Forgotten Lore

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Folkodia
Nom de l'album Forgotten Lore
Type Album
Date de parution 2011
Style MusicalFolk Metal
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1.
 Ancient Forest of Elves
 03:35
2.
 Bound for Valhalla
 05:06
3.
 The Capitulation of Vercingetorix I
 03:27
4.
 The Fierce Kiss of Death
 04:05
5.
 Honored Are the Fallen
 03:42
6.
 Winter Night
 04:13
7.
 Thus a Viking Dies
 04:54
8.
 The Immortals of Thule
 03:30
9.
 Sword in Hand
 05:28
10.
 The Lone Warrior
 04:13
11.
 The Capitulation of Vercingetorix II
 05:22

Durée totale : 47:35


Chronique @ AlonewithL

22 Septembre 2012

Prenez un oreiller et faites place aux mélodies endormantes de « Forgotten Lore ».

Le folk metal est fascinant, mélangeant les genres, révélant nombre de formations atypiques. Le label Stygian Crypt Productions s’est spécialisé dans des projets que l’on n’hésiterait pas à appeler « uniques ». Ainsi il mettra à jour le célèbre all-stars band du folk « Folkearth », et comme si ça ne suffisait pas un deuxième projet du genre a été monté sous la houlette du fameux label russe en 2007. Marios Koutsoukos, membre éminent de « Folkearth » est à pied d’œuvre et à l’écriture sur ce second supergroupe, « Folklodia », qui invitera des membres moins connus ou tout simplement en manque de reconnaissance. En effet, « Folkodia » va servir de vitrine à une multitude de petits groupes qui auront échappés à l’attention des amateurs. Néanmoins, la comparaison avec « Folkearth » s’arrête à la constitution exceptionnelle de son line-up, car d’évidence le premier né jouit d’une qualité que le clone n’a pas forcément. Quelques compositions plaisantes, essentiellement sur « In a Time of Legends », un album supérieur à « Odes from the Past » et à « Battlecry », bien plus brouillons. Un changement va se profiler sur le 4èmeouvrage du projet. Non seulement certaines pistes antérieures seront ré-exploitées, mais aussi la nature musicale de « Folkodia », qui avait jusque-là œuvré dans un folk pagan consistant et parfois abrupte, va en être bouleversée. Prenez un oreiller et faites place aux mélodies endormantes de « Forgotten Lore ».

L’auditeur se rendra vite compte de la tournure acoustique que revêt la musique du présent opus. On s’éloigne donc du folk pagan des trois premiers albums pour une authenticité traditionnelle qui se voudrait irréprochable. « Ancient Forest of Elves » joue pleinement sur ce respect et ce retour aux valeurs ancestrales, s’accommodant d’une musique tout en sobriété et en douceur. Emmenés par la guitare sèche, la harpe et la flûte, nous marcherons remplis de quiétude dans les belles terres d’Irlande. Le large sourire que nous arborerons au début s’effacera au profit d’un visage crispé. Rares sont les moments de joie, c’est plutôt les sentiments neutres voir tristes qui dominent ce « Forgotten Lore ». Parmi les exceptions ne tombant pas dans la morosité, on retiendra « The Fierce Kiss of Death », fortement inspiré par l’époque médiévale. La flute de Simon Müller, figurera tel un oiseau perché sur une branche, mélodieux et cassant la rigueur du chant de Rhode Rachel. Cette confrontation fait tout l’intérêt de ce morceau posé, idéal pour ambiancé un repas tranquille dans une vieille auberge.

L’heure n’est pas forcément à la fête. On était en droit d’attendre plus d’éclat et de réjouissance dans la musique de « Folkodia ». Il y aura bien encore « Sword in Hand » pour vous effacer les rides. Les instruments ont ici gagné en agilité et deviennent ravissants. Tout comme le chant de Rhode épris d’une joie de vivre un peu unique dans l’opus. C’est une formidable réinterprétation d’un titre issu du troisième album de « Folkodia », « Battlecry ». Voilà un point majeur qu’il nous faut soulever ; « Forgotten Lore » réadapte quelques titres des précédents volumes sous une forme acoustique, assez méconnaissable peut-on dire. En plus de « Sword in Hand » nous avons les reprises sans grand relief, cette fois, de l’escapade « Thus a Viking Dies » et du lancinant « Bound for Walhalla » tous deux issus de l’album « Odes from the Past ». « The Immortals of Thule » qui avait été un petit phénomène au sein de «In a Time of Legends » est devenu aigri et terne, par l’apport trop accentué du violoncelle et du luth. Le chant à la fois monocorde et taciturne de Michaël Fiori n’arrange évidemment en rien les choses. La mélancolie fait place à la paresse, au désir d’écouler le morceau sans y faire la moindre attention.

Il en sera de même avec l’autre titre issu originellement de « Odes from the Past », « The Capitulation of Vercingétorix I ». On atteint la plus profonde tristesse, la plus grande lassitude face à une représentation où les acteurs surjouent comme c’est pas possible. Fort heureusement, grâce au renfort de la guitare acoustique de Billy Knockenhauer, la seconde version de la capitulation du chef arverne, située en fin de galette, fait davantage étalage d’une passion que n’avait su montrer cette pièce de Sophocle qu’est la première version de la chanson. Il y aurait également un certain charme dégagé du solennel « Honored Are the Fallen », si on fait abstraction de ses aspects froid et distant encombrants. Les chants masculins n’y sont pas vraiment en réussite, comme sur une bonne partie du présent album. Manquant assurément d’aisance, de stabilité, parfois raidis, discordants. Ce qui excepterait bien entendu le chant féminin d’Anaïs Chevalier. Elle illumine un pauvre « Winter Night » tout affalé. Elle parvient à rayonner en se contentant de menues interventions le long du cortège funèbre de « The Lone Warrior », titre peu imaginatif que l’on finira vite par oublier.

C’est encore et toujours à un sous-« Folkearth » auquel nous avons affaire. Rien de véritablement vibrant ou de mémorable sur ce « Forgotten Lore ». Le seul vrai élément à retenir c’est que « Folkodia » s’était essayé à un album entièrement acoustique sans remporter plus d’intérêt à ce projet restreint à vivre dans l’ombre d’un plus grand. Du moins l’opus en question aura rappelé, entre deux siestes, l’existence de quelques perles de ses anciens ouvrages. Mais rien de gravissime pour l’avenir, on ne verra là qu’un essai, un test de la part d’une formation sans cesse en mutation, en attendant d’autres prospectives.

12/20

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire