Manifestation

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
pas de note
Nom du groupe Cloak Of Altering
Nom de l'album Manifestation
Type Album
Date de parution 04 Décembre 2015
Style MusicalBlack Avantgardiste
Membres possèdant cet album2

Tracklist

1. Manifestation 01:49
2. -3.003486962(6)+—10-66 06:55
3. Stretching Infinity 07:28
4. Cave Systems of the Outer Moons 07:58
5. Hidden Celestial Deity 07:45
6. Black Hole Cloaks 08:27
7. Parasitic Altering Sickness 06:43
Total playing time 47:05

Chronique @ Matai

08 Décembre 2015

Un black indus/sympho très atypique, chaotique et perturbant

Il y a des personnes infatigables. On ne sait pas comment elles font mais elles sont complètement infatigables. Elles ne craignent ni le manque d'inspiration ni les coups de mou et se retrouvent à composer en permanence, jusqu'à plus pouvoir. C'est le cas de Mories, musicien accompli officiant dans une myriade de projets tous aussi différents les uns que les autres. Ce Néerlandais s'est surtout fait une réputation avec Gnaw Their Tongues et ses nombreux albums et splits. On l'a aussi vu dans Aderlating. Il serait presque impossible de citer tous les noms de ses projets mais ici, on va se concentrer sur Cloak Of Altering, créé d'abord sous le nom d'Ophiuchus. Depuis 1996, l'infatigable Mories délivre un black avantgardiste chaotique où se mêlent le black symphonique et le black industriel.

"Manifestation", sorti ce mois-ci chez Crucial Blast, est le quatrième méfait et s'annonce plus mélodique que ses prédécesseurs, mais tout aussi apocalyptique. La musique de Cloak Of Altering est spéciale et déroutante, condensé de claviers et d'éléments électroniques, de boîtes à rythme endiablé, de guitares saturées et de vocaux écorchés. On est loin des groupes à la production propre et aux titres conventionnels. Ici, c'est de l'underground, c'est mauvais et inquiétant à souhait, et non fait pour les petites natures.

L'album s'ouvre avec le titre éponyme qui annonce déjà la couleur avec son dark ambient industriel qui nous transporte dans les méandres de l'horreur et de la folie. Les petits sons industriels hypnotisent, nous paralysent et nous préparent à une vive descente aux enfers. Lorsque "3.00348696261066" fait son apparition, il n'y a plus de demi-tour possible. La première minute, aux relents symphoblack, fait finalement place à un black indus saturé et morbide où les beats à la Mysticum nous emmènent en plein champ de bataille. Les guitares sont distordues et souvent maladives, accompagnées de ce chant torturé. Un chaos noir qui continue avec "Stretching Infinity", avec ses plans déstructurés, son côté funéraire dans les claviers, ses trémolos typiques du black, et des beats parfois incessants qui agissent plus comme une punition qu'autre chose...

La musique de Cloak Of Altering est déjà bien macabre, mais cet album sonne tout de même plus "lumineux" qu'un "Plague Beast" (2014) complètement fou de noirceur, par exemple. En réalité, il se dégage parfois un côté cosmique transportant l'auditeur vers des contrées plus astrales comme sur "Cave Systems of the Outer Moons" et ses arpèges électroniques. Le rythme est lent, doomesque, et certains sons donnent cette impression d'apesanteur, de légèreté. Mais une légèreté difficile à supporter, souvent rappelée à l'ordre par la distorsion des guitares et des claviers qui nous rappellent les origines du projet.

Le Néerlandais varie son propos, dévoilant des titres ayant leurs particularités, malgré une longueur et une avalanche de beats qui peuvent souvent irriter, avec un "Hidden Celestial Deity" parfois ambient ou un "Black Hole Cloaks" qui pourrait sonner comme un Arcturus en plus saturé, pessimiste, et criard. Les nappes de claviers prennent parfois de la puissance, au détriment des guitares, et certains vocaux synthétiques font leur apparition, confirmant ce virage vers le zéro absolu de l'espace.

L'écoute de ces morceaux est parfois éprouvante. Les instruments ne sont pas tous forcément placés au bon endroit avec, par exemple, des beats qui cassent un peu l'atmosphère qui s'était installée, ou au contraire des claviers qui nous freinent dans notre élan. La longueur des titres y est aussi pour quelque chose, avec souvent un début ou une fin puissante et sympathique, et un milieu creux qui manque de fond. On peut comprendre que Mories veuille faire progresser ses pistes et développer une atmosphère particulière, mais parfois, il faut aller aux faits, au risque de perdre son audience.

"Manifestation" est donc un album qui n'ira pas entre toutes les mains. Cloak Of Altering livre de nouveau un black avant-gardiste très atypique, chaotique et perturbant. Mais lorsqu'on joue dans tellement de projets et qu'on se permet en plus de faire des prestations live, parfois les albums en souffrent. C'est ce qu'on peut ressentir sur la plupart des pistes de cet album : l'intention et les idées sont bonnes, mais l'exécution n'est pas toujours bonne. Il y a des moments d'ennui, des moments d'agacement et des moments si bordéliques qu'on passe au titre suivant. Mais il y a aussi de bons moments, avec des passages terrifiants et captivants, et des passages plus mélodiques et lumineux qui attirent l'attention.

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire