Deceptive Virtue

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
pas de note
Nom du groupe Revelations Of Rain
Nom de l'album Deceptive Virtue
Type Album
Date de parution 18 Novembre 2013
Style MusicalDoom Death
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1. Chernye Teni
2. Dekabr II
3. Mezhdu Bezzhiznenymi Beregami
4. Obmanchivaja Dobrodetel' (Instrumental)
5. V Bezumii Velichie Tvojo
6. Pepel Nad Nami
7. Jestetika Opustoshenija

Chronique @ Peacewalker

25 Janvier 2014

Solide et efficace, à défaut d'être vraiment surprenant

Les Doomsters russes d'Otkroveniya Dozhdya, plus connus hors Russie sous le nom Revelations of Rain, nous proposent depuis novembre 2013 leur quatrième album, une fois de plus sous la houlette de Solitude Productions. Un album attendu avec un certain intérêt, le groupe s'étant peu à peu imposé comme une valeur sûre de la scène Doom russe et de l'écurie Solitude Prods.

Stylistiquement parlant, la formation officie dans un Doom Death combinant efficacité et ambiance, pour un résultat en soi assez classique mais à la patte néanmoins bien reconnaissable, et dans lequel on sent clairement l'expérience et le professionnalisme des musiciens à l’œuvre.
Tout d'abord, le travail effectué au niveau des mélodies, quoique assez mis en avant au sein de l'album, conserve toujours une certaine sobriété et évite tout excès de niaiserie ou de sentiments trop "sucrés", quitte à parfois souffrir d'une trop grande retenue au niveau des émotions exprimées, ce qui pourrait en gêner certains. L'ensemble est soutenu par des changements de rythme qui viennent régulièrement donner du punch à l'album, ainsi que par de fréquentes poussées de hargne qu'on peut par exemple trouver sur des titres comme "Mejdu Bezjiznennymi Beregami" ou "Tchërnie Teni".
Cela étant, ceux qui espéraient retrouver ici des déchainements de violence semblables à ce dont pouvait faire preuve le groupe sur un titre comme "Vremia" dans le précédent album risquent d'être assez déçus, la formation russe n'allant plus aussi loin dans cette direction. On notera au mieux l'intéressante accélération que nous offre le titre "V Bezumii Velitchie Tvoe", même si l'on peut regretter l'absence de chant lors de ce passage, ce qui lui fait légèrement perdre en puissance.
Enfin, des nappes de clavier viennent de temps en temps enrichirent discrètement les ambiances, qu'il s'agisse de cordes ou de chœurs (sur la longue piste instrumentale "Obmantchivaya Dobrodetel' " par exemple).

En ce qui concerne les vocaux on notera le départ de Vladimir Andreev (du moins du poste de chanteur, le monsieur s'occupant tout de même du mastering de l'album) qui entre autres choses chantait sur le précédent album, et préfère sans doute désormais se concentrer sur son one-man-band My Indifference to Silence et sur Shallow Rivers, projet où il collabore avec Youri Rijov, justement guitariste de Revelations of Rain. Arsagor, qui officiait sur le premier album du groupe et qui joue actuellement chez la formation de Black Death symphonique Grey Heaven Fall a donc pris sa place à titre temporaire pour
permettre l'enregistrement de l'album (notons au passage qu'aux dernières nouvelles, le groupe a recruté à ce poste Demether Grail, notamment connu pour son rôle chez Arcane Grail).
Bref, laissons là les considérations concernant le Line-up et recentrons nous sur la musique. Si le growl d'Arsagor est efficace et tout à fait appréciable, il pâtit légèrement de la comparaison inévitablement faite avec celui de son prédécesseur. Bien que la démarche soit sur le fond à peu près la même, avec l'utilisation alternée selon les situations de grognements majestueux et massifs et de hurlements plus haineux, on peut remarquer qu'Andreev allait plus loin dans les deux cas en offrant une prestation plus variée, aidé en cela par un travail de composition plus subtil et contrasté.

En effet, si la qualité est bel et bien présente, on peut regretter le fait que la musique du groupe ait perdu une partie de l'équilibre et de la finesse qui régnait dans Emanation of Hatred. Outre le fait que, comme dit plus haut, le groupe laisse moins s'exprimer sa facette la plus agressive, on constate que les écarts entre ténèbres et lumières sont moins mis en avant, et que la noirceur exprimée par la musique du groupe a perdu une partie de sa grandeur et de sa subtilité (l'influence d'Evoken se faisant d'ailleurs moins sentir). Le résultat est loin d'être dénué de charmes, mais est sans doute plus facile, et surtout plus commun et moins surprenant. Cela étant, ce nouvel album n'en demeure pas moins une œuvre solide et efficace, qui devrait plaire aux personnes à la recherche de Doom Death efficace et de qualité.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire