Cleansing the Infirm

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Banishment
Nom de l'album Cleansing the Infirm
Type Album
Date de parution 18 Août 2008
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album14

Tracklist

1. Maelstorm of Restless Indignation 01:03
2. Adverse Offering from the Supreme 03:54
3. Translucent Birth of Iniquity 04:32
4. Obscure Benevolence 03:44
5. Shroud of Infamy 04:01
6. An Inimical Figure 03:37
7. Detriment 04:43
8. Cleansing the Infirm 03:38
9. Scourge Under Empyreal Treachery 04:47
Total playing time 33:59

Chronique @ Fabien

20 Novembre 2008
Originaire de Los Angeles, Banishment s’ajoute à la myriade de formations de brutaldeath sévissant dans l’état californien, depuis l’essor de Deeds of Flesh dans les années 90. Une seule démo enregistrée en 2006 suffit au jeune groupe pour décrocher un contrat avec le label tchèque Lacerated Enemy, qui habitue depuis quelques temps le deathster à des productions de qualité, dans des emballages toujours très soignés. Cleansing the Infirm ne faillit donc pas à la règle, bénéficiant non seulement d’une bonne production, mais aussi d’un artwork somptueux du maître suédois Par Olofsson, particulièrement courtisé ces dernières années.

Si Cleansing the Infirm ne surprend pas de prime abord, reprenant fidèlement la recette de Suffocation ou de Beheaded maintes fois testée, il balance toutefois un brutaldeath parfaitement en place, prenant alors rapidement corps au fil des écoutes. Son assise rythmique solide, bâtie autour d’un double pédalage et de blast-beats carrés, sert impeccablement les guitares de Billy Clap, qui joue habillement sur la stéréo en superposant ses riffs, apportant une nuance très appréciable aux compositions. Imar Arnotovic ajoute enfin son guttural très rauque, un brin monocorde, mais suffisamment compréhensible pour ne pas verser dans la caricature, et dynamiser l’ensemble.

Bien que ses compositions restent encore interchangeables, Banishment multiplie toutefois les plans subtils & les contretemps, varie ses rythmes et équilibre adroitement ses morceaux, à l’image du break renversant d'Obscure Benevolence, des harmoniques du bon Detriment, des guitares fines de l’instrumental Inimical Figure, ou encore du calibrage impressionnant l’excellent Empyreal Treachery, symbolisant à lui seul tout le potentiel et la marge de progression du quatuor californien.

A l’instar des ses homonymes de Decaying Purity, Carnophage ou Kataplexia, Banishment figure ainsi parmi ces formations « Suffocation-like » certes conventionnelles, pêchant encore par leur manque de personnalité, mais lâchant en revanche un deathmetal particulièrement subtil & maitrisé, se plaçant bien au dessus de la meute brutaldeath actuelle. Technique, varié & équilibré, Cleansing the Infirm se décortique avec beaucoup de plaisir, ravissant sans conteste les amateurs du genre, qui devront alors multiplier les écoutes, pour tenter de maîtriser ses nombreuses facettes.

Fabien.

8 Commentaires

1 J'aime

Partager

Fabien - 20 Novembre 2008: Bien sûr. Tout dépend de l'affection du moment que l'on porte à un style, pour savoir si l'on doit se limiter seulement aux leaders possédant une véritable personnalité, ou descendre plus bas, vers ces formations de qualité, mais d'un manque d'identité les rendant relativement interchangeables.

Pour ma part, le brutal death a bien sûr mes faveurs, et j'accepte ce certain manque de personnalité, tant que la qualité et le plaisir d'écoute demeurent présents. Malgré tout, je reste encore d'une exigeance suffisante pour éviter l'overdose... Du moins, je l'espère.

Fabien.
BEERGRINDER - 20 Novembre 2008: Voilà c'est exactement ça, cela dit je me connais : peut-être dans deux mois je chercherai partout des nouveaux groupes de brutal Death...

Tiens d'ailleurs j'avais jeté une oreille au dernier Kataplexia et je pense que ce sera un achat à plus ou moins long terme, la filiation Suffocation est flagrante...

De ton côté tu ne m'as pas dit ce que tu avais pensé de Dead Congregation?
Fabien - 20 Novembre 2008: Honnêtemment, je ne me suis pas encore penché sur le cas de Dead Congregation & Father Befouled, les journées ne faisant hélas que 24 petites heures...

J'ai par contre déjà jeté une oreille attentive à Hacavitz, puisque le groupe, sous son ancien patronyme Ravager, avec son terrible Naxzgul Rising, m'avait déjà largement subjugué. Son album Venganza a ainsi beaucoup de chance de finir sur ma platine, à l'inverse de Katun, pour lequel les titres MySpace m'ont semblé très mous du genou en regard.

Quant à Kataplexia, entre les Decaying Purity, Carnophage ou Banishment que je cite, ce groupe porto-finnois me semble tout de même le plus technique et le plus intéressant des quatre. Sincèrement, depuis deux mois, je ne me lasse pas une seconde de son dernier Supreme Authority... Et puis, j'ai énormément d'estime pour David Sanchez et son label Xtreem Music (ex-Drowned Productions & ex-Repulse Records).

Fabien.
Fabien - 06 Fevrier 2009: Oui. Je ressors régulièrement cet album 2008, à l'instar du Supreme Authority de Kataplexia. Je dois avouer qu'il passe toujours très bien, résistant impeccablement à l'épreuve du temps. Pas original pour un kopeck, mais très agréable à écouter. Pour ma pomme, j'adore le titre Obscure Benevolence.

Et puis, à l'instar des CD d'Abominable Putridity, Condemned ou Criminal Element (j'adore ce dernier !), Zdenek de Lacerated Enemy Records soigne vraiment ses produits ; c'est un plus indéniable.

Fabien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Banishment