Loose Nut

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Black Flag
Nom de l'album Loose Nut
Type Album
Date de parution 1985
Labels SST
Style MusicalHardcore
Membres possèdant cet album15

Tracklist

1. Loose Nut
2. Bastard in Love
3. Annihilate This Week
4. Best One Yet
5. Modern Man
6. This Is Good
7. I'm the One
8. Sinking
9. Now She's Black

Chronique @ taylor13

05 Janvier 2010

Un bon concentré du savoir de ce groupe.

Black Flag est un groupe de punk-hardcore que l'on aurait pas besoin de présenter si le monde était parfait. C'est avant tout l'histoire d'un homme: Greg Ginn leader et guitariste du groupe durant près de 10 années, y est associé le nom d'Henry Rollins, au chant depuis les premiers albums studios.

Black Flag c'est également le "Do-it-yourself" incarné avec la création du label indépendant SST Records (à l'initiative de Ginn) qui a signé des groupes comme les Meat Puppets, Dinosaur Jr, Hüsker Dü, Soundgarden et Sonic Youth.
Ce sont d'ailleurs ces mêmes groupes qui à la fin des années 80 ont repris le (drapeau) flambeau punk de Black Flag et ont connu une certaine notoriété (pour certains cette époque correspond même au début de l'envol de leur carrière).

Revenons à Black Flag, et aux différents line-up qu'à connu le groupe.
Enregistré en mars 1985 et sorti en mai de la même année (oui on est bien loin des 14 années de production de la Démocratie Chinoise du Guns N' Roses), le groupe connait à cette époque un changement dans le line-up: Kira Roessler n'est au poste de bassiste depuis moins d'un an et Bill Stevenson dont le poste de batteur était celui du batteur de session d'enregistrements, occupe désormais un poste officiel.

Cet album est plus direct que son prédécesseur (Slip It in) dans la mesure ou les titres délivrés ne sont pas plus incisifs mais certainement moins progressif : il suffit d'écouter Obliteration dans ce même Slip It in pour n'y voir que King Crimson. Mais cet album (Loose Nut du coup) n'est pas plus calme, il est plus accessible: qui résisterait au riff de "Bastard In Love"? Au groove de "Modern Man"? A la nonchalance de "This Is Good"?

On sait depuis longtemps que Greg Ginn n'a plus rien à prouver concernant sa créativité. Cet album ne fait que le confirmer, un titre comme "I'm The One" en est l'exemple même. La guitare du début à la fin du titre est électrisante, et peu, trop peu, de guitaristes de la scène punk-hardcore ont su recréer cette énergie dans le jeu. Bill Stevenson est une preuve supplémentaire d'énergie dans le jeu. Dès le premier titre, "Loose Nut", le batteur en jette plein la vue et ça ne va pas en en s'arrangeant, "Sinking" constitue peut être un "pause" dans le jeu du batteur. Ce titre reste toutefois assez sombre par rapport aux autres titres de l'album.

C'est clairement le jeu de basse de Roessler, qui semble s'affirmer bien plus que sur le précédant album, qui rend cet album plus "dansant" (dans la mesure où Black Flag peut être dansant), disons qu'on a moins envie de pogotter que sur un "Forever Time" (de My War), ou sur "Police Story" (de Damaged).
Même le chant de Rollins semble s'adapter à la situation. La hargne du chanteur est toujours présente mais cette fois elle s'exprime autrement sur "Annihilate This Week" par exemple, on est bien loin des spoken words dépressifs sur Family Man.

Si cet album peu paraitre plus calme que la moyenne des albums de Black Flag, qu'on se rassure: un titre comme "Now She's Black", qui conclue cet album, restitue parfaitement ce que peut faire Black Flag, si le drapeau s'agite un peu. En définitive, cet album est surement le meilleur album pour faire découvrir Black Flag puisqu'il s'agit là d'un bon concentré du savoir de ce groupe désormais légendaire.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire