Everybody Dies

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hateplow
Nom de l'album Everybody Dies
Type Album
Date de parution 26 Octobre 1998
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1. Everybody Dies 03:28
2. Stalker 04:16
3. Prison Bitch 02:41
4. $20.00 Blow Job 01:55
5. Challenged 03:02
6. The Gift Giver 00:46
7. Crackdown 03:10
8. In the Ditch 04:34
9. Ass to Mouth Resuscitation 03:04
10. Compound 02:04
11. Ante Up 02:30
12. Anally Annie 00:28
13. Denial 01:39
14. Born with Both 10:58
Bonustracks
15. Sunshine of Your Love
16. Pepe Lopez Song
Total playing time 44:39

Chronique @ BEERGRINDER

03 Fevrier 2009
En 1994 le leader de Malevolent Creation Phil Fasciana accompagné de Rob Barret, donne un coup de main à son ami et batteur « Crazy » Larry Hawke pour mettre sur pied le groupe de Death /Grind Hateplow. Rajoutons le bassiste Tim Scott et le redoutable chanteur Kyle Simmons (qui rejoindra Malevolent Creation pour le très bon The Will To Kill) et on est pas loin d’avoir une dream-team métallique.

Brian Griffin se charge de l’enregistrement de leur premier album Everybody Dies (1998), à part la batterie de Larry Hawke mise en boite à Miami au Criteria Studio. Hélas « Crazy » Larry décèdera peu après avoir fini ses parties de batterie, intoxiqué par la fumée lors de l’incendie de son domicile le 24 Mai 1997 (RIP).

Mettons de côté ce triste événement pour nous concentrer sur le contenu : du Death Metal teinté de Grind qui ne fait pas dans la douceur. Pour vous faire une idée précise, la musique de Hateplow n’est pas si éloigné du In Cold Blood de Malevolent Creation sorti l’année précédente auquel se serait mélangé un zeste de Napalm Death. Les floridiens alternent en effet les titres Death classique tel In the ditch et son intro basse remarquée, avec des morceaux plus furieux dans la lignée de Compound ou $20.00 Blow Job (on remarquera la finesse des paroles) que ne renierait pas Misery Index de nos jours.

Au niveau du son on déplorera une batterie légèrement trop en retrait, dont le jeu énergique de Larry Hawke est un peu occulté par les guitares à la fois lourdes et tranchantes et la basse pulsant vigoureusement au dessus de l’ensemble. Curieusement un titre comme Prison Bitch rappelle étrangement ce que fera Malevolent Creation deux ans plus tard sur Envenomed : du Death / Thrash agressif de grande qualité.

Everybody Dies est avant tout un album où les musiciens se sont fait plaisir et jouaient pour le fun sans se compliquer la vie, d’où quelques titres plus dispensables tel le linéaire Crackdown, mais lorsque Phil Fasciana et ses acolytes lâchent les chiens, ils nous balancent des Ante Up ou des Everybody Dies qui décoiffent sévère. La pochette relativement horrible n’a en revanche pas du attirer l’œil des acheteurs potentiels dans les bacs.

Ne cherchez pas en cette galette l’album du siècle ce serait peine perdu, cependant les amateurs de Death / Grind et les fans de Phil Fasciana et Malevolent Creation y trouveront leur compte sans problème. Un excellent apéritif avant un The Only Law Is Survival beaucoup plus brutal et intense.

BG

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
NICOS - 22 Novembre 2010: Bon presque deux ans après l 'écriture de cette chronique, je vais y mettre un petit commentaire. J'ai acquis cet album la semaine dernière, j'en avais entendu du bien lors de sa sortie ( il m'a fallu du temps). J'ai un sentiment bizarre...il y a beaucoup de truc bien, mais je le trouve par des moments vraiment moyen. Bref, pour le fan de MALEVOLENT que je suis, je suis un peu décu.
En tout cas, merci pour cette chronique de ce truc méconnu, c'est avec ce genre d'album qu'on retrouve les enragés :-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Hateplow