Death - Pierce Me

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Silencer (SWE)
Nom de l'album Death - Pierce Me
Type Album
Date de parution 30 Octobre 2001
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album190

Tracklist

Reissued in 2006 by Autopsy Kitchen Records.
Reissued in 2009 by Lupus Lounge with a bonustrack.
1. Death - Pierce Me 10:33
2. Sterile Nails and Thunderbowels 06:19
3. Taklamakan 08:35
4. The Slow Kill in the Cold 11:37
5. I Shall Lead, You Shall Follow 08:50
6. Feeble Are You - Sons of Sion 03:03
Bonustrack
7. Death - Pierce Me (Demo) 11:32
Total playing time 1:00:29

Chronique @ Daxter666

07 Juillet 2010
J'ai jamais entendu ça!! Ce sont à peu près les mots qui me sont venus à l'esprit en écoutant ce chef d'œuvre...né de la tristesse la plus malsaine, la plus tordue. Une souffrance tellement intense et ténébreuse sort de cet album que personne ne peut y échapper. Bref, cet album ne vous promet qu'une seule chose, vous envoyer dans le monde le plus reculé et le plus isolé dans le seul but de vous torturer dans la tristesse et l'agonie; mais si vous voulez bien, passons à l'autopsie des titres. «Death-Pierce Me» commence, cette mélodie qui débute me berce, au point de vouloir dormir toute la nuit avec le casque dans les oreilles. Mais, au bout de quelques passages identiques, une voix s'impose...cette voix est tellement violente qu'elle me soulève le cœur d'une manière extrêmement brutale qui me donne envie de stopper net l'écoute mais bizarrement, je veux quand même continuer. Cette voix si aigüe et cette guitare saturée au maximum vous mettent très mal à l'aise et pourtant tout cela vous semble magnifique. Une fois le premier morceau terminé (avec beaucoup de courage!), «Sterile Nails and Thunderbowels» vous brûle définitivement les nerfs. une fois de plus, une mélodie douce mais particulièrement malsaine s'ouvre à vous et à nouveau au bout d'un certain laps de temps, la voix de Nattramn vous effraye et vous désoriente (la voix est si aiguë qu'on dirait des pleurs agonisants). En ce qui concerne ce morceau, il est vraiment dérangeant, tellement il est digne du titre suprême de Silencer!

"Taklamakan" en revanche, possède une introduction plus singulière: des jeux de basse plutôt sympathiques, et qui comme d'habitude laisse place à un cri de rage qui ouvre les riffs sombres de la guitare saturée à fond. On commence vraiment à être épuisé par la résistance incessante à la violence des morceaux, on espère que cette fois-ci ça va se calmer. Et bien ce n'est pas le cas et malheureusement on se retrouve face à un des morceaux, le plus terrifiant et le malsain de «DeathPierce Me», il se nomme «The Slow Kill in the Cold» et ce morceau est une vraie machine à détruire les nerfs, du pur Black Métal sombre si on veut être précis. En passant par l'avant dernier morceau qui est quand même moins coriace que la piste précédente, on est finalement soumis au coup de grâce avec «Feeble Are You – Son of Sion » par un piano qui devient très vite stressant et morbide pour que vos nerfs finissent de se consumer en toute beauté.

Et pour conclure le tout, cet album est une vraie sangsue qui aspire vos émotions les plus profondes et les laisse macérées et pourrir dans la cuve du désespoir et sans aucune pitié. Enfin je remercie (très!) respectueusement Nattramn et ses conjoints d'avoir créé une expérience aussi spéciale que je n'avais pas croisé depuis fort longtemps, en espérant que l'internement de Nattramn n'ait pas modifié sa vision théorique, malsaine et mystérieuse de la vie, ce qui est tellement passionnant. Voilà, la chronique prend fin, mais j'aimerai l'achever avec un mot qui restera à jamais gravé dans la mémoire de cet album: UNIQUE!!

12 Commentaires

11 J'aime

Partager

MrTuistosHerz - 15 Avril 2011: Rien de dépressif... c'est juste ridicule au possible. Wigrid fait 100x mieux en black dépressif.
 
mariosmash - 06 Mai 2011: Je suis du même avis, et pourtant j'ai essayer de me plonger dessus... mais non ça ne passe pas, je ne trouve pas ça beau du tout. Je pense aussi que ce groupe et sujet à beaucoup de fauses rumeurs...(Tuer une petite fille à coup de hache xD, faire du black metal comme thérapie...euh???mouais.)
Seul - 25 Novembre 2011: Pareil j'arrive pas... Et même musicalement ça casse pas les briques... Dans le style dépressif dont la voix est chiante mais que la musique est belle, pour moi c'est Brocken Moon.
We_Are_All_Nothing - 27 Janvier 2012: Y-en a beaucoup qui n'aime pas le chant torturé de Nattramn, moi j'en suis amoureux carrément, comme l'album.

Et même trés souvent quand je vais mal, j'écoute Silencer(The slow Kill in the cold le plus souvent)... pour être encore plus mal.. je sais que c'est sadique en vers moi, mais c'est le but de cette musique.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ thedeath666

01 Janvier 2012

Un chef-d'œuvre d'une rare noirceur.

Il y a des groupes qui nous font baigner dans le mystère quant à leur pourquoi du comment. Silencer est de ceux-là. Il y a des groupes qui ont besoin de faire 10 albums pour exploiter toutes leurs facettes. Silencer n'est pas de ceux-là. Il y a des groupes qui ont réussi à concentrer tout leur talent en un seul album. Silencer est de ceux-là. Il y a des groupes qui font l'unanimité. Silencer n'est pas de ceux-là. Il y a des groupes qui touchent. Silencer est de ceux-là. Il y a des groupes banals. Oh que non, Silencer n'est pas de ceux-là. Il y a des groupes à rumeurs. Silencer est de ceux-là, et c'est un peu dommage d'ailleurs. Dans le cœur d'un metalleux, il y a un album, un seul, qui est placé à des années-lumière des autres. Et dans mon cas c'est DeathPierce Me. Vous allez donc avoir droit à une chronique passionnée, par un passionné, pour – je l'espère – de futurs passionnés; et plutôt subjective. Mais comment ne pas l'être, avec un album pareil ? À mon sens, il y a 4 types de personnes qui vous parleront de DeathPierce Me. Ceux qui l'ont écouté, compris et apprécié, ceux qui l'ont écouté et ont développé une allergie, ceux qui l'ont écouté et pour qui le disque n'est qu'un bon moyen de se faire peur et ceux qui ne l'ont pas écouté et qui en parlent quand même. Attention, je n'ai pas dit qu'une catégorie était pire qu'une autre… À part la 4ème, bien sûr. Ceci dit, je me permettrai de créer une 5ème catégorie qui risque d'envelopper beaucoup moins de monde: celle des gens qui sont tombés raide-dingues de l'album de sieur Nattramn (fantôme de corbeau, en Suédois dans le texte). Pas besoin de vous faire un dessin, c'est là que je me trouve. Mais parlons du groupe: Silencer, groupe suédois de DSBM créé en 1995, regroupant Leere (futur Shining), Steve Wolz (futur Bethlehem), et Nattramn (futur Diagnose Lebensgefahr). Rien qu'à la vue des gros noms, l'affiche est plutôt alléchante… Le groupe n'a sorti qu'un seul album, en 2001, et a splitté juste après. Aucun concert. Les présentations sont faites.

Après cette courte introduction, parlons de l'album. Premièrement, le matériel: 7 titres, dont une outro et une version démo, un digipack avec une cover au premier abord très laide, mais qui se révèle attachante, voire intrigante avec le temps; les textes (j'y reviendrai) et deux photos: celles de Leere (composition, arrangements, guitares, piano, basse) et Nattramn (chant), qui, elles, plantent le décor: toutes deux en noir et blanc, le premier est à peine visible, caché dans le noir, on en aperçoit seulement une partie du visage et les mains, le deuxième a une photographie beaucoup moins sobre: on nous le montre ensanglanté, le visage caché derrière un masque, les mains bandées et remplacées par des pieds de porc. Portrait hors-du-commun pour un personnage qui ne l'est pas moins. Ça aussi, j'y reviendrai.
Vous êtes prêts à appuyer sur Play? Allons-y. L'album s'ouvre sur une mélodie, une des plus belles que j'ai eu l'occasion d'écouter. À 1:46, un cri. Celui de Nattramn. Celui qui a fait sa "renommée". Un cri de désespoir, suraigu, fort souvent utilisé dans la scène DSBM. Mais ce cri a quelque chose de plus, d'attirant, un certain charisme s'en dégage. Il ferait presque peur. S'en suit une guitare saturée, quelques accords et un blast, formule que semble adorer le groupe. Nous écoutons ici du Black dépro, ne l'oublions pas. Pourtant, c'est dans ces parties que l'on comprend l'intelligence extrême du groupe, qui, en jouant une musique dite minimaliste, nous prend aux tripes comme peu savent le faire.
Mort, dépression, solitude, tristesse, automutilation, haine, mal-être, suicide.
L'étrange vocaliste nous décrit sa détresse, son mal de vivre dans un titre époustouflant, où les mélodies, bien que simplistes, vous portent, transportent et entraînent dans une valse infernale. Mais l'art du groupe ne s'arrête pas ici. Si le mot "Peur" est revenu assez souvent dans cette chronique, ce n'est pas pour rien: pour la première fois de ma vie, j'ai sursauté en écoutant un disque, ceci grâce à l'interlude au piano mi-titre, mais je n'en dirai pas plus, ne gâchons pas l'effet de surprise, qui ne s'usera qu'après une dizaine d'écoutes. Je pourrais aussi citer le final absolument terrifiant de Taklamakan.
Étouffements, hurlements, schizophrénie, saturation, lourdeur, pleurs.

Les finals, justement, parlons-en: à mon humble avis, c'est la carte maîtresse du groupe, il nous y dévoile tous ses visages: tour à tour mélancoliques, résignés, tristes (le titre éponyme), rock'n'roll (Sterile Nails And Thunderbowels), ambiants (The Slow Kill In The Cold) ou épiques (I Shall Lead, You Shall Follow). Visages qu'on retrouvera un peu partout dans l'album, je pense notamment à l'intro ambiante de la 2ème piste ou à celle, Rock'n'roll, de Taklamakan, terriblement fraîche pour le genre. J'ai parlé tout à l'heure du hurleur de service. Une fois le côté "surprenant", passé, on lui découvre bien d'autres talents: écoutez plutôt les backing vocals de Sterile Nails And Thunderbowels (dont, je tiens à le préciser, le "clip" est un fan-art, il n'est aucunement officiel). Une voix dans les mi-graves, écorchée et qui nous propose même quelques gimmicks. Ugh ! Un timbre grave que nous retrouverons dans son projet Drone, Diagnose: Lebensgefahr. Cette âme en peine est aussi écrivain à ses heures perdues (son premier livre a été publié il y a peu), et ça se sent. Prose et vers sont extrêmement bien maniés, à l'image des paroles d'I Shall Lead, You Shall Follow, du moins les premiers paragraphes, Nattramn nous livrant quelques pensées antisémites par la suite. Inutile que je le cite.
Mais les petits bonheurs font aussi les grands. The Slow Kill In The Cold, titre le plus long et répétitif de l'album. En plein milieu, un sample. Une phrase répétée 3 fois. "I… I… I got blood on my hands". Ceux qui ont écouté comprendront. Il me faudrait 10 lignes pour la décrire, tant elle me fait de l'effet. Là encore, ce n'est pas le seul atout du titre; les arrangements touchent au génie, comme partout dans l'album, et à 9:30, c'est n'est plus le son d'une batterie qui parvient jusqu'à nos oreilles, ce sont des seringues, des milliers, tombant sur nous, s'acharnant et plantant leurs aiguilles. Ce que Steve Wolz est capable de nous faire ressentir à ce moment est incroyable, et on ne peut qu'être bluffé par son jeu tout le reste de l'album: il est groovy, rapide, technique, blasté de manière hallucinante, lourd, ou simplement jouissif avec une double-pédale impressionnante. Il n'est donc pas en reste face au talent de Leere (décidément homme à tout faire, puisqu'il a aussi écrit les paroles du titre), génie pourtant resté dans l'ombre face au succès du vocaliste, surtout célèbre pour les rumeurs qui courent sur lui, pour son passage en asile psychiatrique et pour l'internement de son frère. Et je trouve ça dommage. Vraiment.

J'ai l'impression que les gens passent totalement à côté de la musique pour se concentrer sur les "petits extras". Inutile que le groupe fasse un deuxième album, tout a été dit ici. Silencer nous a livré un album unique, un chef-d'œuvre d'une rare noirceur, riche mais homogène, nécessitant plusieurs écoutes mais accrocheur dès la première, talentueux, avec une prod' simplement parfaite (il suffit d'écouter la démo pour constater l'évolution du groupe) et surtout touchant, allant au plus profond de nous-mêmes, s'enfonçant dans nos abysses les plus extrêmes et dont on ressort vide, comme nous l'étions au commencement. Indispensable ou inécoutable, faites votre choix. J'ai fait le mien.
Post scriptum: "Après une chronique si élogieuse, pourquoi seulement 18 sur 20?" me direz-vous. L'espoir. L'espoir qu'un jour quelqu'un dépassera cet album, l'espoir que l'on fasse encore mieux. Car, bien que DeathPierce Me prône la mort, l'espoir fait vivre.
PS2: Désolé pour le pavé, j'espère que vous avez pris un peu de plaisir à lire cette chronique, j'en ai pris tellement à l'écrire, et à réécouter ce disque en boucle. J'ai du l'écouter 100 fois, le plaisir reste et le frisson est toujours le même.

TheDeath.

15 Commentaires

10 J'aime

Partager

Tyrcrash - 15 Mai 2012: Chronique très intéressante, qui traduit vraiment ta passion. Cela, pour un groupe sur lequel je n'ai pas réussi à statuer: la musique et l'atmosphère générale qui s'en dégage est excellente. Mais la voix, la voix. J'arrive pas, trop aigu, je la trouve plus effeminé qu'autre chose, de temps à autre certes un vrai sentiment de malaise s'en dégage, mais pour moi, ya toujours cette impression de ridicule qui perdure et domine.

Dommage pour moi...
JudanKreator - 14 Mai 2014: Nattramn est vraiment antisémite ???
thedeath666 - 03 Juin 2014: C'est une des conclusions que j'ai pu tirer suite à la lecture de certains de ses textes effectivement, après je lui ai pas posé la question...
Fyrnael - 22 Décembre 2019:

Je suis en train de réécouter l'album que je n'avais pas écouté depuis plusieurs années, ben je dois être vacciné contre la dépression car je ne ressens rien du tout malheureusement... C'est torturé, mais je n'arrive pas à ressentir cette peur décrite un peu partout. Si c'est le summum de ce qui se fait en musique torturée, noire et dépressive, tant pis pour moi^^

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Morda

04 Janvier 2008
Avant tout, commençons par une petite présentation du groupe. SILENCER est groupe de black-metal suèdois formé en 1995. Death-Pierce Me est le premier et dernier album de SILENCER, le groupe ayant splitté après. Le seul adjectif qui me vient à l'esprit après l'écoute d'un tel album est maladif. Je pensais avoir entendu le summum du black metal maladif et torturé avec des groupes tels que XASTHUR, or SILENCER les dépasse en tous points. La musique de SILENCER vous transportera dans les recoins les plus sombres de votre esprit et vous vous surprendrez à avoir peur, car je tiens à vous prévenir tout de suite, la musique de SILENCER est effrayante, mais surtout imprévisible. Imaginez vous dans un long couloir, sombre, humide, avec cette chose qui se tapis dans l'obscurité. Vous n'osez pas avancer mais vous êtes poursuivi par votre propre peur. Une façon imagée de décrire la musique de SILENCER. Venons en aux vocaux maintenant. Natramm , le "chanteur" du groupe qui une voix, comment dire? très spéciale. Loin de tout ce que vous avez pu entendre jusqu'à maintenant. Très loin même. Natramm hurle de douleur et de peur. Jamais un chant black metal n'aura été aussi maladif à mes yeux. Les morceaux s'enchaînent, la peur vous a envahie. Vous voulez abréger l'écoute de cet album, or un petit quelque chose au fond de vous vous pousse à continuer. Un album culte.

8 Commentaires

12 J'aime

Partager

Radiance - 13 Octobre 2009: Bonne critique album triste, malsain, j'ai la chaire de poules sur death - pierce me a ne pas ecouté dans le noir, seul.
Dommage que le groupe n'existe plus.
L'album a lui seul d'ecrit beaucoup d'emotion
( qui s'aparente beacoup a l'esprit de sont chanteur, beaucoup trop ... )
Ryfalgoth - 05 Juin 2010: Un seul mot pour décrire cette merveille du Black Metal : maladif !
New_Littlebigwolf - 21 Juin 2010: A ce qu'il parrait, Nattramn se serait passé la main dans un hachoir a boudin pour avoir des cris plus réalistes sur certaines pistes et il aurait tué une petite fille a coup de hache... il faut vraiment que j'écoute cet album
 
mariosmash - 07 Mars 2011: Beaucoup de rumeurs je pense...ce groupe est connu grâve à ces rumeurs.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Smdb

11 Août 2006
Voila un album qui étonnera (en bien ou en mal) n'importe quel fan de black metal. Cet album est d'une originalité morbide sans nom. C'est réellement un album de "folie auditive". J'ai déja écouté pas mal de groupes différents et je n'ai encore jamais entendu une voix aussi réelle et aussi "sincèrement dingue".

Cet album est pour moi un vrai trésor car le chanteur est réellement malade mentalement (il est vraiment interné !). Il alterne les voix super aigues (dépassant Vikernes !!!), cris rauques, toussotements, crachats, vomis... On sent toute la folie dans cet album indescriptible. La meilleure chronique à faire pour cet album est encore de l'écouter car c'est vraiment du jamais vu. Cet album sera soit un chef-d'oeuvre pour ceux qui rentrent dedans, soit un fou rire pour ceux qui voient le chanteur comme un type ridicule.

Pour ceux qui recherchent de vraies émotions, cet album est à écouter car la voix est vraiment réelle et inquiétante tant la folie en "déborde", mais ce n'est pas le seul atout de cet album (et c'est ça qui fait peur !). Les parties instrumentales sont déprimantes à souhait et je déconseille cet album à ceux qui viennent de perdre leur petite amie (où autres choses déprimantes dans le genre...) car il serait trés vite une aide au suicide !

En résumé, cet album est une pure folie, un chef-d'oeuvre créé par des fous. En l'écoutant, on entraperçoit les couloirs infinis de la folie et de l'internement... A ne pas mettre entre toutes les mains...

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Toorop

30 Juin 2008
Attention, cet album n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Il s'agit d'un des albums les plus extrêmes que j'ai pu écouter, à savoir Death, pierce me de Silencer, un groupe suédois.
Le principal responsable de cette ambiance morbide étant son chanteur, Nattramn qui possède une des voix les plus hallucinante qui soit.
Elle est hystérique, on ressent la souffrance, la douleur, le mal-être et la folie qui torturent cet homme.
Mais il ne fait pas que chanter...il murmure, gémit, tousse, crache...etc
Le chanteur a réellement un souci psychologique et vient de faire un tour en hopital psychiatrique...
Mais il en est sorti et s'est lancé dans un projet solo d'Industrial Drone/Dark Ambient qui s'appelle Diagnose: Lebensgefahr et qui vient de sortir son premier album, Transformalin.
Il parait qu'il filait un antidépresseur avec l'album...c'est quelque peu de mauvais goût.
Musicalement, cet album officie dans le black dépressif...d'ailleurs on retrouve un ancien membre de Shining en tant que deuxième musicien du groupe (guitariste et bassiste).
Le batteur de session est aussi batteur de Bethlehem dont certains albums (Dictius te necare par exemple) ont un chant qui ressemble quelque peu à ceux de Nattramn.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Stropharia

30 Juin 2009
Glauque... Imaginez-vous, seul, dans une forêt sombre, humide, froide et sentant un présence que vous ne pouvez voir mais qui vous terrorise. Car c'est ce que je ressens quand j'écoute cet album de Silencer. Un album qui met mal à l'aise, qui stresse. Mais aussi un album unique, un album magnifique qui malgré la terreur qu'il apporte, possède une beauté incroyable. C'est ainsi qu'est l'album dans son entier : malsain mais incroyablement beau.

Tout commence avec une superbe intro avec des arpèges et une batterie calme, le tout assez lentement. Cette intro s'éternise mais on ne s'ennuie pas. Elle est assez angoissante mais se savoure. Puis au moment où elle doit recommencer arrive ce qui caractérise tout l'album. Outre le véritable "mur" de distorsion, arrive une voix. Une voix qui vous glace le sang, un cri inimitable qui terrorise. A partir de là on se demande comment on va faire pour tout écouter mais malgré tout on le fait, on est fasciné par ces cris, vomissements, raclages de gorge, toussotements, hurlements, étouffements. On ne voit pas le temps passer. Les passages ou le chanteur Nattramn hurle sont entrecoupés de moments plus calmes où celui-ci nous fait part de son désespoir d'une façon spéciale et bien à lui.

Mon coup de cœur est le morceau Sterile Nails And Thunderbowels qui résume toute la "magie" de Silencer : Une superbe introduction, des riffs qui sentent le désespoir et cette voix si particulière. La dernière piste est la pour vous achever : un morceau instrumental de 3 minutes avec un piano oppressant. Une fin à l'image du reste de l'album.

Certaines personnes trouveront cette voix ridicule peut-être... Mais essayez donc de l'écouter dans le noir par exemple et vous vous rendrez compte de l'étendue du "pouvoir" de Silencer et son Death - Pierce Me.

A ne pas écouter dans une cave délabrée.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ blackangel181

08 Fevrier 2011

Un album unique !

Attention! cet album n'est pas à mettre entre les mains des jeunes. La musique de ce groupe complètement terrifiante et Malsaine peut nuire aux jeunes personnes qui n'ont pas l'habitude des chants extrêmes. Entrons dans le vif du sujet avec une petite présentation de ce groupe suédois qui se nomme SILENCER. Le groupe est fondé en 1995 par Leere (Guitariste et bassiste) et puis il est vite rejoint par deux membres : Nattramn en tant que chanteur et Steve Wolz en tant que batteur. La durée de vie pour ce groupe était tristement courte à cause du chanteur qui a été interné en asile psychiatrique en laissant derrière lui un album digne d'un chef d'oeuvre dans le monde de la musique extrême sous le nom de "Death-Pierce Me". "Death-Pierce Me" rien qu'en lisant le nom ça fait froid dans les oreilles ! ceux qui n'ont pas écouté cet album doivent oublier vite Shining et Xasthur car la musique de Silencer, terrifiante et complètement misanthropique, oblige la personne à supporter les cris incessants du vocalist et la sonorité ravageuse des instruments. L'album se compose de six chansons longues et cauchemardesques rien que pour le plaisir des fans du black dépressif extrême et est-ce vraiment simple de supporter les hurlements, les gémissements et même les vomissements de Nattramn pendant qu'on essaie de retrouver des petits moments de tranquillité dans certaines pistes ???
NON!!, détrompez-vous!!, seule la mélancolie sera votre compagnon pour ce long voyage ténébreux et hostile guidé par les riffs stressants de la guitare saturée.

En ce qui concerne les pistes, l'une d'entre elles marquera les auditeurs à jamais et se nomme "Stériles Nails and Thunderbowels" le titre suprême et mythique de cet album. Que dire ??, Dramatique !, Froid !, Titanesque ! et même le mot Hostile est insuffisant pour le décrire. Pour ceux qui ont envie tout simplement d’arrêter cet ambiance oppressante et agonisante il suffit de relaxer ses oreilles en écoutant "Feeble Are You-Sons of Sion" un morceau 100% Instrumental avec la présence de piano calme mais stressante jusqu’à la fin!
Pour finir "Death-Pierce Me" est un album culte qui a un grand effet dans le climat de Black Métal dépressif de nos jours et bien que Silencer ne soit plus de ce monde, il continue à fasciner les petits curieux. Un conseil, réfléchissez au moins deux fois avant de vous intéresser à une telle musique car seules les personnes stables mentalement peuvent venir à bout de ce fléau incontournable.

20/20

11 Commentaires

1 J'aime

Partager

BLACKWATER - 15 Fevrier 2011: agréable chronique go on
keketomax - 27 Fevrier 2014: @King_Sathanas Et un 10/10, tu le mettrais pour cet album?
Perso, pas en dessus de 5, mais a toi, il t'a plu?
Personellement, j'ai de la peine avec ce genre de chant...
EDIT: J'ai oublié de te remercier pour ta chronique blackangel181, tu n'as pas exageré sur la noirceur de ces vocaux!
keketomax - 27 Fevrier 2014: Tout a fait, même en grand fan de DSBM, j'ai penché du coté négatif, et la plupart sont pareil j'ai l'impression, le pote qui m'a fait découvrir ce groupe est fou de DSBM, et je pense qu'il faut l'être pour apprécier cette musique (il est aussi extrèmement dépressif au passage, je sais pas si ça joue un role...)
JudanKreator - 14 Mai 2014: C'est vrai que cet album peut causer des moments de mal-être, d'opression, d'angoisse pour ceux qui l'écoutent dans le noir, au casque et sans avoir vraiment l'habitude du Black Metal. Même ceux qui l'ont d'ailleurs ^^. C'est vrai que cet album est terriblement beau. J'ai 14 ans et je suis dans ma chambre, dans le noir , donc je vais éviter d'écouter l'album cette fois - ci. En tout cas bonne chronique :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Silencer (SWE)