il faudrait l'achever le plus tôt possible. La voix de Josh, plutôt varié sur le disque précédent, se contentera ici de simples hurlements monocordes et sans la moindre émotion. Hurler pour hurler, parce que ça fait peur. Parce que c'est lourd, dans le cas présent, surtout.

Après, il y a des passages malgré tout assez sympathique. On retiendra l'interlude « Soothsayer », des samples de voix dans l'ambiance globale du morceau : sombre, bien emmené par des guitares très graves et ce lent duo batterie/basse. Le titre instrumental de conclusion « The Year Is One », dans une pression constante, offrira également de beau moment. Sa progression lente, sample de ce qui semble être des journaux télévisés en guise de trame, basse ronflante au cœur de son enchaînement pesant de guitare lointaine et d'une batterie hypnotisante. Mais même avec ça, le groupe ne parvient qu'à s'enliser dans une médiocrité de moins en moins excusable.

En fait... Les quelques passages instrumentaux sont tout ce qui pourrait sauver cet album. Aucune alternance de voix, aucun chant féminin pour varier le propos, aucune variations musicales. Et hormis un « Disintegrate » plutôt sympathique dans sa dimension plus épique et rapide, le reste de l'album n'est même pas à décrire tellement c'est lourd, tellement c'est chiant. Le groupe avait pourtant l'air d'accrocher un meilleur wagon sur son disque précédent. Mais ici, artistiquement parlant, on approche du néant. Si le groupe n'était déjà pas connu pour une identité propre, il est clair que c'est peine perdue avec un quatrième album qui ne s'enfoncera que dans les clichés de la Post-Musique.

Alors voilà, je met un terme à ma chronique, il n'y a rien de plus à dire. Si vous aimez vraiment le Post-Core, il y a des dizaines de groupes à écouter. Il y a Neurosis (tiens donc), Rosetta, Year Of No Light, As We Draw ou Memories Of A Dead Man et encore beaucoup beaucoup d'autres. Mais A Storm Of Light ne fait que confirmer que Josh Graham n'est bon que quand il est entouré. Pour le reste, il semble que les albums du groupe durent de moins en moins longtemps. Mais même avec ce disque de 52 minutes, on a l'impression d'en écouter le triple ...

Il s'agit bien de comprendre que le 5 n'est pas tant l'album en soit (quoique...), mais plutôt la démarche d'A Storm Of Light de continuer à nous ressasser la même soupe d'influence tout en empirant la recette d'albums en albums ! C'est dingue, ça donne vraiment l'impression d'une bande de musicos pissant contre le vent avec le sourire ...

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
Icare - 07 Novembre 2013: Memories of A Dead Man, non? Sinon, bonne chro, qui, une fois n'est pas coutume, ne donne aucune envie d'écouter l'album. Well done! :-D
Mr4444 - 07 Novembre 2013: Ah oui ! Oublié un mot, je vais corriger ça ^^' Tu ne perds pas grand chose, de toute manière, y'a tellement plus intéressant à écouter dans ce style là... Josh Graham me doit une après-midi \o/
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire


Albums en Sludge Atmosphérique