Heart

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Heart
Nom de l'album Heart
Type Album
Date de parution 1985
Labels EMI Records
Style MusicalHard FM
Membres possèdant cet album61

Tracklist

1. Looks Could Kill 03:41
2. What About Love 03:41
3. Never 04:07
4. These Dreams 04:14
5. The Wolf 04:03
6. All Eyes 03:56
7. Nobody Home 04:07
8. Nothin' at All 04:09
9. What He Don't Know 03:41
10. Shell Shock 03:43
Total playing time 39:24

Chronique @ frozenheart

25 Octobre 2019

À cœur vaillant rien d’impossible.

En 1983, paraissait Passionwork, le 7ème album studio du groupe Américain Heart et le premier à amorcer un virage FM, AOR, laissant ainsi de côté son folk et Rock des seventies qui subsistait encore sur son prédécesseur, le dispensable et moyen Private Audition.

Passionwork, sera aussi le premier album sans Michael DeRosier et Steve Fossen, (batteur et bassiste depuis 1977), qui après 6 ans de bons et loyaux services quitteront le groupe après l'enregistrement de Private Audition. Ils seront aussitôt remplacés par l'ex-Montrose, Sammy Hagar Gamma, Denny Carmassi à la batterie et Mark Andes à la basse, ne restant plus que les sœurs Wilson, Ann (Chant) et Nancy, (chant, guitare) et Howard Leese (guitare, claviers, mandolines) comme membres fondateurs de Heart.

Malheureusement le succès n'est toujours pas au rendez-vous ! Il faut dire que lorsque l'on se penche de plus près sur le contenu de Passionwork, on s'aperçoit qu'il manque cruellement de titres forts et de variété. En effet, car mis à part l'entraînant "How Can I refuse" (qui sera d'ailleurs le seul tube retenu pour les radios), le reste ne sera que chansons mièvres et convenues. Donc à des années-lumière des tubes de groupes pionniers du genre tels que Foreigner, Journey, Boston et Survivor entre autres.

Le groupe refait donc surface le 6 juillet 1985, avec un nouvel album studio au titre éponyme, qui pour notre grand plaisir, se distinguera par une impressionnante collection de tubes Hard FM, AOR aux claviers rutilants, abandonnant ainsi son image de groupe rock, folk hippie des années 70. Des tubes à foison, qui pour moitié seront coécrits par des auteurs compositeurs producteurs œuvrant dans l'AOR, la Pop et le cinéma tels que Holy Knight (Pat Benatar, Device USA, Kix, etc.), Bernie Taupin (Elton John, Rod Stewart Alice Cooper) entre autres.
Quant à la production, elle sera l'œuvre de Ron Nevison, réputé pour avoir travaillé auprès de groupes aussi talentueux et connus qu'Europe, UFO, Thin Lizzy, Survivor, etc, pour un résultat en phase avec son époque et le style proposé. Un son très cristallin qui évidemment, mettra en valeur le chant divin puissant et mélodieux d'Ann Wilson, ainsi que des claviers savamment dosés afin de laisser s'exprimer librement les guitares majestueuses de Nancy Wilson et Howard Leese.

C'est donc sur un entraînant "If Looks Could Kill" au refrain hyper efficace, paré de claviers harmonieux, soutenu de dynamiques et étincelantes guitares que débute l'opus. Une chanson, qui pour info, sera reprise en 1986 par Pamela Stanley (une illustre inconnue de la scène Pop américaine), pour la bande originale du film d'action Le Contrat, avec Arnold Schwarzenegger, mais dans une version plus édulcorée, donc sans grand intérêt !
Des morceaux aussi dynamiques et réussis, l'album en recèlera plusieurs, à commencer par le rocker "The Wolf", et son chant félin au timbre plus rauque, le direct et classique "All Eyes", ou alors "Shell Shock" (la pièce maîtresse de l'opus), elle mettra en évidence une rythmique entraînante ainsi qu'un refrain imparable relevé d'éclatantes guitares effilées. Un formidable morceau qui d'ailleurs se retrouvera en bonne place sur la setlist des futurs concerts de Heart, mais aussi sur "Rock the House" le deuxième live officiel du groupe paru en 1991.

Bien entendu, le groupe sait jouer également sur les alternances de couplets calmes et de refrains plus musclés mais toujours aussi entraînants, "Nothin' at All", voire groovy ,"Had Enough", ou très mélodieux avec l'envoûtante "What About Love" (la reprise du groupe canadien Toronto), revue et corrigée dans une version plus dynamique.
La mélodie ayant toujours eu une grande importance dans la musique du groupe, les amateurs d'AOR seront comblés par la délicate "Never", mais aussi la ballade "Nobody Home" au chant très mélodieux et langoureux. Quant à la deuxième ballade, "We He Don't Know" ainsi que "These Dreams", au rythme lent, malgré un chant très soigné, feront partie des chansons les plus redondantes, et moins réussies de l'opus.

Alors que de nombreuses formations se sont totalement plantées en tentant de faire prendre un virage FM à leur musique, Heart réussit sa mutation avec talent et enthousiasme. Alors, même si on peut lui reprocher quelques petites fausses notes, ce huitième opus aux allures d'usine à tubes permettra au groupe de se retrouver au sommet de sa créativité et des charts Us en 1985. Il sera aussi considéré par beaucoup de fans comme l'un des meilleurs album du groupe, ainsi qu'un incontournable du genre Hard FM des années 80.

1 Commentaire

7 J'aime

Partager
philboss - 01 Janvier 2020:

Pour moi un album fabuleux....

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire