...Of Deceit and Utter Madness

Liste des groupes Doom Death Funeralopolis ...Of Deceit and Utter Madness
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Funeralopolis
Nom de l'album ...Of Deceit and Utter Madness
Type Album
Date de parution 27 Avril 2020
Labels Memento Mori
Style MusicalDoom Death
Membres possèdant cet album0

Tracklist

1.
 Intro
 
2.
 Crawling Caskets
 
3.
 House of West
 
4.
 Witchcraft Horror
 
5.
 Devouring Crypts of Darkness
 
6.
 Downfall
 
7.
 ...Of Deceit and Utter Madness
 
8.
 The Envenomed King
 
9.
 Into Unknown Kadath
 
10.
 Endzeit Burial
 

Acheter cet album

Funeralopolis


Chronique @ Armel_Avry

20 Avril 2020

Kadath déjà visitée

Le groupe suisse (Lenzburg) Funeralopolis voit le jour en 2009 sur les cendres de feu Human Waste, trouvant sa nouvelle appellation dans l'hymne des doomsters anglais Electric Wizard. Stabilisant son line-up en 2011 autour de Nico (basse), Pascal (guitare), Thuri (voix) et Mike (batterie), le groupe démarre son activité par la sortie d'un démo "... of Death" (2010) et d'un E.P. "... of Prevailling Chaos" (2013). Ces 2 enregistrements sont regroupés en 2016 (de manière indépendante) et 2019 sous la bannière du label espagnol Memento Mori ("... of Death /... of Prevailing Chaos"). Parallèlement, Funerapolis multiplie les apparitions scèniques, partageant des affiches avec Dead Congregation, Sadistic Intent, Diocletian et dessine peu à peu les contours de ce premier album.

Fidèle à Memento Mori et aux titres commençant par ... of, le bien nommé "... of Deceit and Utter Madness" est prévu en principe pour la fin avril 2020. Composé de 10 pistes pour une durée de 38 minutes, l'album émerge des ténèbres au son d'une fête foraine remplie de fantômes, de cris d'effroi et de rires démentiels. Toute une ambiance idoine pour lancer les hostilités sur "Crawling Caskets", où un roulement de batterie laisse la place à un gros riffing lourd et gras, à un tempo puissant et au growl profond de Thuri. L'accélération propice au headbanging en milieu de titre amène à un fin de morceau à l'image du début, massive et captivante.

Le ton est donné et il sera plombé, comme le ciel de la côte d'Opale en hiver. Le groupe va varier les combinaisons dans ses titres, avec plus ("House of West") ou moins ("Witchcraft Horror") d'accélérations, mais tout en gardant à l'esprit le maintien d'une menace omniprésente, insidieuse et propre à vous rendre fou. Cette allusion facile à Lovecraft souligne l'amour du groupe pour l'oeuvre du maître de la terreur, retranscrit dans les titres et paroles. Certes, thématiquement l'originalité n'est vraiment pas de mise et il me semble curieux qu'un groupe choisisse d'emprunter ce chemin mille fois rebattu. L'artwork, signé par l'américain Mark Cooper, contredit cette banalité, ce visage surplombé par cette ville maudite attire irrémédiablement l'oeil.

Musicalement, même si ici rien ne sonne original également , Funeralopolis s'applique pourtant à proposer de bons titres. Que ce soit dans ses aspects les plus doom ("Devouring Crypts of Darkness") ou débridées (le succulement sauvage "Downfall", titre le plus court de l'album), les Suisses dégainent à chaque fois un riff, une idée, une énergie qui touchent la cible. En fin d'opus, le groupe renforce encore son attrait pour le côté lourd et malsain du Death Metal, en lorgnant vers les maîtres du genre (Incantation, Autopsy). Les titres sont longs, tortueux, suintant de miasmes tout en restant parsemés d'accélérations ravageuses ("Into Unknown Kadath", avec une coloration black dans son riff principal).

Ted Tringo fournit sur cet album un rendu sonore solide, sans génie particulier toutefois. Les guitares sont pleines d'une réverbe sale et baveuse, la basse sonne comme enregistrée au fond d'une cuve tandis que la batterie demeure un peu derrière. Les growls de Thuri, qui n'hésite pas à pousser des cris d'orfraie, sont aussi un peu trop en retrait, perdant ainsi de leur impact.

Funeralopolis sort ici un premier album de qualité, même s'il pêche un peu par son manque d'originalité et une production un tantinet bâclée. Cependant, le potentiel du groupe est bien présent et l'avenir nous dira s'ils sont aptes à proposer encore mieux.

2 Commentaires

6 J'aime

Partager
Darksaucisse - 21 Avril 2020:

Merci pour ta chronique Armel ! J'avais bien aimé les deux premiers extraits dévoilés, moins le troisième du coup ca me refroidit quelque peu ton ressentit. Je comptais le commander avec le nouveau Pyre qui sort en même temps et s'annonce redoutable lui !

 

Goneo - 01 Mai 2020:

C'est la sortie qui m'interressé le moins des 3 (avec Kurnuhia et Pyre), d'après ta chronique je ne pense pas que j'approfondirais le truc. Merci pour le chro !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Funeralopolis