Heat Wave

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Thundermother
Nom de l'album Heat Wave
Type Album
Date de parution 31 Juillet 2020
Labels AFM Records
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Loud and Alive
 
2.
 Dog from Hell
 
3.
 Back in ‘76
 
4.
 Into the Mud
 
5.
 Heat Wave
 
6.
 Slave
 
7.
 Driving in Style
 
8.
 Free Ourselves
 
9.
 Mexico
 
10.
 Purple Sky
 
11.
 Ghosts
 
12.
 Somebody Love Me
 
13.
 Bad Habits
 

Chronique @ dark_omens

24 Juin 2020

La route est libre sur l'autoroute pour l'enfer...

La carrière des Suédoise de Thundermother suis, depuis sa genèse, une trajectoire imposée par sa fondatrice et guitariste Filippa Nässil. Elle décide, accepte, tranche, négocie, consulte et dicte comme n’importe lequel de ces homologues masculins. Et est critiquable au même titre. Lorsque, par exemple, elle décide que Clare Cunigham, chanteuse au timbre si particulier, à la fois rauque et fêlée, n’est plus celle dont elle a besoin pour être la voix de son, projet et qu’elle n’hésite pas à s’en séparer, d’aucuns, dont moi, grand amateur de ce type de chant, y voit les prémices d’un naufrage. Cela étant, force est de constater que naufrage il n’y eut pas et que l’incorporation de Guernica Mancini se fit sans heurt tant elle tenta de se fondre dans l’empreinte laissée par Clare sur un éponyme sorti en 2018 assez étrange puisqu’il nous offrait la vision d’une absente encore bien présente. Heat Wave, deuxième album pour Guernica, est donc l’occasion de juger sur pièce pour savoir si, enfin, la vocaliste aura pris son envol.

Dès les premières mesures d’un Loud and Alive très entraînant, fort de son Hard Rock énergique aux accents australiens très prononcés (Rose Tattoo, AC/DC...), le groupe nous convainc. On y notera d’emblée que Guernica nous offre une prestation plus personnelle et, de fait, moins habitée par le souvenir de sa prédécesseure. Au chapitre des autres morceaux vifs vraiment réussis, ceux-là même qui vous feront immanquablement taper du pied, attraper vos baguettes en rondins ou votre guitares en mousse afin de participer à la fête, on pourra ajouter Into the Mud, Driving in Style ou encore, par exemple, Somebody Love Me.

S’agissant des pistes moins immédiatement promptes, là encore, Thundermother ne démérite pas. Citons Dog from Hell, Heat Wave, Free Ourselves mais aussi, par exemple, Ghosts. Sur Mexico, le groupe consent enfin à se départir de ces intonations les plus australienne pour s’approcher de celles plus Bluesy de l’Amérique (ZZ Top).

Evidemment, dans le genre pratiqué ici, difficile, voire impossible, de ne pas s’adonner au sempiternel exercice de la ballade. Un exercice auquel votre humble serviteur a de plus en plus de difficultés à trouver un quelconque intérêt. Autant dire donc que ce Sleep très conventionnel n’aura éveillé que peu de chose en moi si ce n’est une envie furieuse de passer directement à la suite de ce disque. Et ce d’autant plus que la suite en question est nettement plus séduisante.

En cultivant son expression sur les mêmes bases australo-américaines Hard-Rock Bluesy que certains de ces petits camarades, Thundermother aura néanmoins su se démarquer suffisamment et empêcher son auditoire de se lasser prématurément. Indéniablement nos cinq de Stockholm en ont encore sous le pied alors que d’autres sont déjà essoufflés sur cette autoroute maudite pour l’enfer. Loin de ménager leurs efforts, et leurs créativités, avec ce Heat Wave elles démontrent même qu’elles n’ont pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. Du moins pas pour le moment. Tant mieux pour nous.

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Thundermother