Esclave du Vice

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Malediction (FRA-1)
Nom de l'album Esclave du Vice
Type Album
Date de parution Janvier 2004
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album57

Tracklist

1.
 Dans Ma Mémoire
 04:58
2.
 Absinthe
 04:49
3.
 Justice Assassine
 04:32
4.
 Martyr
 06:57
5.
 Conspirations
 04:36
6.
 Hérésie
 04:41
7.
 Esclave du Vice
 05:26
8.
 Vers l'Enfer
 04:31
9.
 Au Royaume d'Hadès
 03:27

Bonus
10.
 Le Fils de Satan
 05:00

Durée totale : 48:57


Chronique @ dark_omens

16 Avril 2014

Malediction est une véritable bénédiction...

Dans la mémoire sélective et pas nécessairement infaillible, loin s'en faut, de votre modeste serviteur, Malediction et Manigance furent les principaux responsables des prémices de la fabuleuse recrudescence, pour ne pas dire résurrection, que le Heavy hexagonale chanté dans la langue de Molière connut d'abord timidement au début des années 2000 et ensuite plus franchement quelque temps après. Bien évidemment, la nostalgie de ceux qui vécurent avec bonheur quelques-uns de ces faits-d'armes perpétrée en ces époques révolues par les Adx, Vulcain, Trust ou H-Bomb, n'est, elle non plus, pas étrangère à cette renaissance. Tout comme participa à ce regain, dès 2007, le retour de certains festivals uniquement consacrés aux groupes français et pour lesquels, certains d'entre eux, se réunirent même exceptionnellement.

Mais revenons donc à ce qui constitue, peu ou prou, le contexte précédant la genèse de ce formidable mouvement. En 1997, Didier Delseaux (ex-Crazy Hammer, ex-Blind Panther), François Merle (ex-Killers) et Vince Mouyen (ex-Jumper Lace) sortent, avec quelques autres camarades, un premier EP, "Signe de Vie", dans une indifférence quasi générale (il faudra attendre 2002 et l'opus "Ange ou Démon" pour que la formation aquitaine connaisse enfin un succès mérité). Vulcain s'est tu terrassé par la lassitude de ce combat vain. Quant au vaillant Bruno Dolheguy, aidé de ses camarades de Killers, il continue seul, ou presque, sur ce chemin de croix qui est le sien.

A la même époque, Sylvain Mollard, François Fallempin, Olivier Messaoui et Nicolas Mollard fonde Malediction bien décidé à perpétuer la tradition de ce Heavy Metal là et bien conscient de la difficulté de l'entreprise. En 1999 François abandonne l'aventure pour rejoindre Yyrkoon. Il est remplacé par Mathieu Poulain avant la sortie d'une première démo éponyme composé de cinq titres. Deux ans après un album baptisé "Condamnés" sort. Le disque connaît un certain retentissement qui permet au groupe de s'atteler à un second album, "Esclaves du Vice", publié en 2004. Celui là même auquel nous allons nous intéresser dès à présent.

Pour l'analyse de ce plaidoyer, établissons une analogie entre les deux frères d'armes, Manigance et Malediction. Et ce même si, au-delà des ressemblances qui les lie, il y aura, aussi, beaucoup de différences entre ces deux formations. Et notamment musicales puisque l'un privilégiera la simplicité alors que l'autre aura quelques velléités Progressives rendant son art plus complexe.

Une autre divergence concerne la conception artistique des deux et là où le premier s'inscrit davantage dans une évolution du legs de ces groupes du passé, le second, quant à lui, cultive directement cet héritage. Il y a ici, en effet, beaucoup de ces parfums subtils qui nous évoqueront immanquablement le Heavy Metal des Sortilège, Blaspheme et consorts. D'abord, au-delà du choix de la langue commune à toutes ces formations, par ces textes qui, a contrario de ceux souvent plus contemporains du groupe palois, seront ici plutôt historiques, fantasmagoriques et, en un sens, plus poétiques. Comme autrefois en somme. Et ensuite, aussi, par ces similitudes vocales qui indéniablement nous évoquent le meilleur de naguère.

Il y aussi dans l'art de ces musiciens quelques stigmates Heavy Speed Metal et Thrash (Sylvain n'ayant jamais caché son admiration pour Dave Mustaine)notamment mis en exergue par ces guitares parfois très agressives. Cependant ces cicatrices seront amoindries essentiellement grâce aux vocaux qui, quant à eux, resteront très marqués du sceau des groupes déjà évoqués auparavant.

L'inspiration du quatuor picard prend donc sa source en divers genres mais surtout en un autrefois délectable. Ce collectif n'a cependant pas consenti à s'enfermer exclusivement dans un passéisme handicapant qui l'aurait condamné à s'adresser uniquement à ce microcosme nostalgique. Pour ce faire, à l'inverse de son premier opus, il a pourvu ce nouvel effort d'une production bien plus moderne et ambitieuse. Il a également soigné la pochette de ce manifeste qui est plus travaillé, s'éloignant de l'aspect très connoté de celle de son prédécesseur.

En outre de toutes ces considérations, très vite une évidence s'impose dès les premières notes d'un remarquable "Dans sa Mémoire" : Malediction ne se sera pas simplement contenté d'intentions louables, mais les aura transcendés pour atteindre une délicieuse excellence. " "Absynthe", "Justice Assassine", ou encore, par exemple, un "Martyr" très subtil aux passages acoustiques superbes, sont autant de chansons participant à cette perfection. Mais tout comme d'autres d'ailleurs puisque ce disque est d'une étonnante homogénéité.

Toutefois parlons encore du morceau "Esclaves du Vice" qui est admirable avec ce refrain exceptionnel et de "Au Royaume d'Hades" qui, quant à lui, est inspiré par l'un des thèmes entendu dans la série animé franco-japonaise Ulysse 31 scénarisé, notamment, par le fameux Jean Chalopin pour lequel les quarantenaires gardent un indéfectible respect puisqu'il fut l'auteur de quelques-uns des dessins-animés qui bercèrent leur jeunesse (Inspecteur Gadget, Les Mystérieuses Cités d'Or, Jayce et les Conquérants de la Lumière, Mask...).

"Esclaves du Vice" est donc une œuvre maîtrisée de bout en bout qui confirme magnifiquement le talent de ces artistes. Malediction est une véritable bénédiction en somme.

15 Commentaires

6 J'aime

Partager

chmetal - 16 Avril 2014: Ne t'inquiète pas dark_omens, c'est pas grave ! ;-). Ca nous a permis de se replonger un peu dans l'histoire du métal français ! Tu parlais également de Manigance, on n'a pas pas de nouvelles depuis 2012, j'ai bien peur que ça sente aussi le roussi ...
dark_omens - 16 Avril 2014: Je suis très inquiet aussi pour manigance. Même si j'avais un peu moins aimé Recidive, je trouve vraiment la carrière de ce groupe exemplaire...
DarkJoker - 17 Avril 2014: C'est marrant que vous parliez de Manigance. :p Je suis également de Pau.
jamz - 24 Avril 2014: Merci pour ta chronique. Pour ma part, j'ai une net préférence pour leur premier album, ou l'influence à Metallica est plus prononcé. Ayant récupéré un live bootleg, c'est vrai qu'en live ça dépote.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Bourrin

04 Avril 2009
Hé oui !! j'ai connu Malédiction grâce à l'interview présente sur S.O.M. !! J'ai été tenté par ce groupe, et bien m'en a pris !! Ce qu'ils nous servent n'est autre que la suite des groupes français d'antan, tels ADX, Sortilège ou Blasphème pour citer les plus connus !
Déjà, point fort pour nos français (enfin je trouve) : ils empruntent la langue de Molière dans leur musique. Je trouve ça un point fort parceque ça se fait rare, effectivement il est beaucoup plus facile de propager sa musique dans le monde si elle est chantée en anglais. De plus, cela nous permet de saisir le sens des paroles qui se révèlent être très belles (on est bien loin du "Fuck fuck fuck" débordant des paroles de certains groupes, quoique ce n'est en fin de compte pas ce qu'il y ait de plus courant dans le metal qui se respecte !).
Malédiction, c'est aussi une musique de très bonne qualitée, du bon Heavy Metal qui sonne "à la française" (vous avez sans doute remarqué que le metal français sonne assez différent du metal étranger, et je maintient qu'il n'y a pas que la langue qui confère cette sonorité différente). Au niveau des instrument, rien à reprocher, le tout est parfaitement maîtrisé, la rythmique est bien carrée, et les riffs et les solis sont executés à merveille. Quand à la voix, rien à dire, elle est parfaitement dans l'esprit de la musique.
L'album est très homogène, aucun titre n'est décevant, et cerise sur le gâteau ils nous reprennent dans l'instrmental "Au Royaume d'Hadès" le thème du dessin-annimé "Ulysse 31" (Ca me rappelle des souvenirs ça tiens !!)

Si vous êtes nostalgiques du temps d'ADX & co, Malédiction est pour vous. Ils sont notre nouvel espoir du heavy metal français !

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
jamz - 17 Janvier 2011: Bravo et merci de rendre hommage à ce groupe.
Pour ma part ,je préfère l'album précèdent , plus accessible avec une production moins fouillis.
FredMangaTattoo - 22 Fevrier 2012: tres cool et merci d'avoir fait une petite chronique sympa pour cet excellent groupe (qui malheureusment a disparu depuis 2007 apparement, helas quel dommage). Effectivement je suis d'accord avec toi sur l'ensemble de ton petit texte: c'est du bon heavy frenchie a l'ancienne comme on en fait plus et c'est vraiment un bonheur absolu. j'ecoute d'ailleurs toujours regulierement leurs deux albums. (je suis fan depuis que je les ai decouvert en 2004 en premiere partie de Manigance et Adagio a l'Elysee Montmartre a Paris).
Pour ma part j'ai une petite preference pour cet album qui est donc le 2e et dernier opus. contrairement au premier album (Condamnes) la qualite d'enregistrement et le mixage est bien meilleure et le tout sonne finalement aussi fort et impressionant qu'une grosse production US. D'ailleurs lors de certains titres nous pouvons notamment ressentir les fortes influences rythmiques brillantes et devastatrices a la Megadeth, puisque pour anecdote le chanteur guitariste n'est autre qu'un grand fan de Mustaine (lu dans un interview d'epoque). Enfin pour conclure je trouve egalement que cet album est effectivement legerement un cran au dessus de leur album precedent (ou au moins tout aussi bon) car meme si les compos sont peut-etre legerement moins accessibles lors de quelques titres, il est indeniable qu'entre les deux albums leur niveau de jeu est legerement superieur car ils sans doute progresser force d'experience avec le temps, notamment au niveau du travail du chant globalement qui depasse un bon cran au dessus le niveau initial lors de leurs debuts (qui etait pourtant deja tres bien). En esperant une reformation un jour car ce groupe avait un sacré potentiel... (il y a meme eut une petition sur facebook pour une demande de reformation qui avait rassembler tout de meme pas mal de fans l'air de rien)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Malediction (FRA-1)