Monument

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Cor Scorpii
Nom de l'album Monument
Type Album
Date de parution 09 Mars 2008
Style MusicalBlack Mélodique
Membres possèdant cet album77

Tracklist

1. Ei Fane Svart 05:47
2. Endesong 05:01
3. I, the Damned 06:16
4. Our Fate, Our Curse 05:30
5. Helvetesfossen 04:02
6. Oske og Innsikt 10:27
7. Kjettar 04:29
8. Bragder I Stein 05:58
Total playing time 47:30

Chronique @ Nordstjarna

03 Juillet 2008
17/20


Formé fin 2004 sur les cendres de Windir par l'ancien claviériste (Gaute Resfnes) et l'un des anciens guitaristes (Stian Bakketeig), Cor Scorpii nous a délivré en mars son premier album après une démo (Attergangar) plutôt prometteuse (sortie 3 ans auparavant). "Monument". On pourrait penser le titre quelque peu prétentieux, et pourtant nous sommes bien ici face à un Monument de son genre, un Monument à la gloire du défunt Windir s'il en est. Défunt ? Pas tout à fait… En effet, malgré la mort tragique de son fondateur Terje "Valfar" Bakken en 2004, Cor Scorpii parvient avec brio à faire perdurer l'essence de son oeuvre sans pour autant tomber dans le piège du plagiat. Car si Cor Scorpii perpétue l'esprit de Windir pour le plus grand plaisir des fans, le groupe a su forger sa propre personnalité à travers sa musique.

Parlons-en justement de leur musique ! Dans ce "Monument", les norvégiens officient dans un folk / extrême métal très efficace, rapide et mélodieux. Associant harmonieusement des riffs de guitare très "windiresque", tour à tour mélancoliques (Ei Fane Svart, Helvetesfessen), lourds (I, the Damned), ravageurs ( Our Fate our curse, Bragder I Stein), avec de superbes mélodies, le synthé est habilement incorporé et offre des sonorités différentes de celles utilisées dans Windir, conférant à certains morceaux une "aura" symphonique particulière. La batterie est carrée, régulière, guerrière, faisant usage de la double pédale avec rapidité et efficacité. Côté chant, Thomas S.Øvstedal nous offre un chant black agressif très proche de celui de feu Valfar, ce qui peut être un peu troublant au début mais n'est pas pour déplaire. On trouve également des passages en chant clair, bien maîtrisé et utilisé avec parcimonie sur quelques morceaux qu'ils enrichissent et auxquels ils apportent une touche "viking" (moins présente que dans Windir). Composé de huit titres, l'album se montre assez varié, dégageant une atmosphère d'une noirceur faite de mélancolie et de fureur mêlées, qui n'est pas sans rappeler l'ambiance de Likferd. Enfin, concernant la production, il n'y a rien à redire.

Abordons maintenant l'album dans le détail :
Le premier morceau, Ei Fane Svart, débute sur quelques notes de pianos bientôt tranchées par un riff dont la mélancolie dominera l'ensemble du morceau. Puis vient Endesong, un morceau plus rapide et plus guerrier. Ensuite, I, the Damned et son intro lente aux riffs lourds et obsédants nous plonge dans une ambiance d'une noirceur pesante. Un morceau à la fois violent et bien travaillé, construit sur de nombreux changements de rythme et dotés de riffs envoûtants . Le morceau suivant, au contraire, débute sur une intro très rapide et ravageuse, la double pédale ne chôme pas mais le synthé vient apporter de la mélodie au morceau et on notera l'utilisation du chant clair vers le début du morceau qui apporte une note viking. Vient enfin le morceau instrumental de l'album, Helvetesfessen, une musique superbe, très mélancolique et assez planante qui mettra les larmes aux yeux aux coeurs sensibles. Oske og Innsikt, qui est un assez long morceau, possède un coté plus progressif et plus symphonique que les autres titres de l'album (on peut clairement y sentir l'influence de la musique classique dans le travail de Cor Scorpii). Un morceau varié montrant l'étendue du talent du groupe ! Puis, Kjettar débute sur une intro aux riffs quelque peu "orientalisants", assez surprenants. Il s'agit là d'un morceau efficace, plutot rapide et guerrier. Enfin, dernier morceau de l'album mais non des moindres (on garde le meilleur pour la fin après tout), le génial et très windiresque Bragder I Stein. Un morceau inspiré, doté d'une certaine intensité dramatique, mêlant rage et mélancolie en alternant avec génie riffs furieux, passages lents au rythme scandé et interlude symphonique grandiose. L'utilisation du chant clair également n'est pas étrangère à la beauté et à l'intensité de ce morceau. Il s'agit pour moi du titre le plus marquant de cet album.

En conclusion, il s'agit là d'un premier album assez varié et des plus réussis pour les norvégiens de Cor Scorpii qui s'imposent en dignes héritiers de Windir tout en proposant leur propre style aux influences plus classiques et progressives. Cet album ravira les fans de Windir mais que vous aimiez ou non ce groupe, si vous aimez le métal extrême et la belle musique, jetez vous dessus, vous ne le regretterez pas !

Après un premier album aussi prometteur, il ne fait pas de doute que Cor Scorpii feront certainement parler d'eux dans l'avenir, souhaitons leur bonne chance pour la suite.

3 Commentaires

5 J'aime

Partager
exsanguine - 31 Octobre 2011: C'est clair, album sublime! Pour ceux qui aiment Windir et autres groupes de "Sognametal" il ne faut pas passer à côté du trés bon album "Attende" du groupe MISTUR
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Paganwinter

30 Novembre 2009
Monument, Windir est un Monument, est-ce le message à comprendre? Ou alors est-ce que cet album est un Monument en l'hommage de Windir? Allez savoir. Ce qui m'importe, à moi, c'est que ce Monument de Cor Scorpii est un album de grande classe s'appuyant, je ne cesse de le dire, sur les compositions du très regretté Windir et de son prodigieux instigateur, Valfar. Cor Scorpii, dont deux des membres actuels sont de l'école Windir, perpétue la tradition du Sognametall aux travers de compositions pas piquées des vers. Traditions, Folklore et amour de leurs ancêtres au rendez-vous. Attendez-vous donc à un condensé de ce que la Norvège fait de mieux actuelement en matière de Métal extrème.

Monument, comme premier album, confirme le talent et l'esprit innitié par la très remarquée car très réussie démo, Attergangar. Les titres sont incontestablement dans la même veine. Que ce soient les vocaux, très Valfariens, si je puis dire, ou encore le rythme passablement soutenu, tout correspond parfaitement à la démo, mais en plus abouti, je dirais. Attention tout de même à ne pas parler de Cor Scorpii comme d'un groupe sans âme qui perpétue le mythe Windir car ceux-ci apportent avec leurs compositions de nombreux éléments qui les en différencient. Primo la batterie est bien plus incisive que sur Likeferd, par exemple. A cette afirmation, je dirai simplement que le rythme des pistes proposées est autrement plus soutenu que ce que faisait Windir, du fait que les compositions sont beaucoup plus linéaires. En gros, sans pour autant tourner à la machine de guerre, Cor Scorpii privilégie un métal soutenu, qui mis à part l'excellent Helvetesfossen, un instrumental de grande classe, compose l'essentiel de la durée du disque. Les lead guitares, sans surprises sont là encore mises énormément en avant. D'ailleurs que serait donc le Sognametall sans cette culture de faire de la mélodie à l'aide des petites cordes. La recette est en ce sens complétement maîtrisée par le groupe et quelques passages pourraient vous procurer quelques sueurs froides. Le génie ne s'invente pas, et même si Cor Scorpii, en poursuivant sur cette voie, ne sera qu'une ombre de Windir pour un bon nombre, il est indéniable que le talent musical des musiciens est énorme. Ce que je veux dire en plus simple, c'est que même avec une inspiration peu personnelle, on peut aisément surprendre par son talent.

Au total, Monument n'est pas un long album. En fait le disque est très épuré. Le clavier, là encore, un élément essentiel car utilisé de manière équitable n'encombre pas les titres et reste discret. Là encore un signe de sobriété. Les mélodies sont belles, la musique est agressive tout en étant nostalgique. La prestation est donc honorable et les membres du groupe ne sont pas tombés dans le piège d'en faire trop. En fait, ils ont produit ce qu'ils savent faire de mieux sans chercher à vouloir élargir les horizons pour ne pas décevoir. Bref un album sans trop de risques mais qui passe comme une lettre à la poste.

Un petit mot sur le design, qui tout en étant discret, est magnifique. Pour ma part, je trouve la pochette splendide, la cover j'entends.

Maintenant, avec une démo et un album à leur actif, Cor Scorpii peut se permettre de reproduire l'année suivante ou dans deux ans, le même genre d'album. Mais au final, l'on reconnaît les grands groupes sur la durée, sur leur manière d'évoluer. En gros, Cor Scorpii ne pourra pas rester indéfiniment un petit frère de Windir, mais devra trouver un chemin qui va les en éloigner. Un chemin qui va leur donner une identité propre. L'avenir nous le dira. Pour l'instant, nous avons là un excellent album, c'est indéniable.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Jankowitch

25 Juin 2008
Me voilà en présence de l'unique album d'un groupe fondé par des ex-membres de Windir: Cor Scorpii. On pourrait s'attendre à un album-hommage à Valfar, membre fondateur de Windir (et unique membre jusqu'en 2001), mort en 2004 d'hypothermie. Je ne vais pas vous rappeler l'histoire de Windir, si vous lisez cette chronique, vous devez déjà la connaître; si vous ne la connaissez pas il est temps de vous informer. Passons maintenant à la musique de l'album.

Même si certains titres rappellent vaguement une track de feu Windir, l'album en lui même ne ressemble pas à un Arntor ou un Likferd.
On retrouve dans cet album quasiment le même chant de tristesse et de haine présent dans Windir, et on est d'emblée saisi: vous êtes sûr que c'est pas Valfar, là ?? Hé bien non.
La batterie est assez différente de celle de Windir, moins linéaire, même si certains éléments sont là.. La guitare aussi semble plus technique, et la différence dans les riffs se fait ressentir (n'étant moi même-pas un guitariste, je ne peux pas dire en des termes techniques la différence); mais cette façon de jouer apporte beaucoup à la musique de Cor Scorpii.
On remarquera la présence d'un morceau instrumental, « Helvetesfossen », une lead guitare excellente, puis succédée par les claviers. Eux sont moins présents sur l'album que sur ceux de Windir; la guitare a pris le relais et mène la mélodie, les claviers sont juste présents en support, ou en break; je trouve ça dommage, car j'adore les claviers de Windir.
Pour ma part, je regrette qu'il n'y ait pas beaucoup de choeurs clairs, qui apportait beaucoup à la musique de Windir en épaulant les cris de Valfar. Il reste cependant toujours des choeurs, mais assez différents; je trouve qu'ils ne collent pas parfaitement à la musique. Par contre, la présence de voix différentes de celles habituelles, un peu plus death sur « Oske Og Innsikt » par exemple, surprend agréablement.
Les mélodies sont moins répétitives, nous rentrent moins dans le crâne que celles d'Arntor par exemple.

Je retiendrai donc surtout les titres « Helvetesfossen », un très beau instrumental, et « Bragder I Stein », un titre assez différents des autres et qui clot parfaitement l'album.

Voilà pour cet album, qui semble être comme une évolution de Windir, à se procurer pour les amateurs du genre, et surtout pour les inconditionnels de Valfar.

PS : Désolé d'avoir écrit cette chronique en la comparant à la musique de Windir, mais la ressemblance entre les deux est bien présente, et on sent bien en ce groupe la succession.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Cor Scorpii