Martyrs of God

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Apostasia
Nom de l'album Martyrs of God
Type Album
Date de parution 2002
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album44

Tracklist

1. The Prestige of Sorcery 04:53
2. From Mortalitas to Anthéa 04:43
3. Anthea, Anti-Theos Witch 03:56
4. Beyond the Winds of Shabbat 05:35
5. The Cosmic Dialogue 04:58
6. When Lie Struggles Truth 06:41
7. Sententia Inquisitorus 06:27
8. Back to Orion (To the Kingdom of the Stars...) 09:16
Total playing time 46:29

Chronique @ Icare

29 Janvier 2011

Des riffs envoûtants qui vous glacent et vous élèvent l'âme en même temps

Apostasia est un groupe de black français assez méconnu qui a pourtant sorti en 2002 une perle de violence glaciale, maladive et hypnotique, malheureusement passée relativement inaperçue dans la masse des sorties anonymes et médiocres qui pullulent sur le marché du métal. Dans d'autres conditions, et avec une meilleure promotion, ce Martyrs of Gods aurait sans nul doute explosé à la face de tous les amateurs de brutalité symphonique et d'ambiances froides, dérangeantes et cosmiques.

Difficile de comparer ce groupe à un autre tant leur musique est unique et identifiable (chose assez rare et appréciable pour un premier – et malheureusement dernier! - album!). Le premier groupe qui vient à l'esprit est Darkspace, pour le côté incroyablement froid, mécanique et prenant du tout, cette violence raffinée mais néanmoins à la limite du supportable, ces riffs envoûtants qui vous glacent et vous élèvent l'âme en même temps, rehaussés par ces claviers lunaires aux mélodies cosmiques et par les roulements inhumains que martèle la boîte à rythme pour mieux assommer l'auditeur et le maintenir enfermé dans son carcan de glace et d'étoile.

On peut aussi penser à Hecate Enthroned pour l'utilisation incessante de ces claviers en premier plan qui tissent une ambiance réellement sombre et glaciale, mais néanmoins majestueuse, ainsi que pour la voix black, stridente et tourmentée au possible, qui domine largement sur l'ensemble des compos, et se marie à merveille avec ce magma sonore de clavier et de double pédale (synthétique!), étoffant la musique d'une dimension de violence et de terreur supplémentaire. La voix death, profonde et sépulcrale, se veut plus apaisante et intervient sur les passages les plus calmes, contrastant agréablement avec la première. En tout cas, même si ce n'est pas foncièrement original, l'alternance des deux voix est ici bien exploitée et sublime encore les compos, leur donnant plus de corps et de justesse.

Un autre bon point pour nos Français, c'est que les guitares ne sont pas pour autant en reste, formant un impitoyable mur sonore à l'insondable profondeur et distillant des riffs saccadés avec une précision chirurgicale, tantôt typiquement black, tantôt plus teintés death. Car c'est l'une des forces de cet album, malgré le côté très (peut-être trop pour certains?) mécanique et déshumanisé de l'ensemble avec une prédominance évidente de ces claviers possédés et de cette boîte à rythme démente, quelques changements de rythmes salvateurs interviennent (des accalmies bienvenues et apaisantes, comme le passage à 3min30 de From Mortalitas to Anthéa, ou ce passage plus lourd et solennel à 0min50 de Anthéa, Anti-Théos Witch pour n'en citer que deux...), qui donnent un certain dynamisme et plus de profondeur à l'ensemble, et qui permettent surtout de mieux mettre en valeur les parties les plus ultimes où claviers, guitares et percussions électroniques fusionnent en des envolées mélodiques et cosmiques d'une furieuse intensité qui nous aspirent - excitation mêlée d'effroi – dans un monde inconnu, vide, silencieux et noir où le simple mortel n'a pas sa place.


En définitive, il est vraiment difficile de rester hermétique à la musique d' Apostasia: le groupe nous happe rapidement dans son univers insane, nous force à sortir de nous-mêmes, propulse notre âme vers de sombres et lointains cosmos, terrifiant voyage initiatique d'une insignifiante poussière d'humain, et l'errance parmi les étoiles pour trouver la paix intérieure et les réponses aux questions originelles est longue, angoissante et douloureuse.
Mais à la fin, on sort grandi et apaisé de ce périple (où a-t-on flotté au juste, était-on plongé dans les limbes profondes de son subconscient torturé ou était-on en train de voguer dans l'univers glacial et désolé parmi des milliers d'étoiles et de planètes moribondes?), en témoigne la magnifique dernière piste Back to Orion, à l'ouverture grave et solennelle et à la montée en puissance progressive et proprement envoûtante dès 4min37, mais je ne vous en dirai pas plus..., et on est prêt à réaborder notre petit monde terrestre, vide et creux avec plus de sérénité et de volonté que jamais. Une expérience sonore dérangeante et intense que je ne saurais que conseiller aux plus aguerris d'entre vous...

3 Commentaires

0 J'aime

Partager
LuneNoire - 01 Fevrier 2011: Un CD unique, un groupe unique à jamais gravé dans ma mémoire.
Une somptuosité touchant même les profondeurs de mon âme.
18/20
Babath - 31 Octobre 2011: Pareil...ce cd m'avait marqué. A l'époque, j'avais carrément envoyé un mail au groupe pour les féliciter!

Et puis ils m'ont répondu^^ en me disant qu'ils ne comptaient pas s'arrêter là...et pourtant on n'a malheureusement pas de nouvel d'eux (à moin qu'ils n'aient intégrés d'autres groupe entre temps)

17/20
Icare - 14 Janvier 2014: Hmmm, une précision intéressante... Wait and see, qui sait? Des reformations inespérées après plus de 10 ans de split, ça s'est déjà vu! :-D En tout cas, oui, cet album est unique en son genre et m'a aussi sacrément marqué... Merci pour vos commentaires!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Black_Requiem

01 Octobre 2003
Voici encore un nom d'un groupe de la scène Black (ici groupe de Black Sympho) française. D'un genre propre à eux (un son très « électrique »), Apostasia arrive à fort bien tirer son épingle du jeu avec Martyrs of God.

De nombreux passages très rapides (c'est le batteur qui a du souffrir car il n'y va pas de main ? plutôt de pied mort sur le double pédalier), le tout renforcé de parties totalement mélodiques et de guitares omniprésentes, voici ce qui pourrait caractériser la musique d'Apostasia. Comme je l'ai précisé auparavant, leur son est très « électrique » ce qui les distingue des autres groupes de Black Sympho. Mon coup de coeur sur cet album est le titre « From Mortalitas » qui est le titre de promotion de l'album et qui m'aura incité à acheter ce dernier (chose que je ne regrette pas). La seule chose qui me plaît moins sur cet album est la pochette (bon c'est une question de goût). Je n'aime pas spécialement l'image ...

En tout cas c'est un achat que je ne regrette pas tant l'album se diffère des autres par son style unique, en attendant une suite qui sera aussi bonne voire meilleure, je le pense.

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
Icare - 25 Fevrier 2009: Je précise qu'il n'y a pas de batterie sur Martyrs of God, mais une boîte à rythmes!

Heureusement d'ailleurs, sinon je crois que l'on pourrait qualifier le batteur d'extra-terrestre... ;-)
Babath - 02 Mai 2010: Un superbe album plein de belles mélodies, un style de black métal sensiblement différent à ce qui ce fait ailleurs.

Le seul hic pour moi, c'est la production pas assez bonne, qui manque de basse.
Et peut être aussi le clavier qui a la longue parait peut être un peu superficiel sur les bords.

Un album a écouter absolument!

Et quel regret de ne pas avoir de nouvelles d'eux, j'ai tellement aimé cet album...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ willow

31 Mai 2005
hop un petit groupe de black metal français signé chez adipocere ! le genre de cd bien sympa a écouter , d'une ambiance trés mais alor trés froide surtout du au fait qu'une boite a rytme est employée ici et ca rend vraiment trés bien. le chant est assez commun mais ca n'enleve rien a cette ambiance si particuliere, le clavier est trés présent , black sympho oblige mais n'est pas abusif comme on peut le voir (l'entendre plutot) chez certains groupes! l'album ce fini en apothéose avec "back to orion" morceaux de 9 min tout bonnement excélent ! voila cd a découvrir pour les fan qui recherche un peu de black a ambiance àse mettre sous la dent.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Apostasia