Morbid Wings of Sathanas

Liste des groupes Black Metal Baptism Morbid Wings of Sathanas
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Baptism
Nom de l'album Morbid Wings of Sathanas
Type Album
Date de parution 02 Juin 2005
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album48

Tracklist

Limited to 1000 copies
1.
 Et Vidimus Gloriam Eius
Ecouter07:51
2.
 Remains of Cursed Plague
Ecouter04:45
3.
 Vision, Pain & Death
Ecouter05:42
4.
 The Worshipper
Ecouter08:41
5.
 Names of the Dead Souls
Ecouter06:08
6.
 Morbid Wings of Sathanas
Ecouter05:56
7.
 The Path of New Era
Ecouter11:21

Durée totale : 50:24

Acheter cet album

Baptism



Chronique @ Ihopeyoudie

30 Juin 2008
La scène black finlandaise n’est franchement pas avare en élèves studieux, plus ou moins prolifiques suivants les groupes : Satanic Warmaster, Horna, Clandestine Blaze, les ultra cultes Archgoat ou Impaled Nazarene, les déjà moins connu et plus récents Arsonist Lodge. Je ne sais pas si cela vaut le coup d’énoncer les groupes qui daubent sévère du cul, mais me sortir que la scène black se renouvellera avec des groupes comme Ajattara, l’étouffement dû aux rires n’est jamais bien loin.

Baptism, one man band, actif depuis tout de même 1998, est né sous l’impulsion d’un certain KL Sargofagian, qui fut musicien de session studio et live pour les grosses pointures Satanic Warmaster et Horna. Et c’est bien de ce dernier dont la musique se rapproche dans la composition : un riff simple, répété à foison dans le même morceau jusqu'à plus soif, sur un tempo pas des plus élevés non plus, mais qui possède quand même une bonne cadence. En résulte donc une musique plutôt dépouillée, et un groove assez rock n’ roll mine de rien.

Ce Morbid Wings of Sathanas reste tout de même assez ressemblant avec un certain Envaatnags eflos solf esgantaavne, mais toute comparaison et tout amalgame avec ce fameux Horna-style cependant s’arrêtera ici, car il s’agit bien de Baptism dans cette chronique. Même si la comparaison avec ce groupe sera vite fait, et c’est une chose assez normale, il faut tout de même les différencier. Celui-ci est déjà dans son ensemble plus mélancolique, plus noir que son confrère d’infortune, donc pas vraiment le même rendu au niveau de l’ambiance.

La production aussi les distingue, mais c’est déjà moins équivoque: autant Horna possède un son plus clair, celui de Baptism est déjà plus strident, pas baveux mais assez dense. Et une musique beaucoup plus lente en général, un petit peu moins rentre dedans aussi. KL Sarcofagian ne prétend pas faire dans l’original, et essaie surtout de rassasier correctement la faim des amateurs de «true black».

Les musiques dans le disque sont donc assez simples, et privilégient ainsi une efficacité certaine en lieu et place de quelque chose trop élaborée, mais sans trop tomber dans les redites non plus, même si les musiques sont relativement linéaires. Attention, je ne dis pas que Baptism pond des riffs avec plus de trois notes et change de mesure toutes les deux secondes, mais aurait plutôt tendance à nous marteler le crâne en faisant tourner le même riff pendant dix ans. L’ensemble est assez compact, homogène. « Names of the dead soul » est la musique type du disque : six minutes au compteur, un riff et demi, et c’est parti pour un voyage musical dans les terres du black finlandais.

Le musicien se permet même deux musiques dépassant les huit minutes, « The worshipper » et « The path of new era », qui sont déjà un peu plus complexes, très légèrement progressives ou un riff évoluant au fur et à mesure de l’avancement se fait entendre. Sur « The worshipper », quelques intonations de la voix lorgne lors de très courts dérapages vers un chant comme celui de Vargounet. Un chant clair à tendance grégorien et un peu incantatoire, lui se fait entendre sur le morceau titre, ce qui ajoute un côté un peu noir à la compo.

Plus underground, et moins connu, Baptism ne démérite pas pour autant, ce qui en fait même un sacré outsider. Pour preuve, le groupe au line-up nouvellement compléter se met à faire des tournées. Un disque enchantant.

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire