End of Chapter

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Au-Dessus
Nom de l'album End of Chapter
Type Album
Date de parution 19 Mai 2017
Style MusicalBlack Avantgardiste
Membres possèdant cet album54

Tracklist

1.
 VI
 06:13
2.
 VII
 04:43
3.
 VIII
 05:28
4.
 IX
 07:28
5.
 X
 09:37
6.
 XI
 06:30
7.
 XII : End of Chapter
 06:36

Durée totale : 46:35


Chronique @ growler

06 Janvier 2018

Au-Dessus, futur incontournable ? Wait and see.

Devenu une sorte de label rouge de dénicheur de talent, Les Acteurs De L’Ombre sont devenus maître en la matière, puisqu’après The Great Old Ones, Regarde Les Hommes Tomber, Deluge ou Heir, c’est au tour d’Au-Dessus d’être mis en lumière. Malgré son patronyme français, Au-Dessus arrive directement de Vilnius en Lituanie et, après un Ep éponyme très qualitatif, le quatuor délivre sa première offrande intitulée « End Of The Chapter », dont le visuel magnifiquement morbide, est signé Valnoir de Metastazis.

De prime abord, et après un premier survol auditif de l’œuvre, l’affiliation au, très à la mode, « post-black-metal » sera forte appropriée, tant la formation en applique les préceptes à la lettre. Pourtant, le propos d’Au-Dessus, est bien plus orienté vers le métal noir que bon nombre de ses congénères, au travers d’une multitude de blasts et mélodies typiques du style, héritées de la vague norvégienne comme sur « VII » qui lorgne du côté d’Emperor, ou les accélérations furieuses de « VIII », de « IX » ou de « XII ». Cette assise « black-metal » est rehaussée d’influences « Sludge », « Heavy » ou « Doom ». Car les lituaniens savent décélérer et laisser place à des rythmiques lourdes et massives (« VI », « VIII », « IX », « X » ou « XI »), qui, combinées aux accélérations furieuses, confèrent à « End Of Chapter », beaucoup de profondeur et de relief. Il faut ajouter à cela, une ambiance glacialement morbide (l’artwork y est également pour beaucoup), poisseuse et funeste et, un art du riffing incontestable. Les chœurs majestueux (« VI ») apportent une sorte de spiritualité à l’ensemble.

L’intelligence de composition d’Au-Dessus, annihile tout effet de lassitude et, afin d’éviter l’asphyxie à l’auditeur téméraire, des plages « douces » et aériennes, dotées de mélodies addictives et suicidaires, telles le chant des sirènes vous attirant vers le précipice, ont été apportées (« X », « VII », « Xi » ou « XII »). Très à l’aise dans de nombreux registres et refusant d’être enfermé dans un carcan, la formation se permet même le luxe de se fendre d’un riffing rock n’roll sur « IX ». « End Of Chapter » est très dynamique, jouant en permanence sur l’alternance rythmique, pour un rendu très varié et des morceaux différentiables, ce qui est loin une généralité dans ce sous-genre musical.

Les musiciens sont tous au diapason et livrent une prestation dénuée de faiblesse, avec un batteur qui alterne les cadences sans aucune faiblesse, avec une facilité déconcertante. Les guitaristes ne sont pas en reste, édifiant un véritable mur sonore compact et, délivrant également des solos et des harmonies attractives opportunes, à la fois envoûtantes et funéraires. Le grand gagnant reste incontestablement Mantas (chant/basse) qui utilise toute l’étendue de sa palette vocale. Tantôt arraché, tantôt plaintif, tantôt empreint de souffrance ou totalement aliéné et dérangé, cris démoniaques ou vocaux clairs, son organe n’est pas ménagé, pour un résultat bluffant. Il faut également noter que le bougre a écrit la totalité des textes et, a doté ce premier opus d’une production forte adéquate. En effet, la mise en son est assez organique et claire, chaque instrument est bien audible, mais elle reste suffisamment brumeuse pour coller aux compositions du combo, conservant ainsi un aspect mystérieux.

Si votre serviteur voulait jouer les rabat-joie, il dirait que « X » comportent quelques répétitions, ce qui engendre quelques légères longueurs. Aussi, « End Of Chapter » pourra passer Au-Dessus du néophyte non aguerri, car l’œuvre est exigeante et ne s’ouvrira qu’après de multiples écoutes attentives. Pénétrer cette masse et cet univers, demandera nécessairement une certaine expérience auditive.

Avec « End Of Chapter », Au-Dessus place la barre qualitative très haute, avec un effet de surprise maximum, parce qu’il faut le reconnaître, pas grand monde ne pouvait s’attendre à un album aussi majestueux. A la fois violent, obscur, oppressant, lourd, dérangeant mais aéré et mélodique, Au-Dessus a marqué de son empreinte artistique, l’année 2017 avec un premier album très abouti. Il faut une nouvelle fois louer Les Acteurs De L’Ombre qui devient une valeur sûre, en proposant constamment des artistes musicalement riches et singuliers. Au-Dessus, futur incontournable ? Wait and see.

2 Commentaires

8 J'aime

Partager
David_Bordg - 07 Janvier 2018:

Tout comme toi j’ai adoré cet album même l’artwork est terrible et énigmatique 

Fyrnael - 12 Janvier 2018:

Découvert sur scène au Tyrantfest, c'est aussi carré que sur l'album, vraiment un groupe à suivre! Merci pour la chro wink

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Au-Dessus