Fall of the Idols

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Asa Noir
Nom de l'album Fall of the Idols
Type Album
Date de parution 27 Mars 2014
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Lokasenna 01:32
2. The Fall of the Idols 06:36
3. The Cosmogonic Process 04:29
4. Solitude in Silence 05:22
5. Hawthorns for the Jotunn's Harlot 04:20
6. Rise of the Lokean 03:45
7. Naglfahr Lounge Music 05:24
8. Spirit of the Unrest 04:35
9. Torn by Thorns 04:55
10. Drowning in the Valkyrian Void 02:39
Total playing time 43:37

Chronique @ Matai

02 Décembre 2014

"Fall of the Idols" met en avant un couple claviers/guitares magique et énergique, mais...

Si vous êtes à la recherche d’une aventure musicale fantastique, épique, cosmique et horrifique, vous avez frappé à la bonne porte. Les Finlandais d’Asa Noir ont sorti au mois de mars 2014 leur premier album « Fall of the Idols », soit dix ans après leur formation. Ce groupe originalement influencé par le black metal norvégien a peu à peu changé d’orientation à mesure que des nouveaux membres rejoignaient ses rangs…et il s’agit d’une orientation très intéressante ! Le black metal fait de plus en plus de place à un riffing davantage situé entre le melo death et le heavy tandis que le chant se transforme en quelque chose de plus clair et plus épique. Embarquons-nous donc dans ce périple au sein de ce « Fall of the Idols » sorti chez WormHoleDeath Records, chez qui on retrouve aussi le « Lunatic Chapters of Heavenly Creatures » de Dark Mirror Ov Tragedy.

Asa Noir intègre des thématiques influencées par la mythologie scandinave et les récits de Lovecraft et Poe au sein d’un metal extrême mélangeant black épique, sympho, melo death, heavy et pagan, et il le fait bien ! Les différentes inspirations semblent avoir bien été digérées puisque tout s’exécute avec cohérence et mélodie. L’intro « Lokasenna » sur Loki est très grandiloquente et sonne comme une réelle BO de film fantastique : les cuivres sont imposants, les violons s’envolent et les percussions apportent un dynamisme bien venu avant l’arrivée de l’éponyme « Fall of the Idols » et sa rythmique heavy, soutenue par des choeurs féminins et un chant parfois proche de la narration, racontant une histoire. Les riffs prennent par moment une coloration plus black metal, rappelant les origines du groupe et surtout le côté « dark « et « horror » qu’Asa Noir espère faire ressortir. Il faut cependant attendre la seconde moitié du morceau pour le découvrir et se laisser emporter par une agressivité mélangée avec soin aux harmonies et aux mélodies. Claviers féeriques et rythme soutenu sont de la partie, montrant un groupe inspiré.

« The Cosmogonic Process » mise beaucoup sur la mélodie et la dextérité du claviériste, qui a toute son importance sur les chansons d’Asa Noir. Ses nappes et envolées sont accompagnées des guitares qui tirent aussi leur épingle du jeu. Ce duo majestueux est primordial et dépasse de loin le chant, assez en retrait et pas particulièrement charismatique : il manque de puissance et ne convainc qu’à moitié. On accueille alors avec plaisir ce couple guitares/claviers efficace, à la manière d’un Skyfire ou d’un Children Of Bodom.

Le périple continue avec un « Hawthorns for the Jotunn’s Harlot » tempétueux et insistant, avec des claviers et une ambiance situés quelque part entre Dimmu Borgir, Transcending Bizarre et The Kovenant. « Naglfar Lounge Music » démarre sans intro avec un duo violons/piano qui fonctionne bien et qui nous transporte dans un autre monde. Seul le chant semble complètement à côté et nous prive le plaisir d’apprécier comme il se doit ce morceau dynamique et astral, à croire qu’un registre plus extrême, plus « black » aurait été plus adapté. Dommage que ce type de voix ne soit pas plus présent. Sur un « Spirit of the Unrest » plutôt cosmique, ça aurait été top.

Nul besoin de le répéter, ce « Fall of the Idols » est porté de bout en bout par une maîtrise parfaite des guitares et des claviers, qui s’occupent de tout. Les histoires présentées ici ne sont toutefois qu’à moitié bien racontées puisque le chant a du mal à tenir la route et nous incite parfois à changer de piste, ce qui est franchement dommage lorsqu’on voit la qualité de l’instrumentation, énergique, immersive et fantastique. Asa Noir peut faire mieux, c’est certain !

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
LeLoupArctique - 02 Décembre 2014: Merci pour le papier, d'après ce que tu en dis ce disque pourrait bien me plaire. Un chant qui manque de puissance et d'agressivité pour toi peut tout-à-fait me convenir à moi ;-)
LeLoupArctique - 18 Décembre 2014: Bon en fait je suis pas tellement convaincu. J'apprécie la musique, c'est propre, bien fait, et plutôt original. Le problème c'est le chant, et je ne le supporte pas. Je pensais en te lisant qu'il s'agissait d'un chant véritablement clair, mais en fait c'est trop rugueux pour être un beau chant clair, et c'est pas assez puissant et agressif pour faire du bon black. En attendant qu'ils s'améliorent sur cet aspect ...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Asa Noir