Metal Anarchy

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Warfare (UK)
Nom de l'album Metal Anarchy
Type Album
Date de parution 1985
Labels Neat Records
Style MusicalNWOBHM
Membres possèdant cet album32

Tracklist

1.
 Intro
 00:41
2.
 Electric Mayhem
 02:28
3.
 Warfare
 04:18
4.
 Death Vigilance
 03:10
5.
 Wrecked Society
 06:28
6.
 Living for the Last Days
 03:34
7.
 Disgrace
 02:41
8.
 Military Shadow
 03:17
9.
 Metal Anarchy
 02:49
10.
 Psycho Express
 03:37

Durée totale : 33:03


Chronique @ wodulf

11 Novembre 2012

La fusion parfaite !

Les ventes du premier album de Warfare étant satisfaisante pour Neat Records, le label envoie le groupe sur les routes pour le promouvoir. C'est ainsi que Warfare se retrouve à faire la première partie de Tank et Motörhead dans un club londonien. Pendant le concert de Tank, Evo aperçoit Lemmy au bar en train de siroter un Jack Daniel's. Il va le saluer, se présente, se fait offrir un verre et lui demande comme ça, sans détours, si ça lui dirait de produire le deuxième album de Warfare. Lemmy amusé par ce punk qui ne manquait pas d'aplomb accepte. Voilà comment s'est fait ce deal autour d'un verre de Jack Daniel's.
L'enregistrement de Metal Anarchy ne sera pourtant pas une partie de plaisir et de beuverie, le groupe s'apercevra rapidement que Lemmy était un bosseur acharné qui savait exactement ce qu'il voulait et le rendait un peu tyrannique. Il les a fait bosser des dizaines d'heures par jour ne les lâchant pas tant qu'il n'était pas satisfait. Evo raconte à ce sujet que sur le morceau "Warfare", Lemmy lui a fait répèter des dizaines de fois le mot "death" au point de lui détruire la gorge.
En plein enregistrement de l'album, Warfare tombe en rade d'équipement, notamment de guitares. Lemmy appelle Würzel pour qu'il ramène quelques unes de ses guitares pour les dépanner. Würzel arrive donc au studio, branche une de ses guitares et fait un petit solo improvisé pour l'essayer. Evo le trouve bien cool et demande à le garder pour le mettre sur le morceau "Metal Anarchy". Voilà donc pour ce qui est de la participation de Würzel qui n'était au départ vraiment pas prévu.
Cet investissement de Lemmy dans ce second album de Warfare n'est pas anodine. Il a su d'une part flairer le talent et puis surtout n'oublions pas que Lemmy et le punk c'est une vieille histoire d'amour et que sans The Damned, Motörhead n'aurait certainement pas eu le son qu'on lui connaît.
Le résultat de ce travail acharné, c'est un sacré putain de bon album largement supérieur à Pure Filth en tout point. A la fois plus speed, plus lourd et plus puissant, Warfare obtient ici la fusion parfaite entre metal et punk.
Après une intro rigolote, "Electric Mayhem" déboule à toute berzingue avec son riff tout droit sorti du petit manuel GBH. Le chant de Evo bien keupon est toujours autant rempli d'émotions et peut même dégager une fibre mélodique assez touchante, notamment sur "Wrecked Society". Sur les morceaux les plus heavy, notamment "Warfare" et "Living For The Last Days", c'est bien entendu Venom qui vient à l'esprit, le Venom de "Seven Gates Of Hell" et de "To Hell And Back". Puis il y a toujours cette fusion extraordinaire entre riffs complètement punk à la GBH et mélodies totalement heavy metal à la Tank. Le morceau le plus représentatif de cette union est "Death Vigilance", pour moi le plus grand morceau de Warfare.
Metal Anarchy est un album que je considère comme essentiel dans ma culture metal et que je vénère avec la même force depuis plus de 25 ans. A une époque où les punk et hardos se méprisaient cordialement, Warfare réussisait la reconciliation avec cet album.
Sorti en 1986, à une époque où le metal commençait à s'organiser en genre défini, "heavy metal", "speed metal", "thrash metal", Metal Anarchy s'est retrouvé un peu hors caste. C'est pour moi la seule raison qui l'a empêché d'être reconnu comme grand classique.

8 Commentaires

11 J'aime

Partager

samolice - 11 Novembre 2012: Sur ce coup Didier, je trouve que tu y vas un peu fort. L'album de Rogue Male est sorti en même temps et Jim Lyttle a écumé la scène punk irlandaise dés 1977. Certaines influences similaires probablement, mais pompé outrageusement, je m'offusque :-)
En même temps, c'est la chro de Warfare ici alors je sors maugréer dans mon coin.
largod - 11 Novembre 2012: Evo a pas eu de pot (tiens ça rime...) et le deal de Rogue Male avec leur major est passé de travers... trait d'humeur, désolé...
j'suis pas viré quand même ?
MarkoFromMars - 11 Novembre 2012: J'ai lu ta chronique avec grand intérêt et les références et influences citées me parlent carrément.
Ah! Si tout pouvait se négocier un verre de Jack Daniel's à la main, le monde tournerait sans doute plus rond.
Merci de nous faire partager, c'est passionnant.
LeMoustre - 06 Mars 2019:

Super sympa cette chronique. Et, en effet, le son est impeccable pour le genre, sans privilégier un instrumen plutôt qu'un autre. Je découvre avec 200 trains de retard, ayant toujours assimilé Warfare à du punk dénué de l'influence metal qui transparaît pourtant dans le titre. Merci pour ce papier, Raph, impeccable. Alors, sur le digipack que j'ai, on voit pas bien le reflet dans les verres des lunettes du gus sur la pochette, mais sur la version vinyle, c'est sans doute plus explicite, peut-être un cadavre.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire