Liberty Manifesto

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Airtime
Nom de l'album Liberty Manifesto
Type Album
Date de parution 2007
Labels Escape Music
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album11

Tracklist

1. Edge of Your Time
2. Midnight Black Blue
3. Liberty
4. Headstream
5. River Runs Deep
6. Find Your Way
7. Addicted
8. Code 9
9. Rise
10. Moving Day
11. Transmutation
12. Crying Shame

Chronique @ Chacal

05 Mars 2008
Malgré le fait d'avoir connu un succès interplanétaire avec Triumph, Rik Emmett n'est toujours pas rassasié. Agé de 54 ans, notre homme ne souhaite toujours pas ranger sa guitare et reprend du service au travers de son nouveau projet nommé Airtime.

Rik doit être aficionados du dicton, « on est jamais mieux servi que par soi-même » : en effet, sur ce nouvel album, il assume les guitares, le chant et la basse. Heureusement, un second larron, Michael Shotton (Von Groove), vient lui tenir compagnie et ponctuellement s'occuper de la batterie, des claviers, des effets et des backing vocals. Après ça, comment ne pas se demander pourquoi une fanfare possède tant de musiciens ...

Si l'on est rarement surpris par les productions actuelles, Airtime se permet de casser la routine habituelle en nous proposant un opus sortant véritablement des sentiers battus. « Liberty Manifesto » est très particulier, très hétéroclite, tout simplement surprenant !
Bien évidement, le groupe pratique principalement une musique rock, voir hard rock à forte tendance fm et l'ombre de Triumph plane quasiment sur l'intégralité des titres. Malgré cet acquis inévitable, la richesse des influences utilisées pour la composition en fait un melting pot musical impressionnant, voyez plutôt : si l'ambiance de l'époque où Jeff Beck régnait en seigneur se fait ressentir sur « Edge of your mind », « Midnight black and blue », avec son riff rock très pêchus, est basé sur le même principe que le fameux « You really got me » des kinks ; s'il est vrai que l'intro de « Liberty » rappelle bizarrement « Too young too fall in love » des Crüe, ce n'est que momentanément : la suite du morceau retombe sur ce qui aurait pu être un grand titre des défunts canadiens, avec en plus la magie des refrains propre à Queen ... Le dirigeable de Led Zeppelin est lui aussi présent, principalement sur le riff de l'instrumentale « Transmutation » et cela groove tellement sur « Code 9 », que l'on se demande encore pourquoi James Brown n'assure pas le chant !
2 titres instrumentaux, un acoustique de toute beauté (« Headstream »), l'autre électrique (« Transmutation ») viennent compléter ce côté « diversité » de l'album.
Malgré tous ces petits clins d'oeil, Rik Emmett retombe toujours sur ses pieds et propose un album orienté AOR, moderne, cohérent et bien ficelé. Chacun des titres possède une composition travaillée, de grande qualité, des mélodies imparables, un chant impeccable, des arrangements aux petits oignons et des passages musicaux sublimes, à la hauteur de la renommée des 2 compères. Rien à dire, sacré boulot !!
La production bénéficie elle aussi de cette perfection et reste irréprochable.

Si Airtime s'adresse avant tout aux fans inconditionnels des défunts Triumph, tous fan de rock, d'AOR ou de passages musicaux subtils devrait y trouver son compte. Comme quoi, la pré-retraite n'est pas forcément la bonne solution pour tout le monde !
Espérons que ce projet ne se résume pas qu’à cette seule sortie ...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Airtime