A Life Beyond the Shades of Time

Liste des groupes Metal Gothique Eeriness A Life Beyond the Shades of Time
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Eeriness
Nom de l'album A Life Beyond the Shades of Time
Type Album
Date de parution 2003
Labels Shark Records
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album9

Tracklist

1. November - Thy Weakness 04:43
2. The Unbounded Misfortune 06:15
3. Grotesque Misery 04:45
4. Dead Souls Embrace 04:32
5. Silent Voices 01:08
6. Only the Rain 04:15
7. Lay Down 04:10
8. Graveyard Birds 05:19
9. Sun and Moon Eclips 03:12
Total playing time 38:19

Commentaire @ Kivan

27 Décembre 2004
Jeune groupe d’origine helvète, découvert en première partie de Elis, Eeriness m’avait déjà fait bonne impression en live, et l’écoute de cet album vient confirmer tous mes soupçons quand au talent du groupe.
Car pour leur premier album après leur démo « Lord of the Night », ce « A Life Beyond the Shades of Time» est tout d’abord offert sous un très bon packaging, mais se révèle également être tout aussi bon du point de vue de la qualité des compos.
Eeriness nous offre neuf titres de gothic metal, sombres et beaux à la fois.
On a droit à l’habituel duo chant masculin/féminin, mais cette fois-ci contrairement à l’habituelle voix black, c’est un chant masculin plutôt grave et posé, très sombre que nous développe Philippe, qui va évidement en contraste avec le chant de Katarina, sa comparse féminine (était-il besoin de le préciser…), dont les envolées lyriques sont vraiment digne de l’opéra, mais assez en retrait et qui se résument en fait à cela sauf à quelque rare partie chantée… Dommage, quit à avoir une chanteuse, surtout aussi divine, autant plus l’utiliser (pas de sous-entendus… merci…), je pense que c’est un côté que devra développer le groupe…
Bon, côté instrumentaux, il va sans dire que le groupe fait un usage immodéré du synthé, mais utilise également un violoncelle…enfin ça n’aurait pas été marqué que je ne l’aurait pas remarqué, ce dernier ayant sans doute tendance à se confondre avec le synthé et les nappes d’ambiance qu’il lance par dessus les mélodies du groupes.
Enfin les compos sont plutôt calmes, mélodiques et emprunte d’une certaine touche de mélancolie, sans pur autant sombrer dans le doom metal. On est dont plus proche de Tristania période Beyound the Weil, Widows Weeds (ouai, je sais, Tristania est vraiment mon point de référence en matière de metal gothic…).
Mais finalement, je dirai pour conclure que ce groupe a vraiment beaucoup de talent, et constitue sans aucun doute une des valeurs montantes de cette scène metal gothic très en vogue actuellement...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Corwin

15 Juillet 2006
Alors là... Voilà un album qui n'est pas mauvais, pas de doutes là dessus. La chanteuse a beaucoup de talent, le chanteur se débrouille assez bien, les instrus sont bien composées.

Mais. Car il y a un mais, et un gros à mon sens. Eeriness manque de quelque chose: cet album n'a pas d'Âme. S'entend par là qu'à l'écoute, j'ai trouvé que le groupe ne faisait pas montre de personnalité, ne semblait croire qu'à moitié dans ses compos. Un peu comme si ce projet était un projet de commande, et non une oeuvre sortie droit des tripes des musiciens. C'est bien fait, mais ça manque foutrement d'une vie propre: il manque ces petits plus, comme une identité réelle des violoncelles (tellement perdus dans la masse de claviers qu'ils auraient pu s'en passer, et qui auraient pourtant pu être un bon argument), une utilisation plus vivante du chant féminin (ici un peu la potiche à vocalises, bon c'est méchant mais franchement avoir une chanteuse comme ça et surutiliser le chanteur un peu moins doué, c'était le mauvais calcul à mon avis) comme masculin (un peu trop froid et linéaire). reste les instrus classiques de goth métal, là encore assez proches des poncifs du genre, manquant un peu d'innovations comme l'ont fait Elis ou Tristania.

Bon, ça ne mérite peut-être pas le 12 que je lui ai donné. C'est malgré tout un beau travail que nous ont produit là les suisses d'Eeriness. Mais j'ai été tristement déçu par le groupe, de par ce manque d'Âme. C'est quelque chose que tous ne ressentent pas, mais j'ai déjà eu d'autres échos assez semblables aux miens, je me permet donc d'exprimer mon petit malaise façe à cette galette, à laquelle il manque une identité forte comme l'ont su forger des groupes comme Tristania ou Epica, ou encore Elis. Pas convaincant.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire