A Requiem for Terra

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Black Hole Generator
Nom de l'album A Requiem for Terra
Type Album
Date de parution 18 Novembre 2016
Style MusicalBlack Industriel
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1. A Requiem for Terra 06:46
2. Titan 05:10
3. Moloch 05:31
4. Beneath a Chemical Sky 05:16
5. Emerging Pantheon 05:19
6. Earth Eater 04:27
7. Spiritual Blight 05:35
Total playing time 38:04

Chronique @ Icare

14 Mars 2017

Eteignez les lumières, fermez les yeux, montez le volume et laissez-vous absorber par le trou noir.

Black Hole Generator n’est pas encore un groupe extrêmement reconnu, pourtant, il a plus d’un atout dans sa manche : le line-up déjà, avec à la basse et au chant le sieur Nilsen plus connu pour son travail chez Vulture Industries, et aux grattes Dreggen et Ares, guitaristes d’Aeternus qu’on ne présente plus et qui à eux deux sont entre autres passés chez Taake, Grimfist, Immortal ou Gorgoroth, excusez du peu ; et aussi et surtout, car le combo de Bergen fait une putain de bonne musique : après un EP de black indus féroce et vindicatif en 2006, la troupe norvégienne nous revient dix ans plus tard avec son premier album longue durée, A Requiem for Terra, proposant un black mélodique aux légères touches indus et avant-gardistes de très bonne facture.

L’album s’ouvre sur le morceau éponyme, très froid et mélancolique, qui s’apparente dans les premières minutes à une sorte de ballade vénéneuse et dépressive quelque part entre coldwave et doom avec des guitares lourdes et robotiques, un rythme lent et totalement mécanique, un chant désabusé et des choeurs scandés inquiétants qui nous filent des frissons glacés. En milieu de piste intervient l’inévitable accélération black avec les vocaux arrachés de Bjornar qui nous rappellent qu’on est quand même dans du metal extrême, mais un metal qui cherche avant tout à instaurer une ambiance sombre, dérangeante et réellement hypnotique. Un titre lent mais particulièrement travaillé, notamment grâce aux guitares envoûtantes et aux programmations subtiles qui enveloppent ces 6,48 minutes d’une ambiance indescriptible, industrielle et spatiale, évoquant l’image d’un vaisseau abandonné voguant dans un immense espace vide.

Le début de Titan, que l’on croirait droit sorti de The Sham Mirrors, ne laisse quant à lui planer aucun doute quant aux influences de Nilsen, avec ce riff lourd, saccadé et sombre porté par cette basse grondante et ce jeu de batterie fouillé, millimétré et sans faille : sombre et sensible, avec cet arpège insidieux et ce chant mélancolique un brin désabusé dégageant une noirceur presque romantique, s’appuyant sur le contraste entre couplets feutrés et refrain rentre-dedans aux guitares bien grasses et efficaces, voilà un excellent morceau qui nous emporte sans aucune difficulté.
Emerging Pantheon se veut bien plus violent et rentre-dedans, démarrant comme un morceau de black brutal sur un blast continu et des riffs joués à toute blinde, mais en quelques secondes, on passe de Marduk à Aenaon, avec ces claviers aux lignes mystérieuses et orientalisantes, ce rythme chaloupé et ce chant théâtral (si si, je vous assure, écoutez le refrain de Earth Tomb sur Hypnosophy, vous comprendrez!), tandis que sur Spiritual Blight qui clôt l’album, c’est le spectre d’Urfaust qui plane, avec ces vagues de guitares lancinantes dévoreuses de lumière, ce rythme de batterie binaire qui se répète en une boucle maussade, ce violon aigre qui couine doucereusement et surtout ce chant d’un autre temps qui s’élève, plaintif, tragique et vibrant, répercutant les restes d’une grandiloquence surannée engloutie par la triste désillusion d’une réalité grossière et bouffonne.

Vous l’aurez compris, A Requiem for Terra est un album riche et varié, qui, malgré la multiplicité de ses influences, arrive à rester direct et facile d’accès et à conserver une grande cohérence, nous enveloppant de cette ambiance mélancolique, résignée et décadente empreinte d’une certaine beauté désenchantée. Tout juste pourra-t-on reprocher un album vraiment court, avec seulement sept titres pour 38 petites minutes, et éventuellement un petit manque de personnalité, Black Hole Generator semblant parfois piocher ses idées à droite à gauche chez les grands noms du genre.
Qu'à cela ne tienne, le combo de Bergen signe une petite bombe de metal sombre, décadent, intelligent, efficace et hypnotique qui vous fera vibrer et voyager au gré de ses ambiances tour à tour noires, mécaniques ou plus baroques. Eteignez les lumières, fermez les yeux, montez le volume et laissez-vous absorber par le trou noir.

4 Commentaires

5 J'aime

Partager
Within_Hysteria - 14 Mars 2017: Merci pour la chro Icare. Nickel comme chaque fois!
Une des belles découvertes de l'an passé en effet! Un groupe à suivre.
mayhem13 - 14 Mars 2017: Beau boulot sur ta Chro'! J'ai juste écouté la vidéo en dessous, totalement conquis! Si l'album est dans la même trempe, ça promet! La voix est juste géniale.
keketomax - 14 Mars 2017: Ah, enfin un prod digne de BHG, merci pour la chronique!
frozenheart - 14 Mars 2017: Merci Icare, pour cette chronique qui avec de telle référence donne envie d'aller écouter ce "A Requiem for Terra" de toute urgence.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Black Hole Generator