Fallen Angel's Dominion

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Thulcandra (GER)
Nom de l'album Fallen Angel's Dominion
Type Album
Date de parution 02 Juin 2010
Produit par Victor Bullok
Enregistré à Woodshed Studio
Membres possèdant cet album80

Tracklist

1. In the Realm of Thousand Deaths 01:30
2. Night Eternal 07:30
3. Fallen Angel's Dominion 04:57
4. Frozen Kingdom 06:21
5. Everlasting Fire 05:05
6. Spirit of the Night 06:46
7. Legions of Darkness 05:15
8. In Silence We Eternally Sleep 01:12
9. The Somberlain (Dissection Cover) 07:08
Total playing time 45:44

Chronique @ Fabien

24 Août 2010
Depuis l’essor de Necrophagist, Stefen Kümmerer avec son groupe Obscura avait créé la surprise au sein d’une scène deathmetal allemande particulièrement riche et intéressante ces dernières années. Parallèlement, le leader du jeune groupe tenait à rendre un hommage sincère à la scène blackdeath suédoise des années 90, formant dès 2003 le groupe Thulcandra avec les frères Tobias et Sebastian Ludwig, respectivement bassiste et second guitariste.

Après plusieurs années d’effort, le trio rejoint les Woodshed Studios sous la houlette de V.Santura, pour les sessions de son premier album Fallen Angels Dominion. Le groupe décroche parallèlement un contrat discographique avec la prestigieuse écurie autrichienne Napalmrecords, et parvient également à s’octroyer les services de Kristian Wahlin (alias Necrolord), reputé pour ses magnifiques illustrations d’Emperor, Sacramentum ou du regretté Dissection.

Comme l’annonce son leader, Fallen Angels Dominion s’inscrit dans la droite lignée des réalisations blackdeath cultes de Dissection ou Unanimated, tel un album résurrecteur d’une scène que l’on croyait pourtant défunte il y a encore quelques années. Ainsi, dès l’intro Thousand Deaths et le magnifique titre Night Eternal, la couleur et le ton général de l’album sont données, véritables hymnes aux mélodies si noires et si fines à l’origine de la notorité et de la noblesse incontestées du style.

Sur des rythmes souvent rapides, les guitares agressives de Ludwig et Kümmerer saisissent dès les premiers accords, soutenant les vocaux rageurs du leader. S’embarquant régulièrement dans des mélodies accrocheuses, des parties acoustiques et des soli de toute beauté, Fallen Angels Dominion fascine par sa présence et une telle maturité.

Et que dire du fabuleux titre éponyme, du superbe middle tempo Spirit of the Night, ou encore du furieux Eternally Sleep, chargés d’une noirceur et d’une force émotionnelle peu communes, laissant éclater tout le talent de Kümmerer et l’incroyable variété de son jeu, aussi à l’aise dans Obscura que dans son groupe parallèle. En 45 minutes, le temps de deux instrumentaux, six titres chantés et d’un très bel hommage à Dissection sur la reprise éponyme de l’album The Somberlain, Thulcandra charme l’auditeur grâce à des morceaux intenses et divinement calibrés.

Etonnante surprise de Stefen Kümmerer dans un style ou on ne l’attendait pas, Fallen Angels Dominion s’annonce parmi les réalisations de qualité du cru 2010, montrant toute l’excellence et le renouveau du style depuis les remarquables albums de Necrophobic et Unanimated parus une année auparavant. On peut bien sûr reprocher une réalisation parfois trop scolaire et quelques copier-coller évidents, mais légitiment le but premier de Thulcandra, n’est-il pas de rendre le plus brillant hommage à une scène blackdeath en tout point mémorable ? Le pari est en ce sens largement réussi.

Fabien.

8 Commentaires

11 J'aime

Partager

Fabien - 04 Décembre 2010: Oui, je comprends bien sûr cette opinion, tant Thulcandra manque effectivement d’une pleine identité sur ce premier album, bien qu’à ce titre, les intentions de Kümmerer fussent clairement indiquées. Pour quelqu’un connaissant bien les deux premières œuvres de Nodveidt ou encore les anciennes sorties des labels Wrong Again, No Fashion ou Blacksun, les ressemblances sont en effet frappantes. En revanche, J’ai personnellement abordé les écoutes de Fallen Angels Dominion et l’écriture de cette rédaction sans trop non plus me focaliser sur ce point (bien que mon dernier paragraphe soit assez explicite), pour ne pas occulter les qualités intrinsèques de l’œuvre et la force d’interprétation, qui me semblent remarquables, et me procurent également beaucoup de plaisir à l’écoute.

Et bien sûr merci pour cette argumentation détaillée.

Fabien.
BEERGRINDER - 04 Décembre 2010: Jesper a dit : "Je suis trés heureux que Thulcandra remette au gout du jour ce fabuleux style qu'est le Death Black Melo fro Sweden. Faire revivre des légendes comme Dissection, Unanimated, Sacramentum ou autre Mörk Gryning, nous sommes en 2010, et je n'aurais pas penser que cela puisse arriver. "

J'en conclu que tu as du passer à côté du In the Light of Darkness de l'an dernier.
Cela dit autant le dernier Unanimated m'a pleinement convaincu, proposant un Black / Death authentique et vibrant, Thulcandra me laisse presque de marbre, semblant se contenter de réciter scrupuleusement le manuel "Comment composer du Black / Death mélo 93/96", sans y mettre l'âme et la conviction nécessaire.

La différence réside peut-être dans le fait que Unanimated contrairement à Thulcandra, n'a pas besoin de rendre hommage à ce style : ils sont le style et ont contribué à le façonner.

Cela dit je ne remets pas en cause la qualité de composition très appréciable de Kümmerer et ses acolytes, seulement elle ne parvient pas à me toucher.
Arkhamian - 19 Décembre 2011: J'avoue là que, même si c'est extrêmement bien joué et produit, c'est parfois incroyablement copié/collé, pour qui a écouté "Storm of the Light's Bane" des centaines de fois ça passe difficilement. Il y a des moments où je ne peux pas: même plan de gratte 1 ton plus haut ou plus bas avec 1 ou 2notes qui changent (dans le meilleur des cas), breaks de batterie identiques... Quel intérêt? Autant écouter l'original. C'est une bonne étude de style, et qui plus est assumée, mais ça ne me fait pas vibrer.
Apophis2036 - 02 Fevrier 2012: Acheté il y a peu, il accompagnera son grand frère "Under a Frozen Sun" comme il se doit, je m'imaginais mal avoir un trou dans ma discographie, ayant connaissance des qualités comme des défauts qui caractérisent ce 1er opus de Thulcandra.

Au fait, j'ai relu ta chronique et y ait décelé une infime erreur à l'avant-dernier paragraphe :
"...aussi à l’ai(d)e dans Obscura..." = je plaiderais pour à l'aise :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Thulcandra (GER)