Burning Point

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Burning Point
Nom de l'album Burning Point
Type Album
Date de parution 12 Juin 2015
Labels AFM Records
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1. In the Shadows 02:58
2. All the Madness (2015) 05:06
3. Signs of Danger (2015) 04:35
4. Find Your Soul 03:55
5. Heart of Gold (2015) 04:29
6. My Darkest Times 04:15
7. Dawn of the Ancient War (2015) 04:02
8. Into the Fire (2015) 03:09
9. Queen of Fire 04:42
10. Blackened the Sun (2015) 04:33
11. I've Had Enough (Into the Fire) (Kiss Cover) 03:59
Total playing time 45:48

Chronique @ dark_omens

09 Septembre 2015

Un disque qui manque cruellement d'atouts...

Lorsque l'insidieuse idée saugrenue aura fait son chemin en nos esprits exagérément critiques, grandissant et nous poussant jusqu'à ces extrêmes consistant à nous pencher sur la carrière des Finlandais de Burning Point, il sera alors difficile de ne pas constater à quel point le sextet fut, de tout temps, un groupe sympathique aux talents indéniables mais dont l'expression Heavy Speed, Power Metal, est, à l'évidence, inspirée par les vaillants guerriers des terres nordiques (Stratovarius, Sonata Arctica...) mais aussi par ces braves combattants germaniques (Edguy...). Un groupe qui, de surcroit, nous aura offert, presque uniquement, des albums non dénués de qualités mais manquant singulièrement de personnalité ainsi opprimés par l'ombre d'idoles bien trop présentes. Au crédit de ce collectif lambda il faudra, tout de même, faire valoir la parcimonie avec laquelle il use généralement des claviers, ainsi que son talent certain dans l'exécution de morceaux aux rythmes véloces. Et dans l'exercice, éminemment périlleux s'il en est, de la recommandation au sein de cette discographie, exceptions faites d'un Salvation by Fire sans doute un peu trop quelconque et d'un The Ignitor où synthés et chœurs prennent un peu (et insistons sur le "un peu") plus de place, aucune des œuvres composées par cette formation ne sera de nature à mériter une quelconque opprobre. Si ce n'est dictée par une certaine mauvaise foi.

En d'autres termes, Burning Point peut s'enorgueillir d'une destiné d'une linéarité exemplaire ponctuée d'œuvres sans grand génie mais appréciables.

En 2014, alors que rien ne le laissait véritablement présager, le guitariste, vocaliste et dernier rescapé originel de cette entité, Pete Ahonen, décide d'abandonner partiellement le chant. Pour le remplacer Nitte Valo, dont les prestations les plus connues sont audibles sur le premier Battle Beast, est embauchée. Cédant à la tentation compréhensible de faire réinterpréter son répertoire par cette nouvelle venue, un album éponyme voit donc le jour composé de six anciens morceaux agrémentés, tout de même, de quatre nouveaux. Le disque démarre d'ailleurs sur l'un d'entre eux, un excellent et vif In the Shadows dans lequel planent subrepticement les ombres de Federica Bonni et de son White Skull. En revanche All the Madness, qui prend le relais, est plus ordinaire et ne parvient pas réellement à maintenir cet intérêt et ce charme à son paroxysme. Signs of Danger et Find your Soul, deux titres plus véloces aux refrains nettement plus réussis, quant à eux, nous requinquent. Mais c'est sans compter sur un Heart of Gold et un My Darkest Times tout juste passable, qui, quant à eux, nous replonge, à nouveau, dans les affres d'un commun mortellement ennuyeux. Telle un manège à sensation, ce manifeste souffle donc le chaud et le froid en une première une moitié pas vraiment inoubliable. S'agissant de la seconde, et donc du reste de ce disque, ça n'est guère mieux. Un Dawn Of The Ancient War dont certains passages semblent avoir été écrit par Tobbias Sammet, un Queen of Fire désespérément ordinaire ou encore, par exemple, un I've Had Enough (Into The Fire), reprise de Kiss, s'avèrent plutôt fades.

Une fois de plus le constat est donc sans appel, Burning Point est un groupe agréable nettement plus convaincant dès lors qu'il nous propose des titres rapides. Un groupe, qui plus est, qui manque encore singulièrement de personnalité, et ce malgré l'arrivé de Nitte Valo. Un disque qui, en somme, d'atouts susceptibles de nous étonner, voire de nous séduire.

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
frozenheart - 09 Septembre 2015: Effectivement ayant déjà écouté l'album je te rejoins sur différents points . Oui le groupe manque d'originalité, mais aussi nous proposer une redite d'anciens morceaux sur la moitié de l'album n'apporte pas grand chose! Après cet album s'écoute agréablement, comme la plupart des productions sortantes du moment.
Merci darko, pour cette chronique allant à l'essentiel !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire