Imaginary Creatures

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kickin Valentina
Nom de l'album Imaginary Creatures
Type Album
Date de parution 11 Août 2017
Labels Mighty Music
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Eyes
 
2.
 Turns Me On
 
3.
 Devil’s Hand
 
4.
 Eat N Run
 
5.
 Crazy
 
6.
 Street
 
7.
 Roll Ya One
 
8.
 Heartbreak
 
9.
 Burning Love
 
10.
 Imaginery Creatures
 

Acheter cet album

Kickin Valentina


Chronique @ metalstormrider

16 Janvier 2018

Let me entertain You...

Non seulement ils ont réussi à s’imposer aux States après avoir envahi l’Europe, donnant chaque soir du fil à retordre aux têtes d’affiche, pourtant pas des moindres, tant ils envoient du bois sur scène et se « la donnent » comme dirait Wayne. Le comble de l’insolence, c’est qu’ils viennent de nulle part, ou du moins essayent de nous le faire croire. Cette petite globe-trotteuse, répondant au doux nom de Valentina, ou plutôt Kickin Valentina, est un véritable piège à foule du haut de ses 4 ans d'existence et de ses trois skeuds, « Imaginery Creatures » compris… Et elle en a des kilomètres au compteur à force de sillonner les routes…

Sortis de nulle part donc...

Vous ne connaissez peut-être pas Kickin Valentina. Le quartet s'est formé à l'initiative du guitariste Hebert Pampillon et du batteur Jimmy Berdine afin de servir cette noble cause qu’est la défense du Hard Rock traditionnel, ce dernier n'étant pas en voie de disparition ces dernières années, bien au contraire. Vous ne trouverez pas grand-chose comme informations sur les membres, mais ceux-ci ne semblent pas être de première jeunesse. Il vous reste à découvrir le précédent album, ou attendre patiemment la sortie de ce « Imaginery Creatures », le reste n’étant que détails amplement dispensables, le plus important restant son contenu.

Les inviter, c’est donc risqué, mais les écouter…

Les premières notes suffisent pour savoir comment la créature imaginaire va nous gober, et ça sera à la sauce Hard Rock dans une forme des plus traditionnelles, avec ce qu’il faut d’excentricité et de maîtrise musicale pour vous y faire adhérer.
Pour en arriver là, la créature a poussé avec un apport non négligeable de Skid Row, Motley, Gun’s et surtout d’Aerosmith dans le biberon. Le tout est racé, vif et exécuté par des musiciens comme si leur vie en dépendait, désormais riches d'une expérience qui leur a permis de gagner en précision et en audace. Les amateurs se délecteront de titres comme « Heartbeak », teinté d' une touche bluesy et doté de lignes de basse faisant tout sauf du remplissage, ou encore du rapide et enjoué « Eyes ». Bien sûr, l’écriture est très « américaine » et ne surprendra pas l’auditeur par des trésors d’inventivité, n'attendez pas une révolution dans le style mais plutôt la sécurité, toute relative, nécessaire pour passer un bon moment grâce à des compositions efficaces et dotées de refrains qui vous resteront imprimés dans le trognon. Comme dit plus haut, le groupe se détache de ses influences, intégrant habilement et parcimonieusement un côté bluesy et boogie, pour le plus grand plaisir de vos cages à miel avides de réminiscence musicale et d’énergie pure. Vous pourrez aussi sortir vos lunettes 3D car ils en font des tonnes, comme à la bonne époque, du riff, de la frime rien que pour vous amuser !!! L’énergie des joyaux mid tempo que sont « Street » Et « Roll Ya One » montre un groupe déterminé à tendre vers l’essentiel, signant des mélodies bien ficelées, des arrangements au bon moment et au bon endroit… et même s’il y a un petit goût de réchauffé, tant pis !!! Kickin Valentina c’est un peu une machine à refrains taillés sur mesure pour la scène. Headbangers ! Get Ready!!!

Que serait un bon spectacle sans un bon frontman? Joe Edwards, dont le style est qualifié de « Diamond in a Dirt » remplit son rôle à merveille. Notre chanteur en possède une sacrée paire : cette fougue particulière, communicative, et cette versatilité qui, lui, le transforme en véritable caméléon. Capable d’adopter une voix légèrement éraillée, même dans un registre assez grave sans toutefois être trop ramassée, sur « Devil's Hand » par exemple, il peut rapidement exceller dans la démesure, donnant une interprétation magistrale à « Burning Love », qui est telle qu'on le croirait possédé par David Lee Roth (qui, rassurez vous, n’est pas mort) .

Le clou du spectacle reste « Crazy », ballade dans laquelle notre homme, dévoilant son attirail vocal très orienté boogie rock, s'en donne à cœur joie, montrant toute sa puissance et sa maîtrise, capable de démonstration restant toujours dans le bon goût. Bien sûr, on ne pourra renier l’influence indéniable qu’a eue AXL Rose et Steven Tyler sur lui, qui, même s’il est bien moins équipé en terme de registre, ne faiblira jamais en intensité sans forcer jusqu'à l’ultrason.

Le son a évolué favorablement lui aussi. Il reste puissant, dans la lignée du précédent album en gommant ses petites imperfections concernant le manque de définition. C’est Andy REILLY, connu pour son travail auprès de Bruce Dickinson, UFO ou encore ASIA, qui a apporté tout le soin nécessaire à la réalisation d'une bonne production venant couronner ce « Imaginery Creatures » et ses 10 titres qui n'en deviennent que plus couillus.

Vous crierez peut être au scandale mais d’autres crieront au génie, car il ne suffit pas d’avoir cette volonté explicite de s’extirper d'une masse de groupes qui prétendent jouer le meilleur Hard Rock, celui qui vous fera oublier une scène vieille de plus de quarante ans. « Imaginery Creature » est tout simplement bon, puissant, peut-être peu inventif mais accessible. L'album possède une écriture sans faille et ne fait que confirmer un souci de qualité qui ne s’étaye pas seulement sur de belles paroles ou sur un pompage intégral de riffs... il faut aussi avec une bonne dose de talent que toute la technicité du monde ne pourra remplacer. Deux albums et un mini en 4 ans d’existence, une notoriété qui monte en flèche et, bien sûr, l’œil vigilant de Dame Bonne Fortune, qui veut que le style Hard Rock revienne sur le devant de la scène au bon moment, voilà pourquoi Kickin Valentina pourrait s’imposer comme le digne héritier des Gun’s, Skid Row grande époque... et pourquoi pas Aerosmith.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Kickin Valentina


Autres albums populaires en Hard Rock