Deathly Pale

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Bael (FRA)
Nom de l'album Deathly Pale
Type Demo
Date de parution 2001
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album5

Tracklist

1. Prelude
2. Deathly Pale
3. At the Gate to Hell
4. Die Blutgraffin
5. Hordes of Empire

Acheter cet album

Bael (FRA)


Chronique @ aarsoth

14 Décembre 2007
Voila sans doute avec "Bleeding for Him" (2003) l'un des meilleurs exemples que nous ai proposé Bael, grand teuton de notre scène UG Française en matière de Black métal, la tape "Deathly Pale".
Né en 1998 de l'impulsion d'Aguarès en tant qu'unique membre, Bael m'avait laissé plutôt hésitant avec des rehearsals comme "Perdition de l'âme" (1998) et "Souffrances"(1999), dût sans aucun doute à une aura fade, servie par une prod quelque peu boutiste et des riffs trop primitives, mais de toute manière, Bael c'est toujours voulu primitif, "Deathly Pale" le prouvera, mais de facon différente avec l'arrivée d'un second membre permanent, Akhaeus ...

La naissance de ce duo va donc entraîner l'accouchement de cette offrande de 5 titres, distribuée avec un pressage de 666 exemplaires sur le label d'Akhaeus que je ne présente plus : Pâleur Mortelle prods.
Une étrange introduction ouvre la tape avant l'enchaînement d'une descente aux enfers, les riffs d'Akhaeus assérées prennent le devant par le biais d'un son saturé, primitives, elles dégagent cependant une aura mélancolique, chaotique sous les blasts d'une boite à rythmes en retrait, le tout sous le chant beuglé d'Aguarès.
Ce dernier afflige toute la haine et la fascination envers le vieux Satanisme auquel il a trouvé sa propre image et ce depuis les heures ...
Après une brève interlude en musique classique s'enchaîne en conclusion une reprise de Graveland "Hordes of Empire", cette dernière s'avère accompagnée d'un son plus raw que sur les précédentes pistes, accentuant ainsi l'identité la plus chaotique que je retrouverai sur "Bleeding for Him".
La boite à rythmes se fait nettement remarquer, tout comme le chant inhumain, si personnel d'Aguarès, faisant alors fierté à son statut de parolier, le tout sous des riffs toujours primitives, mais terriblement accrocheuses, proposant ainsi un ensemble fidèle à l'original par Graveland.

Vous l'aurez donc compris, une tape des plus intéressantes, que vous pouvez encore trouver sur quelques distros si vous avez l'oeil ...

16/20

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire