Infinite Regress

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Defiled (JAP)
Nom de l'album Infinite Regress
Type Album
Date de parution 24 Janvier 2020
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album5

Tracklist

1.
 Intro
 00:23
2.
 Divide and Conquer
 02:30
3.
 Tragedy
 05:21
4.
 Systematic Decomposition
 02:33
5.
 So Blind
 02:47
6.
 Legacy
 01:58
7.
 Masses in Chaos
 02:00
8.
 Centuries
 04:17
9.
 Aftermath
 03:01
10.
 Invisible War
 01:44
11.
 Ignorant
 02:27
12.
 Slaverobot
 02:57
13.
 Infinite Regress
 02:47
14.
 Outro
 00:32

Durée totale : 35:17


Chronique @ odrodzenie

26 Mars 2020

ça pilonne sec, ça rosse efficacement, le riffing est incisif et le growl bien caverneux

Vétéran de la scène « death » japonaise, avec 28 ans d’activité et 5 albums aux compteurs, force est de constater que le combo ne s’est jamais véritablement imposé dans le style, la faute sans doute à des œuvres de qualité mais pas transcendantes. Quatre ans après « Towards Inevitable Ruin », Defiled publie son nouveau méfait intitulé « Infinite Regress », toujours sous la houlette de Season Of Mist.

Ce nouvel enregistrement ne déroge pas à la règle. Les japonais n’ont pas viré leur cutil et pratique toujours un « death-metal » bas du front, brutal, sans concession et très ancré dans le « old-school ». La grande majorité des morceaux sont courts et dégoulinants de riffs comme sur « Systematic Decomposition » ou « Masses In Chaos », mais pour maintenir l’attention de l’auditeur et éviter qu’il ne se noie dans cet océan de brutalité, Defiled a su injecter à son propos, une dose de « groove » (« Aftermath ») mais également de la lourdeur, comme sur le morceau-titre, conférant à l’ensemble un peu de variété.

Coté interprétation, ça pilonne sec, ça rosse efficacement, le riffing est incisif et le growl bien caverneux, tout ce qui fait un bon album de « death » en somme. Il est à noter que la mise en son, signé Jim Morris du Morrisound Studio, est en béton armé et que l’artwork, complètement à l’avenant, est l’œuvre de Wes Benscoter (Cattle Decapitaion).

Mais voilà, les griefs incombant aux précédents albums de la formation, sont une nouvelle fois de mise. « Infinite Regress » reste, au demeurant, qualitativement bon et offrira uu moment agréable de « death old-school », mâtiné de « grind » et parfois de « punk » mais qui sera assez vite oublié avec le temps. En fait, hormis la sensation de bien-être procuré aux oreilles aguerries au style, le temps de la découverte de ce skeud, celui-ci sera rangé aux côtés des nombreuses autres galettes, sans avoir trop l’envie d’y revenir.

Au final, « Infinite Regress » ravira, sur le moment, tous les aficionados du style, mais il est fort à parier que ce disque ne passera pas l’épreuve impitoyable du temps. C’est dommage, car Defiled est vraiment pétri de talent. Un bon album tout de même.

6 Commentaires

7 J'aime

Partager

MCGRE - 26 Mars 2020:

Salut tormy la forme, je crois que tu as oublié un mot dans ton commentaire , ah la la tormy qui devient gâteux maintenant hé hé hé .

MCGRE - 26 Mars 2020:

Sans déconner à mon avis c'est un bon skud à chaque fois je me suis régalé avec Defiled il assure les japs

tormentor - 26 Mars 2020:

Ouais ma vu baisse et comme j'écris avec mon téléphone portable c'est encore pire.

Le mot c'est "chro". 

Oui ce groupe déchire comme tu dis ces japs assurent grave!

MCGRE - 26 Mars 2020:

Tu es pas le seul poto moi aussi je suis de plus en plus miro de loin ça va mais de près c'est la merde hé hé.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire