Dual Faith

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Sivyi Yar
Nom de l'album Dual Faith
Type Album
Date de parution 26 Juillet 2011
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album4

Tracklist

Also known as "???????????"
1. ? ?????? ???????? ???
2. ???????????
3. ????? ????? ??????
4. ? ?????????????? ????
5. ????????? ???
6. ??-?? ???
TRANSLATION IN ENGLISH
1. In the Whisper of Spring Water
2. Dual Faith
3. Again, Burn Crosses
4. In the Predawn Darkness
5. Magic Fever
6. Because of the Mountain

Acheter cet album

Sivyi Yar


Chronique @ Matai

21 Avril 2012

Sivyi Yar diversifie son propos tout en gardant cette envie de préserver la culture slave

Sivyi Yar, c'est le projet black pagan du multi instrumentiste russe Vladimir, désirant se tourner vers un ensemble musical épique et basé sur la nature. Ce one man band existe depuis 2006 et a été assez fructueux, même si l'Europe en a peu entendu parler. Toutefois il est bon de préciser qu'il a son propre public et une certaine notoriété dans son pays, ce qui lui a valu une signature chez l'underground More Hate Productions.

En 2011, Sivyi Yar avait déjà sorti une démo, un album et un EP mais il ne voulait pas s'attacher à de nouvelles compositions aussi rapidement. Il voulait simplement prendre son temps et attendre au moins un an avant de sortir une nouvelle galette, à savoir le futur « Towards to Twilight » paru début 2012. A la place de ça, Vladimir prit des morceaux qu'il avait composé entre 2008-2010, ceux qui n'avaient pas été sélectionnées, afin de les recomposer. C'est dans ce contexte que sort ce « Dual Faith » qui se dote, en guise de pochette, du tableau « Night on the Eve of Ivan Kupala » de Ivan Sokolov. Relié à la musique, cet artwork renforce l'idée de préservation des traditions Slaves dans un monde de plus en plus tourné vers la modernité, idée que l'on retrouve dans les paroles.

Sivyi Yar officie donc dans un black pagan épique tout à fait classique mais l'aspect progressif des morceaux permettent au one man band de s'offrir une alternance de passages non négligeable. Si l'ensemble peut paraître guerrier dans l'exécution du black metal, il peut tout à fait devenir plus atmosphérique et folk comme sur l'éponyme « Dual Faith » qui fait la part belle aux ambiances et aux riffs. Idem sur « In the Predawn Darkness » avec ces guitares caractéristiques, à la différence que ce titre se teinte d'éléments death metal voire arabisants dans la mélodie du riff à partir de 02:30, mélodie qui rappelle le one man band de black épique Bouq.

Ce qui prédomine toutefois le plus, c'est la trop grosse monotonie des morceaux, atteignant pour la plupart les huit minutes. Le côté progressif aurait pu mieux servir le black pagan de Sivyi Yar car ici, on est plus dans l'ennui qu'autre chose, même si les atmosphères restent intéressantes comme sur le très pagan « Magic Fever » et son clavier mystérieux voire inquiétant.
Autre prédominance, la voix très criarde et ultra guerrière de Vladimir, qui ne semble pas totalement maîtriser sa rage. Ce n'est même plus un chant black mais une sorte de hurlement plaintif qui nuit à l'ensemble des compositions. Ajouté à cette linéarité palpable, cela devient encore plus insoutenable.

Ceci dit, un aspect naturel et traditionnel se retrouve principalement dans l'introduction et l'outro, mais c'est sans doute un « Again, Burn Crosses » qui enfonce le clou, avec ces choeurs, sa mélodie étrange et son atmosphère enveloppante. Peu de guitare et de voix, finalement, l'auditeur se retrouve seul au sein de cet enrobage oppressant, comme pris au sein d'un culte musical.

En clair, « Dual Faith » n'apporte rien de concret au black pagan mais il permet à Sivyi Yar de diversifier son propos, tout en jouissant d'une production correcte. Malgré leur longueur et leur défauts, les morceaux restent emprunts de cette envie de préserver la culture slave.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire