In Tongues

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dark Sermon
Nom de l'album In Tongues
Type Album
Date de parution 26 Mars 2013
Produit par Jason Suecof
Enregistré à Audio Hammer Studios
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1. The Shepherd’s Staff 03:41
2. Imperfect Contrition 04:02
3. Hounds 04:00
4. The Scales of Justice 03:13
5. Cursed 03:24
6. Forfeit I: The Crooked Quill 04:17
7. Forfeit II: Worn Thin 04:09
8. The Tree of New Life 03:26
9. Carcass 03:08
10. Testament 03:59
11. In Tongues 06:34
Total playing time 43:53

Chronique @ cm91

11 Novembre 2016

Un premier début correct, mais de là à révolutionner le style, il y a du chemin à faire.

Un petit tour sur le site de Nuclear Blast, voyons, les vieilles trouvailles. Ah tiens Dark Sermon qu'est-ce que c'est ? Alors, groupe américain originaire de Floride, ayant alors un E.P intitulé "Aimless" à leur actif. Oh c'est plutôt prometteur comme E.P, achetons leur premier album intitulé "In Tongues", on pourra l'étudier ensuite. Et donc, 5€ et une semaine plus tard, me voici en possession de ce CD.

Que dire alors ? Et bien nous avons là un premier début correct, mais de là à révolutionner le style, il y a du chemin. Je m'explique, au niveau musical, c'est tout à fait respectable, les musiciens connaissent tout à fait leurs instruments respectifs, chacun d'entre eux a droit à son moment en solo, que ce soit la guitare, à travers de magnifiques solos comme sur "The sheperd's staff" ou "Hounds", la basse sur le break de "Cursed", ou la batterie avec son break tribal sur "Immperfect contriction".

Il est à noter que l'appellation "Deathcore" est trompeuse, parce que dans l'ensemble, on est beaucoup plus proche de The Black Dahlia Murder que de Suicide Silence. En effet, les mélodies font vraiment penser à TBDM, que ce soit dans les rythmiques thrash de la batterie ou les mélodies à la guitare. "In Tongues" n'a de Hardcore que le chant qui est principalement composé de hurlements en tous genres, mais sans pour autant tomber dans les clichés. Quant aux breakdowns, inutile de les chercher, il n'y en a pas, sauf sur le morceau "Imperfect contriction".

Et pourtant, malgré tout ça, vous me direz, mais quel est le défaut de cet album ? Et bien, c'est que pendant toute l'écoute, on est traversé par cette impression de réchauffé. On sent que l'originalité est vraiment une préoccupation secondaire pour Dark Sermon. Mais en dépit de ce manque flagrant de personnalité, force est de constater qu'on passe quand même un bon moment.

Donc, pour conclure, ce disque ne révolutionnera certainement pas le style, mais il en vaut l'écoute, bien qu'il ne se marquera peut-être pas dans la durée.
11/20

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Dark Sermon