Deceased

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Accidental Suicide (USA)
Nom de l'album Deceased
Type Album
Date de parution 30 Octobre 1992
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1. Misery Hunt 03:28
2. The Life I Hate 05:33
3. Morbid Indulgence 05:24
4. Flesh Parade 04:30
5. Unknown 04:41
6. Method of Murder 04:17
7. Agony of Rebirth 05:07
8. Homicidal Entrails 05:03
9. My Dangling Corpse 03:25
10. To Eat the Heart 03:43
Total playing time 45:11

Acheter cet album

Accidental Suicide (USA)


Chronique @ Fabien

21 Septembre 2009
Dans la course au deathmetal, lancé par quelques écuries fers de lance telles Earache ou Roadrunner, nombreux sont les labels ayant voulu emboîter le pas au début des années 90. C’est notamment le cas de Peaceville Records, auteur des atemporels Severed Survival & Soulside Journey (Autopsy, Darkthrone), créant de toute pièce la division Deaf Records, entièrement dédiée à ce nouveau style qui monopolisait alors toutes les attentions.

Ayant largué quelques réalisations comme Ackowledge the Confusion Master, Of Darkness ou Charnel Deity (Prophecy of Doom, Therion, Impaler), le sous-label britannique enchaîne les signatures à tour de bras, proposant pour sa huitième production le premier album d’Accidental Suicide. Ce groupe nord américain voit le jour en 1989 dans l’état du Wisconsin, sous influence directe de Possessed, Death ou Morbid Angel. Deux démos plus tard, la bande enregistre ainsi Deceased en 1993 aux Mauer Studios, ayant comme manager le célèbre Eric Grief, qui travaille notamment à l’époque avec le groupe mythique de Chuck Schuldiner.

Flanqué d’une couverture sans aucun attrait, dessinée par le guitariste Chris Drew d’Impaler (à qui l’ont doit notamment la pochette du Dead Shall Inherit de Baphomet), Deceased ne part d’entrée pas sous les meilleurs auspices. Son deathmetal s’attache également à des structures conventionnelles, ayant été maintes fois rabâchées en cette année 1993, période où le mot saturation commence à prendre une certaine ampleur.

Dans la masse, sans technique ni identité particulière, Accidental Suicide lâche toutefois des compositions fort bien articulées, à l’image de Misery Hunt, The Life I Hate, ou Morbid Indulgence, dominées par un middle tempo chargé en double pédale, et un riffing accrocheur. En outre, le rythme parfois tapageur, alterné à des passages doomesques, l’ambiance sombre, et enfin le guttural caverneux d’Ed Jackson, complètent parfaitement la donne, permettant l’écoute de Deceased sans anicroche.

Sans révolutionner le style, le saturant d’ailleurs plus qu’autre chose, Accidental Suicide reste, comme nombre de ses homologues de l’époque, le groupe d’un seul et unique album. Destiné aux nostalgiques du deathmetal monolithique du début des nineties, Deceased reste néanmoins un album emblématique du label Deaf Records, qui lançait sur orbite des formations telles Impaler ou Morta Skuld qui, sans prétention particulière, lâchaient des albums directs et caverneux, idéaux pour des écoutes agréables sans prise de tête.

Fabien.

7 Commentaires

4 J'aime

Partager

NICOS - 28 Septembre 2010: Incroyable! Je ressort ce disque que je dois avoir depuis 15 ans, et que j'ai du écouter 3 fois puis mis dans la bibliotheque, et oublié.
Je le ressort ce matin, je le réécoute aujourd'hui ( vraiment moyen, une prod inégale) et je me dis: Tiens, ce groupe est il référencé sur Spirit? Et bien oui, référencé ( comme presque tout maintenant) et chroniqué...par Fabien avec brio une fois de plus. ( meme si moi aussi je te trouve généreux avec la note).
Heureux de ne pas etre le seul a posséder ce truc :-)
Fabien - 28 Septembre 2010: Ahh ! il me reste encore bien une centaine de CD deathmetal issus de la twilight zone de ce type à chroniquer dans les pages de SoM, à l'image des trucs sortis chez Grindcore int, Avanzada Metalica, Morbid Music, Deaf Records j'en passe et des meilleurs. Un jour peut-être... C'est fou toutes les vieilleries DM antérieures à 1993 que je possède (et que j'apprécie ma foi)...

Fabien.
NICOS - 29 Septembre 2010: Celà doit etre un véritable petit trésor.
J'ai hate que tu chronique ces albums . Peut etre certains sont à découvrir ?
Fabien - 29 Septembre 2010: J’ai vérifié ma base de donnée, et je confirme dépasser notoirement cent albums deathmetal antérieurs ou égaux à l’année 1994, n’ayant pas la moindre rédaction sur SoM. Il y en a tout autant voir plus en thrashmetal. Je ne verrai jamais le bout du tunnel. Parmi mes meilleures vieilleries DM non encore chroniquées, je citerais par exemple Silence, Wisdom of Darkness, From this Day Forward, The Essence ou encore Yeah (Fester, Belial, Obliveon, Torchure, Xysma). Et alors en thrash, je n’en parle même pas. J’ai un tel retard dans les rédactions entre les albums de MOD, Exumer, Uncle Slam, Whiplash, j’en passe et des meilleurs... Il y a toutefois quelques disques dans ceux restant à chroniquer qui me tiennent particulièrement à coeur, comme les éponymes Rigor Mortis et Nasty Savage, ou encore Age of Quarrel, An Eye for An Eye, After the Battle (Cro-Mags, Corrosion of Conformity, Funeral Nation). C’est la folie.

Fabien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Accidental Suicide (USA)