Misconception

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Critical Defiance
Nom de l'album Misconception
Type Album
Date de parution 09 Fevrier 2019
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1.
 Desert Ways
 06:03
2.
 Spiral of Hatred
 05:35
3.
 Punished Existence
 05:07
4.
 507
 03:39
5.
 What About You
 03:44
6.
 Onset
 07:08
7.
 Pursuit of Chaos
 03:45
8.
 Misconception
 04:30

Durée totale : 39:31


Chronique @ LeMoustre

15 Avril 2019

Thrash On Command

Dès les premières secondes de "Desert Ways", le morceau qui inaugure Misconception, le premier album du groupe Chilien Critical Defiance, on sait où on met les baskets à languettes. Riffs tournoyants, thèmes effrénés répétés à gogo, riffs thrash typiques de la scène de la fameuse Bay-Area période 1988, solo rapide, tout y est ! Le jeune quatuor composé de Felipe Alvarado (vocaux, guitares), Ignacio Arévalo (basse), Felipe Espinoza (guitares) et Rodrigo Poblete (batterie), sort ici une oeuvre habitée, hantée par les fantômes d'un passé pas si révolu (la reformation récente de Vio-lence en atteste, les nombreux retours de groupes issus de cette période aussi), plus de trente ans après cet âge d'or.

Les albums phares des anciens espoirs de la côté Ouest (souvent les premiers) constituent ici la base de travail de Misconception. Relances à la Vio-lence (dont la batteur semble s'être bien inspiré), soli à tous les étages ("Spiral of Hatred" dont les deux premières minutes sont impossibles à ne pas rapprocher de l'illustre groupe de Sean Killian), vocaux scandés à Mach2, thèmes construits et déconstruits, breaks incessants, rapidité d'une intensité peu commune (l'acéré et tourbillonnant "What About You"), refrains en gang-vocals, accélérations subites et sens du groove propre à la paire magique Forbidden/Vio-lence première époque (le terrible "Pursuit of Chaos" aux plans rythmiques qui évoquent clairement "Bodies on Bodies" de Vio-lence), impossible de ne pas succomber au charme de ces 8 morceaux (dont un instrumental réussi "507" numéro basé sur une histoire de l'auteur de l'Attrape-Cœur Jérôme David Salinger). La doublette Dark Descent/Unspeakable Axe Records semble avoir eu le nez creux en signant ce groupe.

A l'instar de quelques formations allemandes historiques, Critical Defiance s'appuie sur un chant plus agressif que celui d'un Sean Killian ou d'un Russ Anderson (Vio-lence, Forbidden). Felipe Alvarado possède un rendu plus rauque, très proche de celui de Chris Zenk (Erosion, groupe allemand de thrash/crossover dont le premier album notamment - Mortal Agony - est hautement recommandable). L'alliance entre l'instrumentation du groupe et son hurleur, si elle nécessite un très léger temps d'adaptation, est très efficace. Comportant son lot de grands moments, l'album privilégie ainsi la vitesse d'exécution, et peu de moments posés, voire en mid-tempo feront passer à vitesse grand V l'ensemble du disque. Citons parmi ceux-ci "Onset" titre tiroirs plus posé que l'ensemble du disque, le break à 3'23" de "Punshed Existence", écrasant et répété, la plage acoustique à la fin de "Misconception" ou l'instrumental "507", qui, comme à la grande époque, bénéficie d'une introduction acoustique et farci de soli virtuoses, interlude appréciable avant la déferlante "What About You", morceau implacable au beau solo et sans doute le titre le plus brutal de l'album. Un mot sur le gros plat de résistance de l'album avec "Onset", de plus de 7 minutes, morceau dont les nombreux plans instrumentaux raviront les adeptes d'un thrash construit à tiroirs, moins rapide que le reste de l'album mais de haute tenue.

Ne serait-ce un logo au graphisme maladroit et une pochette fourre-tout reprenant le personnage masqué utilisé par Sodom devant deux tours jumelles détruites, Critical Defiance ne fait que confirmer que la scène Chilienne est une des plus qualitative du moment. Jamais chiant, et composé de musiciens en totale osmose pour une alliance entre thrash Bay-Area et vocaux gras comme un jambon de Coche, Misconception avec un titre final éponyme en forme de coup de poing, assène comme Terrifier l'an dernier dans le même genre, un premier album excellent, certes bourré de belles références facilement identifiables, mais suffisamment efficace pour thrasher à la demande comme en 1988 entre deux sorties de groupes majeurs.

4 Commentaires

7 J'aime

Partager
mechant - 17 Avril 2019:

On en redemande des groupes comme ca....hier  j'ai mis ce groupe en fond sonore pour bosser , touche "repeat" enclenché tellement le groupe est efficacement 80's avec 1 subtil equilibre qualitatif de la voix du chanteur  et des compositions (je hais les voix aigues) . La description du Le Moustre retranscrit à merveille l'effet de bonheur d'ecouter 1 telle formation ou l'on a l'impression d'etre en  terrain connu sans pour autant être dans la redite.

Le groupe n' a pas 1 de ces production informatique deformant le rendu musical...mais bien 1 prod à l ancienne qui sent la sincerité!

Maitre achat thrash de ce 1er semestre.

 

Merci au Moustre

mechant - 17 Avril 2019:

Acheté!

zuluwhite - 20 Avril 2019:

Complètement d'accord avec la chronique et l'avis de Méchant. Album excellent !!

LeMoustre - 20 Avril 2019:

Ça fait en effet plaisir de voir ce genre d'album. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Critical Defiance