Audrey Horne

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Audrey Horne (NOR)
Nom de l'album Audrey Horne
Type Album
Date de parution 01 Mars 2010
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album41

Tracklist

DISC 1
1. These Vultures 01:46
2. Charon 04:26
3. Circus 03:37
4. Down Like Suicide 03:58
5. Blaze of Ashes 04:46
6. Sail Away 05:42
7. Bridges and Anchors 04:40
8. Pitch Black Mourning 06:16
9. Firehose 06:10
10. Darkdrive 05:35
11. Godspeed 03:37
DISC 2 - BONUS DISC (DIGIPACK EDITION)
1. Desert Song
2. Carrie
3. Bright Lights
4. Nowhere to Run (Kiss Cover)
5. Rearview Mirror
6. Halo
Total playing time 50:33

Chronique @ AmonAbbath

31 Juillet 2010
Twin Peaks. Comment ça : « Quoi » ? Mais si, la série créée par David Lynch ? Allez, le début des années 90, 1991 plus précisément pour ce qui est de la diffusion en France, et … bon j’arrête mon baratin, je ne connais pas plus que vous. Et pour ceux qui ont, contrairement à moi, suivi ce feuilleton lors de sa diffusion ou plus tard, leur mémoire les aura peut-être conduit à se pencher sur le groupe qui nous occupe ici par simple curiosité, le nom de Audrey Horne étant tout simplement l’héritage du patronyme de l’un des personnages de la série Twin Peaks, incarné par l’actrice Sherilyn Fenn. Enfin, pour faire plaisir aux petits curieux et me débarrasser du « comment du pourquoi » de ce choix étrange de la part du groupe, voici ce que Tom Cato Visnes King, l’ancien bassiste, a répondu lors d’une interview donnée pour Metal France : « Audrey Horne est un personnage de la série Twin Peaks de David Lynch. Nous avons pris ce nom pour le groupe simplement parce qu’elle est diabolique et mignonne. »

Ceci étant, je … bon qu’y a-t-il encore ? Oui, vous avez bien lu « Tom Cato Visnes King », alias TC King ou King Ov Hell, qui n’est autre que le bien connu bassiste qui a déjà officié notamment avec Gorgoroth, I, Shining… Hélas depuis 2007, et cette fois ce fichu « comment du pourquoi » (encore lui, oui) m’échappe, Audrey Horne fait partie de son passé. Certains amateurs de Metal dit extrême pourront tout de même se consoler avec la présence, et ce depuis les débuts du groupe, d’Arve Isdal (dit Ice Dale, ils aiment ça les pseudos en Norvège), jeune guitariste d’Enslaved officiant lui aussi chez I (le monde est petit).
Puisque j’en suis à faire joujou avec les musiciens qui passent leur temps à se croiser dans les couloirs, Herbrand Larsen, claviériste chez Enslaved (tiens donc) ne fait plus partie de l’aventure non plus depuis 2007, et j’étrangle le premier qui me parle de « comment du pourquoi ». À noter que j’ignore qui les a remplacés pour cette cuvée 2010, éponyme ai-je omis de le préciser, et que le myspace d’Audrey Horne n’en dit pas plus à ce sujet !

Avec tous ces musiciens issus de la scène extrême, il fut surprenant de découvrir avec « No Hay Banda », le premier album, une musique assez accessible, sorte de Hard Rock à la fois moderne (le chant de Toschie, plutôt orienté Rock oserais-je dire) et teinté d’un charme certain mais désuet délivré par ces nappes de synthé issues des années 70’, influence que l’on retrouve chez Enslaved également ces derniers temps et qui trahit immanquablement la patte de Herbrand Larsen. « Oui, eh bien il est parti celui-là maintenant » me direz-vous. Très juste, et pourtant, il semble que le groupe a tenu à conserver les éléments phares qui ont construit son identité, c’est en tous cas le constat qui ressort dès l’écoute du premier morceau à proprement parler (sans compter l’intro « These Vultures », relativement anecdotique, mais qui prépare bien la sauce), j’ai nommé « Charon ». Immédiatement les guitares se montrent incisives, fortement soutenues par ces claviers dont je vous ai parlé, et par un jeu de batterie sans démonstration aucune (une autre marque de fabrique du groupe, et ce pour tous les instruments) mais qui fait son effet tout de même, l’excellente production aidant. Bien dosé en somme.
Et le plus surprenant avec « Charon » sera de retrouver, lors du break, des nappes de synthé qui rappellent plus que jamais les récents travaux d’Herbrand Larsen chez Enslaved (sur « Isa » et « Ruun » entre autres) accompagnées d’une seule note de piano répétée trois ou quatre fois et que l’on croirait sortie du morceau «Balför » … d’Enslaved !

Cela dit, le rendu est superbe, le mélange des influences (nombreuses, surtout dans le Hard des seventies) est bien digéré et apporte beaucoup de fraîcheur à défaut d’une grande originalité. De « Charon » à « Blaze of Ashes» (sur laquelle le chant me rappelle beaucoup celui du groupe de Rock REM, encore une fois le résultat est intéressant), la tension ne retombe pas un instant et l’on trouve difficilement le temps de regarder sa montre. Mais, si dans l’ensemble, « Audrey Horne » - le disque - est fort sympathique, il semble que la recette ait livré une bonne partie de ses secrets. Dans la foulée d’une écoute générale, des morceaux comme la ballade « Sail Away », par moments assez influencée par Ozzy Osbourne, ou « Firehose », un mid-tempo, passent assez bien (ils sont entourés de pistes plus rapides qui redonnent de l’entrain) mais ne parviennent pas à éveiller le même intérêt que les premières pistes. On regrettera d’ailleurs une seconde partie d’album plus redondante, homogène, bien qu’elle n’est, je le répète, pas désagréable.

Le problème, c’est à partir d’ici qu’il va se poser, pour la suite, pour que la barque ne prenne pas l’eau à trop naviguer aux mêmes endroits. En espérant que la formation ait en ce moment accosté un peu afin de prendre un nouveau cap, je ne peux leur souhaiter que le meilleur, car ils savent y faire lorsqu’il s’agit de déployer de belles ambiances et de bons refrains. Et surtout, j’espère que leur line-up pourra se stabiliser, et qu’il n’y aura plus lieu de se questionner sur un quelconque « pourquoi du comment » (parce que j’en ai marre).

15/20

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
rambo53 - 31 Juillet 2010: Bravo mon cher Amon, tu t'es bien documenté sur le groupe, un petite dose d'humour en plus.
Mais on dirait que l'album ne t'as pas vraiment touché, oui tu l'as apprécié, mais tu ne parles pas vraiment de ton ressentit par rapport aux chansons.
Peut être que je me trompe...
AmonAbbath - 31 Juillet 2010: Ben ça tient du fait que, comme je l'ai dit, le disque est sympa mais assez homogène, on pourrait faire les mêmes critiques comme les mêmes compliments pour chaque chanson. Si de la piste 1 à la 5ème, d'excellents riffs et refrains sont à noter, ensuite le soufflé retombe un peu sans être indigeste. Donc un album sympa, mais plus à écouter en fond sonore car il ne happe pas assez l'attention de l'auditeur. ;)

Merci de ta lecture.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire