Divine Madness

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Lethargy (UKR)
Nom de l'album Divine Madness
Type Album
Date de parution 09 Décembre 2012
Style MusicalDeath Atmosphérique
Membres possèdant cet album5

Tracklist

1. Intro / In the Darkness Opening the Eyes
2. Buried Mourning Hearts
3. Grief of Satan
4. I'm Sorry ...
5. Broken World
6. Divine Madness
7. Witchcraft and Possession
8. Contempt (ft. Diana Larionova)
9. Mystery of Love
10. Court of Sinners
11. The Birth of a New Consciousness / Outro
Bonustracks
12. Evil Habits
13. Tenderness and Love (ft. Eugene Kugaevsky)

Acheter cet album

Lethargy (UKR)


Chronique @ Eternalis

06 Fevrier 2013

"Divine Madness" surprend et s’inscrit déjà dans un contexte d’avenir

Il faut toujours se méfier des idées reçues, des approximations que l’esprit peut créer en rapprochant des éléments semblant évidents mais pourtant clairement distincts. Car une telle facilité d’interprétation provoquera forcément, à un moment ou à un autre, une erreur de compréhension ou un jugement de valeur faussé par une approche erronée d’un sujet quelconque.

Il parait pourtant tellement évident, lorsque l’on écoute pour la première fois "Divine Madness", que le groupe est grec, que la découverte d’une contrée beaucoup moins exotique et bien plus hostile est en soi une surprise. Si la langue chantée en soi aurait pu mettre la puce à l’oreille, cela ne justifie pas en soi une source tangible pour douter de la nationalité de Lethargy. Car de son artwork qui aurait pu être peint par Seth Siro Anton à sa production symphonique tout en puissance ou plus précisément son dark metal hellénique évoquant Septic Flesh ou Rotting Christ, nous pouvions être à mille lieux de penser que le sextet était en réalité ukrainien. Est-ce que cela change en soi la perception d’écoute ? Légèrement oui, tout en leur accordant plus de crédit encore pour ce second album…

Musicalement, c’est un dark metal atmosphérique et symphonique que livre Lethargy, entre Septic Flesh (pour la pâte mélodique), Inactive Messiah (pour le son) ou encore Moonspell (pour l’ambiance gothique). "Buried Mourning Hearts" est une première grande réussite, mettant d’emblée les grandes qualités mélodiques des guitaristes ainsi que le travail vocal très important de Vitaly Yavnov, parfaitement à l’aise dans chacun des registres qu’il exploite. La reprise à la lead guitare de "La Lettre à Elise" est en soi la preuve d’une dextérité technique et d’un savoir-faire mélodique impressionnant de maturité. Mais "Grief of Satan" va encore plus loin, partant d’un lead mélodique imparable mais surtout d’une ligne vocale hurlée possédée et magistralement interprétée, très proche de ce que Fernando Ribeiro propose depuis "Memorial" avec Moonspell. Si l’on sent que les moyens financiers ne furent pas énormes pour cet album, les claviers n’en sonnent pour autant pas cheap, se révélant même cruciaux dans la mise en place des ambiances et des atmosphères évoquant les contes et les mythes de la Transylvanie. Un soli mélodique sublime vient agrémenté "Grief of Satan", tout juste suivi d’une partie en arpèges d’une maturité époustouflante avant de repartir sur le chant écorché et criard de l’ukrainien, toujours porté par un grand souffle épique et guerrier.

Relativement longues et très construites, les onze pièces de "Divine Madness" (auxquelles s’ajoutent une introduction et un outro) possèdent chacune une identité marquée mais forme clairement un ensemble cohérent et lumineux, ne souffrant pas de l’opacité propre au dark metal. L’éponyme, par exemple, s’il évoque toujours Moonspell lorsque le chant se fait hurlé, dispose de sa propre force dans les orchestrations très fines et surtout dans la très intéressante ligne de chant claire, sur laquelle les racines de l’Est prennent le dessus pour former un ensemble absolument magnifique entre les chants en chœur et la partie hurlée d’un lyrisme flamboyant. Un incroyable boulot a vraiment été réalisé sur le plan vocal, encore plus magistral lorsque l’on sait que c’est un seul et unique homme qui a réalisé tout cela et qu’il n’a en plus que 25 ans. L’ambiance plus éthérée mais toujours aussi fine de "Court of Sinners" dévoile quant à elle une plus grande part de mélancolie et de féérie, malgré une présence toujours insistante d’une noirceur latente, d’un mal qui rode, d’une bête prête à attaquer avec violence et rage.

Si l’on parle de mélancolie, il ne pourra être passé sous silence la sublime "I’m Sorry", véritable pépite de l’album. Très simple et épurée dans son approche, partant d’une simple mélodie de claviers, elle prend son envol par le chant clair si particulier de Vitaly (qui ne manquera pas d’avoir son lot d’adeptes et de détracteurs) puis par un riff de guitare simple mais terriblement prenant et viscéral. Si la mélodie de clavecin ensuite prend des allures un peu trop mièvres, cela n’enlève en rien de la force de cette composition, très mystique. Le chant dans la langue natale du groupe sonne comme une incantation, une prière aux grands anciens. Cela sera encore plus marquée et puissant sur le bonus "Tenderness and Love", aussi indispensable que le reste du disque. Débutant là encore sur une ligne de piano belle à pleurer, c’est surtout la fluidité vocale, et la beauté pure qui en découle, qui impressionne. D’abord narratif et introspectif, puis ouvert et clair, il prend peu à peu de la hauteur pour prendre les contours d’un hymne national.

Un hymne…
Oui, aujourd’hui, Lethargy, en sortant de nulle part et en proposant avec "Divine Madness" seulement son deuxième album, surprend et s’inscrit déjà dans un contexte d’avenir. Là où les influences de Septic Flesh, Inactive Messiah ou Moonspell sont flagrantes, la personnalité du groupe n’en devient que plus forte en imposant un métissage vocal très original et une identité de la langue rare dans ce type de metal (et encore moins lorsqu’il est réussi comme ici).
Si Metal Scrap est un petit label, les albums récemment sortis chez eux s’inscrivent de plus en plus comme des groupes pouvant jouer un rôle dans le futur dans des styles commençant souvent à tourner en rond. "Divine Madness" est en soi supérieur à un "Alpha Noir" ou un "Sinful Nation" ayant pu décevoir…et s’il ne manque qu’un grand nom sur la pochette pour être déjà en haut de l’affiche, les fouineurs ne s’y tromperont pas et c’est bien avec cet album qu’ils combleront leurs longues soirées d’hiver…

4 Commentaires

3 J'aime

Partager
 
DRoc - 07 Fevrier 2013: Bonne chronique donnant envie d'écouter l'album !
Par contre il y a une erreur:
Tu parles d'un groupe Ukrainien qui ressemble à des groupes Grecs et tu évoques un "dark metal lusitanien": Peut-être voulais-tu dire Héllène? Parce que sinon je ne vois pas le rapport, "lusitanien" faisant référence au Portugal.
Eternalis - 07 Fevrier 2013: En effet, c'est bien hellénique que je voulais dire...pardon pour cette grossière erreur ;)
Icare - 07 Fevrier 2013: Merci pour cette belle chronique, sensible et prenant,e qui donne vraiment envie de découvrir l'album.

je pense que je vais me le commander avec le dernier Saille celui-là!
godgrinding - 08 Fevrier 2013: Bien belle chro (comme d'hab...).
Idem que Icare, j'vais de passer à gibert pour essayer de la trouver, avec Saille et Fen.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Lethargy (UKR)


Albums en Death Atmosphérique