As the Ocean Burns

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nemost
Nom de l'album As the Ocean Burns
Type Album
Date de parution 15 Mai 2014
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album42

Tracklist

1.
 Pressure Nation
 04:36
2.
 Beasts and Bullies
 04:53
3.
 Respawned
 05:36
4.
 The Aimless Endeavour
 04:54
5.
 Fight
 05:29
6.
 Lifeless Heat
 06:48
7.
 Sandstorm
 03:48
8.
 The Pale Observer
 06:12
9.
 Hourglass
 02:47
10.
 Year of the Libra
 06:41
11.
 Atomnium
 05:46
12.
 As the Ocean Burns
 07:42

Durée totale : 01:05:12


Chronique @ Sken

25 Juin 2014

un disque d'une richesse et d'une intelligence rare, à ne pas manquer

Formé en 2005 en région parisienne, Nemost signe son premier album, "Shadow's Trail" en 2010 chez Great Dane Records. Depuis, le line-up de la formation connaît deux modifications, l'arrivée en 2012 d'un nouveau bassiste (Thomas Krajewski) et surtout d'un nouveau chanteur en la personne d'Arnold Petit (détail qui aura son importance comme nous le verrons). "As the Ocean Burns", deuxième méfait du groupe sort en tout d'abord en 2013 sous la forme d'une auto-prod.

Dooweet Records reprend le flambeau cette année en s'assurant de la distribution du second album de Nemost, ayant surement décelé un talent duquel il ne faut pas passer à côté. Ce nouvel opus bénéficie non seulement d'un nouveau logo très graphique mais aussi d'un artwork sublime et particulièrement évocateur, de sorte que l'on s'imagine déjà pas mal de choses avant même d'avoir écouté le disque. Notons finalement que Nemost étoffe largement sa musique, passant de 36 petites minutes sur son premier album à plus d'une heure ici.

Dans quel registre officie le quintet parisien ? Et bien il s'agit d'un death mélodique de haute volée, progressif et intégrant de nombreuses influences, au premier rang desquelles le metal atmosphérique. L'aspect progressif est surement ce qui saute le plus aux oreilles en écoutant cet album. Chaque compo est un trésor d'inventivité à elle-seule, multipliant les changements de tempo (aidée en cela par un batteur livrant une performance exceptionnelle, au jeu d'une fluidité exemplaire), les breaks ("Lifeless Heat") et autres interludes acoustiques de toute beauté ("The Aimeless Endeavour" ou le morceau-titre).

L'album n'est pas accessible d'entrée et il faudra plusieurs écoutes attentives pour s'en imprégner totalement cependant la qualité des transitions offre à l'ensemble une cohérence exemplaire, la majesté des compos se chargeant du reste. Comme évoqué précédemment le côté atmosphérique est également prégnant dans la musique des franciliens : les interludes acoustiques déjà mentionnés, quelques riffs atmo sublimes (le refrain de "Fight") et une utilisation judicieuse du chant clair et de passages parlés.

Le chant, impossible de ne pas en parler justement. Rarement il m'aura été donné d'entendre un vocaliste affichant à la fois autant de maîtrise, une palette aussi variée et ayant une faculté aussi prononcée à véhiculer des émotions. Tout y passe : growl, scream, chant clair aux différentes facettes (toujours sincère, sans jamais tomber dans l'émotion excessive) et un chant mi-clair qui offre une puissance démesurée lors de ses interventions. Arnold Petit permet clairement aux parisiens de franchir un gros cap.

Mais que le lecteur se rassure, avec tout ça, Nemost n'oublie pas ses racines mélodeath et lâche parallèlement un riffing puissant et efficace. Des riffs rentre dedans et thrashy ("Fight"), lourds ("Pressure Nation"), acérés et agressifs ("Beast And Bullies") avec parfois même une légère coloration indus ("Year Of The Libra") qui prouvent les facultés infinies du combo. Ajoutez enfin à cela des soli majestueux ("Lifeless Heat","Sandstorm","The Pale Observer") et ayant toujours le souci de la variété.

Alors certes pour terminer, on peut dire que l'on perçoit encore les influences du combo : quelques plans à la Amorphis sur "The Aimeless Endeavour", du Opeth pour le côté progressif, un peu de Klone notamment dans le chant et ces parties atmosphériques qui nous rapprochent d'Insomnium. Cependant l'ensemble est digéré avec une grande maturité et restitué d'une façon parfaitement personnelle. Servi enfin par une prod adéquate (avec une basse bien audible, une fois n'est pas coutume), "As the Ocean Burns" a toutes les chances de propulser Nemost sur le devant de la scène. Un bond de géant effectué depuis leur premier album pour un disque d'une richesse et d'une intelligence rare. A ne pas manquer.

4 Commentaires

5 J'aime

Partager
Apophis2036 - 28 Juin 2014: Leur précédent album m'avait laissé de marbre, espérons que ce deuxième essai soit plus convaincant à mes oreilles, comme tu le stipules bien dans ta chronique (bond de géant) :)
metaleciton - 30 Août 2014: J'ai trouvé ce disque vraiment très bon avec en prime une personnalité unique, ce qui est de plus en plus rare de nos jours !

Le premier titre "Pressure Nation" est un excellent morceau de Death mélodique très proche de l'école suédoise, alors que le second "Beasts And Bullies" montre une facette beaucoup plus progressive de la musique des français, avec ce chant clair d'une grande maîtrise qu'on retrouve également sur "Fight".
Si un titre se dégage en particulier du reste de l'album, c'est sans aucun doute le magnifique et épique "Respawned", tout simplement ce qui se fait de mieux en matière de Death progressif actuellement, et je pèse mes mots...

La longueur de certains morceaux en fin d'album pas toujours entraînant ou encore ce manque de puissance dans le chant guttural sur de nombreux passages portent malheureusement préjudice sur mon avis globale de ce très bon "As The Ocean Burns".

Note: 16/20
Icare - 08 Avril 2016: Waouh, ça a l´air d´être du tout bon tout ça! Merci beaucoup pour la chro, qui donne sacrément envie!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Nemost