Entering the Spectra

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Karmakanic
Nom de l'album Entering the Spectra
Type Album
Date de parution 2002
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1. The Little Man 01:29
2. Entering the Spectra 12:20
a/ Yellow
b/ Blue (The Innocent)
c/ Red
d/ Purple
e/ Indigo
f/ Green
g/ White
3. The Spirit Remains the Same 06:01
4. Cyberdust from Mars 03:34
5. Space Race N°:3 04:36
6. The Man in the Moon Cries 03:14
7. One Whole Half 05:17
8. Is This the End ? 07:12
a/ Part I (The End)
b/ Part II (The Light)
c/ Part III (The Question)
9. Cello Suite N°:1 in G Major 01:02
10. Welcome to Paradise 09:19
Bonus track
11. Loser's Game 04:10
Total playing time 57:19

Chronique @ LeLoupArctique

04 Décembre 2015

Des couleurs venues de l'espace, pour changer un peu des fleurs

Vous connaissez les Flower Kings ? Pour ceux qui ne connaissent pas trop la scène progressive suédoise (rock principalement), The Flower Kings est un groupe issu de ce qu'on appelle souvent la troisième vague prog (= les années 90), influencé notamment par Genesis, et fondé par Roine Stolt plus ou moins sur les ruines de Kaipa. Le groupe connaît un gros succès, de même qu'un incessant va et vient de musiciens, entre projets solo, projets secondaires, tertiaires, etc. Si bien qu'on a parfois coutume d'appeler cet ensemble de musiciens la Flower Kings family. Parmi les personnalités de cette famille, il y a entre autres Jonas Reingold, bassiste des Flower Kings, et crédité pour divers travaux (le bonhomme est aussi ingénieur du son/producteur) dans des dizaines et des dizaines d'albums depuis les années 1990.

Comme si cela ne lui suffisait pas, il fonde en 1999 un nouveau projet du nom de Karmakanic. Le nom viendrait de la contraction de ''karma mechanic'', issu d'un vers de la chanson de Genesis, The Battle of Epping Forest. Coïncidence - je ne pense pas – la même année Tomas Bodin (The Flower Kings, sans blague) sort un album solo intitulé Pin-up Guru, mots que l'on trouve deux vers avant ''karma mechanic'' dans ladite chanson de Genesis. Bref ! Pour mener à bien son projet, Jonas Reingold s'entoure de musiciens, talentueux évidemment, avec Jaime Salazar aux fûts, Tomas Bodin aux claviers, et Roine Stolt aux guitares et chant occasionnel : ce qui nous fait quatre membres des Flower Kings au même moment. Deux inconnus (Robert Engstrand et Johan Glössner) viennent en aide respectivement au clavier et à la guitare, puis vient le non moins incroyable Göran Edman, célèbre pour avoir fait ses vocalises sur le Fire and Ice de Yngwie Malmsteen.

Le premier album voit le jour fin 2002 chez le label suédois Regain Records, plutôt habitué à sortir du black ou du death metal. Entering the Spectra est doté d'une pochette au goût douteux, toujours aussi colorée que dans les Flower Kings. La galette en elle-même contient dix morceaux (onze sur mon édition, qui aurait apparemment un bonus américain), de durées très variables, se confrontant à plusieurs reprises au format mini-épopée de dix minutes.
L'introduction que nous propose Karmakanic est probablement l'une des pires entrées en matière du rock progressif : une voix féminine sur fond de claviers cheap nous narre l'histoire d'un tout petit homme ordinaire qui s'invente une vie ordinaire grâce à internet, difficile de faire plus ringard. Mais il ne faut pas s'arrêter à ça, car on risquerait de louper des morceaux bien plus intéressants.
Globalement, Karmakanic reprend des sonorités très typées Flower Kings, soit un Genesis modernisé, assez marqué par les groupes de la troisième vague prog (on pense parfois à Spock's Beard). Les titres qui en sont le plus caractéristiques sont parmi les plus longs logiquement : l'éponyme et Is This the End ? Entering the Spectra offre notamment un superbe passage central au piano jazzy et un final grandiose où Göran Edman s'illustre. Quant à la huitième piste, elle suit une construction typiquement progressive en trois parties, assez classique, mais tellement bien réalisée (ces soli virtuoses en troisième partie …).

Ça, c'est donc la base de Karmakanic. Là où on dirait que le projet mené par Jonas Reingold essaye de se construire une identité, c'est en ajoutant des sonorités plus modernes, plus heavy, mais aussi plus jazzy. Vaste programme me diriez-vous. Mais force est de constater que cet étrange melting pot fonctionne plutôt bien, en particulier sur Cyberdust from Mars, et sa délirante mélodie qui n'est pas près de sortir de votre tête. Même topo sur Space Race N°3, où cet unique Heavy-Jazz-Prog offre de sympathiques mélodies spatiales, bien aidé par la voix de caméléon de Göran.
Cette même mixture est à l'origine de bons riffs sur The Spirit Remains the Same, ou sur le moment d'improvisation One Whole Half, mais dommage que le reste ne suive pas. The Man in the Moon Cries accentue encore le côté jazzy, tandis que les claviers de Tomas Bodin créent une atmosphère cette fois oppressante, qui rappelle vaguement une musique de James Bond.

Welcome to Paradise se charge de conclure, et ça tombe bien car il résume assez bien tout ce qu'on vient d'entendre, avec d'authentiques moments de bravoure prog (aux alentours de 6:00), mais aussi des incongruités, dont certaines clairement de mauvais goût (cf. les passages les plus funky). Ma version bénéficie en plus d'un bonus à l'intérêt discutable, nommé Loser's Game, rappelant la pop/rock américaine en version hallucinogène.

Évidemment, cet album ne peut pas plaire à tout le monde, même aux fans de prog les plus aguerris. Il nécessite d'être ouvert aux sonorités les plus étranges voire les plus ridicules tout en appréciant le rock prog classique et moderne à la fois. Un sacré grand écart cérébral qui peut filer la migraine. Le plus critiquable est bien sûr le manque total d'homogénéité, ou au moins de cohérence, entre les morceaux, ce qui rend l'écoute entière difficile. Entering the Spectra, c'est des couleurs partout venues de l'espace, pour changer un peu des fleurs.
Pour le premier jet d'un nouveau projet, Jonas Reingold semble s'être fait plaisir en composant tout ce qui lui venait par la tête, substances hallucinogènes incluses. On sent aussi que l'identité se cherche entre plusieurs possibilités, comme rentrer dans le moule Flower Kings (sans perdre en qualité non plus), ou à expérimenter au maximum. Le disque ainsi composé a un certain charme en soi, abritant des petites perles, mais est quasiment condamné aux oubliettes à cause d'une écoute difficile à appréhender et de choix artistiques mal contrôlés.

3 Commentaires

2 J'aime

Partager
frozenheart - 04 Décembre 2015: Merci Baptiste, pour cette chronique d'un groupe ou projet qui avec toutes les sorties d'albums Metal Progressif de l'époque, passera inaperçue, quel dommage!
Malgré une réel créativité et avec ses quelques incursions dans le Jazz Prog voire funky bien intégrer dût au jeu de basse de Reingold, et au bout de plusieurs écoute, cet album s'avère tout bonnement excellent.
LeLoupArctique - 04 Décembre 2015: Merci à toi ! Effectivement j'aurais pu plus parler du jeu de basse de Jonas qui est très intéressant notamment sur le petit interlude Cello Suite. Par contre de Karmakanic je préfère largement l'album Who's the Boss !
frozenheart - 04 Décembre 2015: Je suis d'accord avec toi pour le Who's the Boss, mais c'est sans doute celui qui et le plus difficile d'accès et le plus complexe.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire