La Mort du Soleil

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Sombres Forêts
Nom de l'album La Mort du Soleil
Type Album
Date de parution 09 Juillet 2013
Style MusicalBlack Atmosphérique
Membres possèdant cet album51

Tracklist

1. Des Épaves 05:04
2. Étrangleurs de Soleils 08:35
3. Brumes 08:51
4. Au Flambeau 06:39
5. L'Ether 09:09
6. La Disparition 09:23
7. Effondrement 04:41
Total playing time 52:22

Chronique @ grendel

16 Août 2013

Tout comme "Gris" le groupe a gagné en maturité et se veut moins froid et haineux que par le passé.

Tout comme "Gris" la sortie du nouvel album de "Sombres Forêts" s'est longuement fait attendre. En effet il s'est écoulé 5 années entre la sortie de leur précédent album "Royaumes de Glaces" et celui-ci intitulé "La Mort du Soleil". Ils avaient entre temps formé un projet avec "Gris" nommé "Misere Luminis" qui vu sortir leur unique album en 2009. Déjà sur cet album nous pouvions constater la volonté des deux groupes de mettre de côté l'aspect agressif et brute de décoffrage de leurs premiers albums pour se tourner vers quelque chose de plus ambiant. A l'écoute de cette "Mort du Soleil" on constate immédiatement qu'Annatar a voulu continuer dans cette direction et ce, pour mon plus grand bonheur. Tout comme "Gris" le groupe a gagné en maturité et se veut moins froid et haineux que par le passé.

Il suffit de jeter un œil sur la pochette de l'album qui comme pour "Gris" a été réalisée par l'homme qui pour moi est le meilleur dessinateur d'artwork de cette époque: Fursy Tessier. On peut y voir un navire perdu au milieu d'une mer noire déchaînée, qui lutte désespérément pour s'en sortir mais ce combat semble perdu d'avance face à la colère d'un élément que personne ne peut contrôler et qui sera maître du triste destin de ce bâtiment qui commence déjà montrer les dégâts subits par les éléments. Cette image représente parfaitement la musique contenue dans l'album. La volonté de se battre même si tout semble désespéré. De faire savoir que même plus bas que terre et renié de tous, nous existons encore.

L'album commence par un magnifique arpège acoustique en guise d'introduction, nous quittons terre sur une mer d'huile, le soleil et le vent sur le visage, l'équipage à le sourire et nous nous sentons enfin libre de voguer jusqu'à l'infini, loin des tumultes de la vie quotidienne. Seulement mère nature n'en a pas décidé ainsi et après quelques miles parcours nous voyons déjà le ciel s'assombrir avec au loin cette voix faite de souffrance et de haine. Une voix qui ne trouve plus de repos et qui va nous emmener dans son univers fait de tristesse, de désespoir et de déceptions.

Le soleil se retrouve très vite étranglé par ces énormes nuages sombres, l'océan est passé de la couleur ambre au gris le plus profond, de légers creux commencent à se former et font lanciner notre navire, le froid nous enveloppe. Tout n'est que mélancolie et le Dieu Annatar nous déverse toute sa tristesse à travers sa voix désespérée, malade et à bout de souffle. Tout, absolument ce qui suivra dans cette œuvre ne sera que mélancolie, que ce soit accompagné de quelques touches de piano ou des complaintes des guitares, aucun espoir n'est de mise. Et lorsque les rayons du soleil arrivent à percer les nuages pour nous offrir un peu de lueur, ce n'est que pour recouvrir encore plus le ciel de noir et nous emmener plus profondément dans les ténèbres.

La production est parfaite quant à elle, les guitares saturées ne sont pas trop agressives et la batterie se distingue bien. La voix d'Annatar est bien mise en avant et je préconise une écoute au casque pour un rendu maximum.

L'Ether est le morceau le plus atmosphérique de l'album, il est fait de beaucoup d'arpèges acoustiques, il fait ressortir tout le côté ambiant de l'album et met presque complètement de côté tout aspect black metal.

Avec "La Disparition" nous sortons un peu de la tempête et quelques notes de pianos nous amènent sur un paysage un peu plus calme mais toujours emprunt de noirceur. Nous pouvons distinguer les étoiles et l’horizon, nous avons passé un cape, celui du monde de la lumière, le passage a été chaotique mais nous sommes enclins à nous laisser guider dans le monde de la nuit et à y demeurer. Car au fond c'est à ce monde là que nous appartenons, c'est dans cet univers que l'on se complait réellement, nous n'avons plus besoin de le renier, l'équipage est là, il nous regarde avec compassion et nous fait comprendre que nous n'avons plus à nous cacher. Les voiles sont toutes droites dehors et le navire repart de plus belle vers notre destination finale.

Le dernier morceau, "L'Effondrement" est fait de la même manière que l'introduction mais de manière inversée. Les cris de désespoir avec cette sensation de danger sont placés en début de morceau mais s'estompent rapidement pour laisser place à quelque notes de piano, plutôt lumineuses, comme si l'univers s'était inversé, comme si nous avions quitté le vrai monde des ténèbres, celui dont nous sommes partis pour aller dans celui qui nous est vraiment destiné et celui où l'on se complaît le mieux. Les gens l'appellent l'Enfer mais au fond ce sont les gens qui créent leur propre Enfer sur Terre et la seule façon de s'en défaire et d'accepter cette "traversée" tumultueuse pour enfin avoir cette paix que tout le monde recherche.

"Sombres Forêts" a donc réussi à nous faire voyager, à nous bercer sur des flots faits de poésie, de douleurs, de déception et au final de libération. Il nous a fait entrevoir la lumière dans son monde de ténèbres, il nous a montré que même si tout semble désespéré dans ce monde, il faut continuer à lutter contre l'insurmontable, nous serons tous récompensés à la fin. Il recueille à son bord toutes les âmes naufragées et les emmène dans son univers. Oserez vous l'accompagner de ce voyage ? Vous risquez de ne plus vouloir en revenir...



8 Commentaires

11 J'aime

Partager

 
Onyama - 16 Août 2013: On sent très bien l'influence mutuelle entre Gris et Sombres Forêts qui doit provenir de Miserere Luminis.

De très belles pièces que ces 2 groupes nous ont servis.
Naagash - 16 Août 2013: Un bien bon album, je suis bien d'accord avec tout le monde.

(par contre, ça aurait été bien de remettre les mots qui manquent dans tes phrases, et de revoir tes constructions de phrases trop lourdes etc...)
krashno - 16 Août 2013: je suis sous le charme! Mon prochain achat d'abmun est trouvé gràce à toi. Merci Grendel.
 
widomar - 17 Août 2013: Bonne chro !
Je devrai recevoir l'album avec ma prochaine livraison, en septembre et je suis bien pressé d'y jeter une oreille !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Sombres Forêts