Dawn of Dreams

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Pan Thy Monium
Nom de l'album Dawn of Dreams
Type Album
Date de parution 1992
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album27

Tracklist

1.
 Raagoonshinnaah
 21:49
2.
 Eepitaffph
 05:51
3.
 Sieegeh
 04:03
4.
 IV
 03:06
5.
 Zenotaffph
 02:42
6.
 Amaaraah
 04:26
7.
 Ekkhoecce
 03:00

Durée totale : 44:57


Chronique @ vastAire

04 Janvier 2008
Parmi les premières véritables releases d'Osmose Productions, on peut s'interroger longuement sur cet étrange combo qu'était Pan Thy Monium. Même si aujourd'hui, après une longue période d'abstinence qui risquerait de me porter tort, il pourrait sembler osé d'affirmer que Pan Thy Monium restera à jamais unique, je ne peux m'en empêcher.

Quand en 1992 sort Dawn of Dreams, tout la clique Death Metal qui vit ses heures de gloire ne jure que par les combos de Tampa ou tout ce qui peut sortir des Sunlight Studios. Pan Thy Monium est à mon sens un ovni musical. Si le groupe nous vient de Suède, il ne peut en aucun cas être comparé aux ténors de l'époque que sont/étaient Entombed, Dismember ou encore Grave.

Dawn of Dreams est ponctué de 7 tracks tous plus bizarres les uns que les autres. Pour commencer aucun de ces morceaux n'est 'nommé'. Tout reste untitled pour encore plus entourer de mystère le groupe.
On commence par un track aux dimensions épiques, pensez-vous plus de 20 minutes !, ou le chant de Derelict tantôt nous abreuve de grunts très death-metal tantôt de plus 'nasillards' cris Black Metal, où le saxophone vient se nicher auprès de solis de keyboards. La guitare se fait heavy-metal, quelquefois rock et la basse vient nous chatouiller les oreilles avec presque des relents de punk/grind. Bref une alchimie déconcertante qui n'est pas facile d'accès au premier abord et qui pourrait, et pourra, rebuter les plus classiques d'entre nous.
Si la suite du lp se veut plus classique (en termes de durée moyenne des chansons), le ton est donné et toutes les extravagances sont permises. Pan Thy Monium ne se refuse rien, accélérations grindesques, passages quasi 'viking' à la Bathory, relents de NWOBHM, breaks jazzy au saxophone. Il semble presque vain de vouloir décrire ce groupe et ses compos comme il semble encore plus vain de lui coller une étiquette (qui gratte).

La recette Pan Thy Monium semble indigeste sur le papier mais s'avère délicieuse à l'écoute. Si tant est qu'on soit suffisamment ouvert aux nouvelles expériences, je ne peux que recommander cette cuisine qui ne manque pas de saveur(s). On peut également remercier Osmose Productions pour ses talents de découvreur et l'audace dont ils ont fait preuve pour lancer pareil brûlot dans le paysage musical. Bonne nouvelle, le Khaooohs qui suivra un an plus tard (une prochaine chronique ?) sera lui aussi à la hauteur même si l'effet de surprise s'est estompé.





2 Commentaires

3 J'aime

Partager
Fabien - 05 Janvier 2008: Pan Thy Monium… Le projet death progressif des membres d’Edge Of Sanity (Dan Swanö & Benny Larsson) et du petit frère de Dan : Dag Swanö.

PTM fait partie des groupes parmi lesquels je suis passé au travers. D’une part, hormis Samael, Immortal, Marduk & Impaled dans son catalogue, Osmose avait encore tout à prouver en 1992/1993, sortant des galettes du genre Masacre ou Profonatica pas franchement convaincantes. D’autre part, c’était ma période brutale, où je ne jurais (presque) que par Suffocation, Immolation, Sinister ou Immortal, et durant laquelle le mot « saxophone » me faisait fuir à toutes jambes !

Merci de cette belle chronique.

Fabien.
Portnoy - 21 Mai 2010: Enorme galette. Le reste est tout aussi bon voir meilleur !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire