Feel Great

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Wrong (USA)
Nom de l'album Feel Great
Type Album
Date de parution 13 Avril 2018
Style MusicalPost Hardcore
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Errordome
 
2.
 Culminate
 
3.
 Pustule
 
4.
 Nice Job
 
5.
 Feel Great
 
6.
 Upgrade
 
7.
 Crawl Instead
 
8.
 Come Apart Mend
 
9.
 Zero Cool
 
10.
 Gape
 
11.
 Anaerobic
 

Acheter cet album

Wrong (USA)


Chronique @ JeanEdernDesecrator

03 Mai 2018

Helmetisation et Prongage à 90%

- Bonjour Docteur, je viens vous voir, parce que j'ai fait une rechute.
- Toujours votre Prongite ? Racontez-moi.
- Je cherchais un album à chroniquer, et je suis tombé là-dessus. Le dernier album de Wrong. Je me suis dit, c'est pas pareil, il y a une lettre qui change. Prong, Wrong, hein… C'est comme une addiction, j'y reviens toujours.
- N'exagérez pas, mon cher, ça aurait pu être Crong, ou Pring, ou Coing, …mais Wrong est un mot courant en anglais, cela ressemble plus à une coïncidence, non ? Faites-moi écouter… Moui… Ah oui, je vois… Tsss…. Huhum… Quoique… Bien… On dirait plutôt du Helmet, si je peux me permettre.
- Le chant est très Prong, quand même. On dirait Tommy Victor sur l'album "Force Fed".
- Oui, je vous le concède, mais si le groupe avait voulu changer une lettre, il se serait appelé Telmet, ou Pelmet, ou Helmut, ah ! Ah! Je pense qu'ils doivent avoir une Helmetose congénitale au stade terminal. Vous ne risquez pas grand-chose même si les deux groupes sont très proches, ce n'est pas très contagieux, c'est dans les gênes.
- Vous êtes sûr que je peux finir ma chronique sans problème ?
- Oui, mais ensuite, faites une cure de folk metal, matin et soir pendant deux semaines, et ça devrait passer.
- Je préfèrerais encore avaler une bouteille d'huile de ricin à chaque repas, j'aime pas le folk metal.
- C'est bien pour ça que ça sera efficace. Bouclez votre chronique, faites votre cure, et revenez me voir dans un mois, ça fera 65 euros.


Je suis rentré dans ma voiture, et j'ai hésité à me replonger dans l'écoute de ce nouvel album de Wrong. Aveuglé par mon TOC, je n'avais même pas vu la ressemblance avec Helmet. Quel con. C'est vrai que les deux groupes aiment le même genre de riffs massifs et courts, tournant en boucle sur des rythmiques groovy. Des riffs en ternaire sur de la batterie en 4/4, des riffs tronqués en 4/4 laissant un charley/caisse claire résonner dans le vide. Ce chant gueulé haché, préhistorique, rauque, que les Tommy Victor et Page Hamilton pratiquaient au début de leur carrière.
Mais Helmet utilise des passages noisy, pourris de larsens et a un coté un peu rock, alors que Prong rajoute une bonne dose d'indus pour agrémenter sa musique, et est plus dans une veine metal, matinée de hardcore

Wrong a toujours fait un mélange de Prong et Helmet des premiers âges, comme un copiste reproduit des Monet et des Manet, et a fait de sa passion un travail à la chaîne. Un EP, "Stop Giving" sorti en 2014, plutôt sympathique dans le genre hommage aux mentors. En 2016, leur premier album sobrement intitulé "Wrong" enfonce le clou au même endroit exactement, sans chercher à dévier d'un pouce. La sortie de ce nouveau "Feel Great", deux ans après, serait l'occasion de s'émanciper, de chercher sa voie entre ces deux influences.

Très vite, il est clair que Wrong n'a aucune envie de changer, et d'enlever les petites roues pour pédaler tout seul dans le vaste monde. "Errordrome" et "Culminate" auraient pu figurer sur les deux premières sorties de Wrong. Seul le son change, inexplicablement moins bon, un peu plus sourd. "Pustule" -oui, c'est un nom de morceau- plus rapide et soutenu, apporte un poil de variété, et laisse espérer des changements.
Las, avec "Nice Job" et "Upgrade", Wrong revient dans les rails, avec en plus cette voix trainante amoureusement copiée sur celle de Page Hamilton, chanteur d'Helmet. J'ai toujours trouvé cette voix de chien battu énervante chez Helmet, et chez Wrong elle plombe autant la musique, déjà objectivement moins bonne que celle de leurs maîtres.
Les morceaux, courts, oscillent pour la plupart entre 2 et 3 minutes, sont répétitifs, et de structure simple. Aucune fioriture, parfois le groupe commence direct le couplet sans intro, toujours sur le même genre de gros riff court et répétitif. Il y a quelques passages qui sortent du riffage bas du front, et posent un début de "mélodie" bruitiste et noïse. Mais la fin du morceau arrive vite, et le suivant déboule déjà. Comme sur "Upgrade" justement, qui commence comme les autres, mais au détour d'un passage basse/batterie, ose un peu de mélodie et d'invention.

Les morceaux de "Feel Great" défilent à une cadence soutenue, et j'ai un peu l'impression d'assister à une répète de Wrong, impression renforcée par le son très brut, où le groupe enchaine ses compos sans temps mort. Je ne serais pas surpris que leur manière de composer soit de se mettre d'accord sur deux trois riffs, une structure, et d'envoyer le pâté sans trop se poser de questions. Comme le très hardcore "Crawl Instead", qui fait un tout droit de 55 secondes, et hop, titre suivant !

Il y a heureusement autre chose que des suites de riffs, quelques passages très réussis touchent l'oreille, comme le pont mélancolique au milieu d'"Upgrade" cité plus haut, ou "Come Apart Mend" plus post rock / grunge qui change un peu de leur style habituel, et fait émerger un chouia de personnalité à ce groupe trop respectueux.
Mais c'est comme si les morceaux se délitaient, se dissolvaient dans un chaos Noisy, comme sur le pourtant réussi "Zero Cool" au doux fumet de Prong, qui s'interrompt littéralement au milieu pour deux minutes de bruits de guitare au motif infiniment reproduit. Le côté très répétitif se retrouve sur le dernier titre, "Anaerobic", qui tourne sur à peine plus d'un riff brutal et lapidaire, donc la batterie tribale aurait pu élever bien plus haut, si le groupe avait pris un peu la peine de développer sa compo autour de ce petit truc en plus.


En soi, la musique de Wrong est bien exécutée, bien dosée dans son mélange Helmet à 65% et Prong à 25%, mais les 10% qui restent sont trop légers pour insuffler une réelle personnalité, avant même de parler d'originalité. Même après plusieurs écoutes, l'omniprésence de ces mentors est vraiment gênante, surtout pour un deuxième LP où un groupe est censé se révéler. Ça se laisse écouter, mais rien ne marque la mémoire, et on a surtout envie de réécouter le monumental "Strap It On" de Helmet, où on mesure toute la différence entre une bonne copie et un chef d'œuvre.
Se remettront-ils en question, et en ont-ils simplement envie ? J'en doute un peu, même si tout peut arriver. Il suffit après tout d'oser sortir de ses habitudes, et de jouer autre chose, ou de le faire d'une autre manière…

Quant à moi, je vais pouvoir commencer ma cure de désintoxication de Prong. Pour me sevrer, je me réécouterai du Helmet, puisque ça ne compte pas.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Wrong (USA)