Agent Provocateur

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Foreigner
Nom de l'album Agent Provocateur
Type Album
Date de parution 1984
Style MusicalHard FM
Membres possèdant cet album94

Tracklist

1. Tooth and Nail
2. That Was Yesterday
3. I Want to Know What Love Is
4. Growing Up the Hard Way
5. Reaction to Action
6. Stranger in My Own House
7. A Love in Vain
8. Down on Love
9. Two Different Worlds
10. She's too Tough

Chronique @ Loloceltic

12 Avril 2013

Incontournable, mais pas forcément indispensable pour tous.

Il aura fallu 3 ans à Foreigner pour digérer le succès monumental de "4" et la renommée planétaire que cet album et ses hits ont pu lui apporter. Alors que le temps est venu de donner une suite à ce joyau, Mick Jones et sa bande semblent hésiter quant à la voie à suivre pour garder un succès commercial important sans pour autant perdre sa fan-base en s’éloignant trop des critères Hard-Rock de leurs débuts, d’autant que "4" avait musclé le jeu par rapport à ses prédécesseurs. Un premier indice peut laisser pointer quelques inquiétudes : le remplacement de John "Mutt" Lange à la production, par Alex Sadkin, ce dernier n’étant pas particulièrement réputé pour la place laissée aux guitares dans ses interventions (Grace Jones, Thompson Twins, Duran Duran…).

Si "Tooth And Nail" démarre sur des bases accrocheuses avec son refrain cinglant, la suite a tendance à confirmer ces craintes. En effet, malgré la qualité des compositions, les claviers ont clairement pris le pouvoir, s’emparant des mélodies et des ambiances sur les trois cinquièmes des titres. Le format vinyle est d’ailleurs marqué par la présence des titres les plus musclés en début et fin de chaque face, comme si le quatuor avait honte de ses nouveaux penchants et tentait de les dissimuler aux amateurs découvrant cette nouvelle production comme cela se faisait à l’époque, à savoir en écoutant un extrait des morceaux occupant ces emplacements.

Pourtant, si l’évolution est pour le moins marquante, la qualité est tout de même au rendez-vous, élevée par un Lou Gramm au sommet de son art. Mick Jones a clairement compris la valeur incomparable de son vocaliste et il lui laisse les rênes sur la plupart des interprétations. Les soli de guitare se font rares mais lumineux ("Two Different World") et la puissance est au rendez-vous à chaque fois que la bête se cabre à l’occasion de quelques brûlots tels que l’incandescent "Reaction To Action", le heavy "Stranger In My Own House" ou la tornade "She’s Too Tough". Entre ces saillies, l’ambiance est donc plus sucrée et aérienne mais quelques titres s’imposent comme des hits en puissance, en particulier les mid-tempi Aor "That Was Yesterday" et "A Love In Vain", une fois de plus portés par les claviers et le chant de Gramm. Mais le morceau qui dépassera toutes les attentes, celui qui sera la pierre incontournable de cet "Agent Provocateur", c’est bien la ballade "I Want to Know What Love Is". Aérienne, mélancolique, voyant un Lou Gramm habité renforcé par les chœurs gospel du New Jersey Mass Choir, elle incrustera son refrain entre toutes les oreilles normalement constituées et remportera un succès planétaire que Foreigner ne retrouvera probablement plus jamais.

Si "Agent Provocateur" se verra souvent résumé à l’image réductrice 'd’album d’un titre', il serait injuste de ne pas en reconnaitre les multiples qualités. Cependant, la double identité qui l’habite en désorientera plus d’un parmi les fans les plus fidèles, certains le considérant comme une 'haute trahison'. Le succès commercial sera encore une fois très important, mais il mettra Foreigner en porte à faux pour la suite de sa carrière, Mick Jones et ses compagnons ayant à trouver un juste équilibre entre cette renommée mondiale et une certaine intégrité artistique. En attendant, "Agent Provocateur" peut être considéré comme un album incontournable, mais pas forcément indispensable pour tous.

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
samolice - 12 Mars 2015: Merci pour la chro Lolo (si tu passes encore par là un de ces jours).
Il rend un peu schizo ce skeud!
Quand tu passes directement de "Tooth and Nail" (il porte bonheur à tous les groupe ce titre ou quoi, ils sont toujours réussis) à "That Was Yesterday", tu te demandes si ton lecteur n'a pas changé tout seul de groupe!
Et cela fait un peu ça tout le long, comme tu l'expliques bien d'ailleurs dans ton texte. Même si les titres sont bien foutus, c'est déroutant. Voilà sans doute pourquoi je ressors ce disque si rarement.
Sinon "A Love in Vain" me fait beaucoup penser par ses lignes de claviers au "Burning heart" de Survivor. Se sont pas foulés sur ce coup les Survivor :-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire