La Mort Triomphante

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Sacrifizer
Nom de l'album La Mort Triomphante
Type EP
Date de parution 14 Avril 2019
Enregistré à Le Caveau Studio
Style MusicalSpeed Metal
Membres possèdant cet album15

Tracklist

Reissued in Vinyl by Dying Victims in 2019 with bonus tracks
Track 7-8-9 from demo 2018 "Night of the Razor"
1.
 Winds of Transylvania (Intro)
 01:12
2.
 The Grave of Nosferatu
 05:16
3.
 By Fist, Leather and Steel
 04:23
4.
 Blackfire Wytch
 02:48
5.
 Massacrator (Midnight Ripping)
 03:39
6.
 La Mort Triomphante
 05:56

Bonus
7.
 Night of the Razors
 
8.
 Grim Torment
 
9.
 Profane Force
 

Durée totale : 23:14


Chronique @ LeMoustre

18 Novembre 2019

Speed Trap

Ah le speedmetal, genre de transition entre heavymetal classique issu du début des années 80 et un thrash qui connut son apogée sur la seconde moitié de cette même décennie ! Un style toujours vivace de nos jours qui bénéficie d'un regain d'intérêt auprès des fans. Avec des groupes trop rapidement désintégrés jadis comme Acid, Agent Steel, Abattoir ou Living Death qui connurent leur heure de gloire dans les mid-eighties, le genre s'est sabordé, par le biais de formations ayant rapidement réorienté leurs propos, pour celles qui ont survécu. Pourtant, plus de trente ans après, des jeunes loups comme Evil Invaders, Ultra-Raptor, Ranger ou Stälker des deux côtés de l'Atlantique refont vivre avec brio cette scène trop vite disparue, aux côtés de groupes toujours en activité ou tentant un retour salutaire (ADX, Agent Steel).

Peu en France ont osé s'aventurer vers ce style là récemment. Citons le trio du Sud-Ouest Iron Slaught par exemple qui mixe allègrement riffs purement heavy traditionnel et moments plus énervés. C'est aussi le cas du jeune Sacrifizer, dont la sortie sous format vinyle chez Dying Victims (pas un label qui signe aveuglément ses poulains) de son mini-album déjà publié en format CD un peu plus tôt dans l'année, ici accompagné de sa démo Night of the Razors et d'un inédit, contribue à refaire vivre sous la bannière tricolore ce genre parfois sous-estimé. Originaire de Mulhouse, le quintet assène baffe sur baffe, dans un genre ébouriffant. Plus rapide que Ranger, plus sale que Evil Invaders, moins mélodique que Stälker et moins contrôlé qu'Iron Slaught, le groupe se rapproche des balbutiements de Destruction par sa rapidité d'exécution (petits cris en fin de phrasés à la Schmier inclus) tout en conservant un propos purement speed dans sa version la plus agressive et rapide. Nous revoilà donc revenus entre les années 1985 et 1987, avec cavalcades de bon aloi et déclamations à l'avenant ("By Fist, Leather and Steel", pas un titre de morceau qui déchire, ça ?). Les riffs, panorama de la scène proto-extrême (presque blackmetal, celui qui lance efficacement "Blackfyre Witch") sont joués avec pugnacité et conviction, si bien que Sacrifizer, sous ses faux airs de déjà-vu, emporte avec lui toute résistance, pour peu que l'on adhère à ce genre bien sûr.

Un peu l'antithèse des productions modernes (on pense souvent aux tous débuts de Destruction), pas si éloigné d'un Hexecutor dans le rendu effréné, en moins thrash cependant, Sacrifizer rattrape en un seul disque le retard accumulé par le pays de Notre Dame de Paris ou Brocéliande dans un genre dont nombre de pays sont devenus friands (citons les scènes Canadiennes, Allemandes mais aussi venant de Grèce ou d'Espagne). Petit clin d’œil à Kreator sur les premières mesures de "La Morte Triomphante", qui renvoie dans son schéma introductif au fabuleux début du titre Terrible Certainty (1987), version speed bien sûr. Peu de mid-tempo, peu de répit, et une authenticité à toute épreuve.

La version LP de près de 40 minutes proposée par Dying Victims comporte donc, en sus du mini-album, les 3 titres de la démo Night of the Razors, sortie à l'origine en format cassette. Celle-ci possède un son plus sourd, moins percutant, tout en gardant la même énergie, et un niveau qualitatif proche qui ne demande qu'à exploser sur scène. Mais aussi un inédit, "Morbid Envenomation" en 10ème piste, farci de soli ingénieux et volubiles en son début et au développement vraiment prenant. Le piège serait de considérer Sacrifizer comme un pâle rejeton des grands anciens, il n'en est rien, tant l'énergie au service de compositions rapidement mémorables contribue à remettre le speedmetal dans les styles qui comptent. Belle performance !

8 Commentaires

15 J'aime

Partager

LeMoustre - 18 Décembre 2019:

Belle reconnaissance, et information toujours sympa à lire. 

mechant - 18 Décembre 2019:

J ai ecouté 1 bon paquet de fois cette nouvelle formation. Ce qui en ressort est juste excellent...le speed 85's mixé a 1 black metal nous donne 1 excellente recette ...si comme le dit Le moustre 1 pincée de Kreator est bien presente, je sens le souffle d un Hexecutor tres proche .

Largement conquis par cette jeune formation....je pense bien l'acquerrir, je dois reconnaitre pour le coup que la K7 m aurait bien fait plaise...mais malheureusement plus dispo ....(à 1 prix correct)

Merci le moustre pour cette belle chro passionné.

mechant - 27 Décembre 2019:

Voilà chose faite!

La K7 est le format ideal pour les demo et maxi....enfin degoté

Le moustre tu peux continuer à degoter de bonnes petites formations  du genre....ca regale!

 

tormentor - 28 Décembre 2019:

Moi aussi après cette belle chro j'ai écouté ce Sacrifizer et j'ai accroché direct ! Trop bon j'adore !

Il me faut au plus vite ce skeud !

Merci à toi jèjé pour cette découverte et cette chro toujours au top. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Sacrifizer